Accord sur le nucléaire iranien: percée ou échec?

Vidéo


Résumé de l’événement

LE DÉBAT: Le mardi 11 mars 2014, le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University a accueilli le débat: «L’accord nucléaire iranien: percée ou échec?» à l’Auditorium Jack Morton sur le campus de l’Université George Washington, à Washington, DC.

Le débat a porté sur l’accord nucléaire intérimaire avec l’Iran. Les partisans saluent l’accord intérimaire comme une percée diplomatique qui retarde effectivement les progrès de l’Iran vers un programme d’armes nucléaires et donne plus de temps aux négociateurs pour parvenir à un accord final. Les critiques, cependant, soutiennent que le régime iranien a gagné du temps pour développer davantage son programme nucléaire tout en abandonnant peu de conséquences.

LES DÉBATEURS:

Les arguments en faveur de l’accord nucléaire intérimaire avec l’Iran ont été Robert Einhorn, Senior Fellow à la Brookings Institution; et Karim Sadjadpour, un associé principal au Carnegie Endowment. Les arguments contre l’accord nucléaire ont été Bret Stephens, chroniqueur et rédacteur à Le journal de Wall Street , et Reuel Gerecht, un senior fellow à la Fondation pour la défense des démocraties.

Jessica Yellin, l’ancien correspondant en chef de CNN à la Maison Blanche, a animé le débat.

LES RECOMMANDATIONS:

Bret Stephens a fait valoir qu’un régime qui lapide les femmes à mort et qui a des ambitions sur ses voisins doit être empêché à tout prix d’acquérir une arme nucléaire, y compris en recourant à la force si nécessaire.

Reuel Gerecht a recommandé que pour parvenir à un accord plus fort avec l’Iran que l’accord intérimaire actuel, les États-Unis doivent mettre en place un régime de sanctions beaucoup plus strict et démontrer leur volonté de recourir à la force si nécessaire.

Karim Sadjadpour a recommandé que les États-Unis se concentrent davantage sur la promotion de politiques qui accélèrent le changement politique en Iran. Un gouvernement iranien plus représentatif serait moins intéressé par une arme nucléaire et favoriserait une plus grande stabilité régionale.

Bob Einhorn a fait valoir qu’une solution diplomatique comprenant une surveillance forte, une détection précoce des évasions et une réduction drastique de la capacité nucléaire de l’Iran est possible, et l’accord intérimaire actuel est un pas dans cette direction. Les États-Unis devraient tout mettre en œuvre pour obtenir un tel accord et, seulement s’il n’est pas conclu, envisager des alternatives fondées sur la pression.


HAUT-PARLEURS
Robert Einhorn

Senior Fellow à la Brookings Institution

Karim Sadjadpour

Associé principal au Carnegie Endowment

Bret Stephens

Chroniqueur et rédacteur au Wall Street Journal

Reuel Gerech

Senior Fellow à la Fondation pour la défense des démocraties.

Location
AUDITORIUM JACK MORTON CHEZ GW
805 21st Street, NW Washington, DC
Date/Time
Mar 11, 2014
9:00
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin