Une nouvelle politique américano-cubaine: Cuba a-t-elle gagné?

Vidéo


Résumé de l’événement

LE DÉBAT: Le jeudi 26 février 2015, l’Institut McCain pour le leadership international a accueilli «Une nouvelle politique américano-cubaine: Cuba a-t-elle gagné?» au Navy Heritage Center à Washington, DC. Suite à l’annonce par le président Obama en décembre de son intention de rétablir les relations diplomatiques formelles entre les États-Unis et Cuba, les débatteurs ont débattu des mérites d’un engagement renouvelé des États-Unis avec Cuba.

Points clés avancés en faveur de la nouvelle politique américano-cubaine:

  • Cinquante ans de sanctions et d’embargo n’ont pas abouti à un changement significatif à Cuba – il est temps d’essayer de nouvelles approches.
  • En élargissant l’engagement des États-Unis avec Cuba, nous pouvons avoir une société autonome et renforcer les perspectives de changement de l’intérieur.
  • Le renforcement de l’esprit d’entreprise et du secteur privé peut avoir un effet majeur sur l’ouverture de l’espace politique à Cuba. Et la proximité des États-Unis avec Cuba peut contribuer à une croissance économique plus rapide et à un impact politique.
  • Ce n’est pas une proposition «soit-ou-»: il est possible à la fois de s’engager avec Cuba et de soutenir les droits de l’homme et la démocratie en même temps.
  • La nouvelle politique peut créer une plate-forme de discussion constructive sur des questions urgentes et permettre une coopération sur des questions où Cuba et les États-Unis partagent des intérêts communs, comme le trafic de drogue et la traite des êtres humains.
  • L’ouverture à Cuba renforcera plus largement la position américaine dans l’hémisphère occidental, où la politique d’isolement de Cuba était extrêmement impopulaire.
  • La nouvelle politique peut créer une plate-forme de discussion constructive sur des questions urgentes et permettre une coopération renforcée sur des questions dans lesquelles Cuba et les États-Unis partagent des intérêts communs, tels que le trafic de drogue, la traite des êtres humains, la remise en état de l’environnement dans le Golfe, les activités de recherche et de sauvetage, et la collaboration avec le Center for Disease Control.

Points clés contre le changement de politique:

  • Le rétablissement des relations légitime le régime de Castro. Ainsi, les États-Unis ont essentiellement donné aux Castro ce qu’ils voulaient, sans rien obtenir en retour sur les droits de l’homme ou la démocratie.
  • Ayant déjà joué notre rôle, le risque est maintenant que Cuba recule réellement en matière de droits de l’homme. Cela envoie également un signal à d’autres dans la région, comme le Venezuela, qu’ils peuvent s’en sortir sans réforme.
  • Parce que tous les biens appartiennent et sont contrôlés par l’État, tout engagement économique des États-Unis ne profite qu’au régime.
  • Les États-Unis devraient soutenir ceux de Cuba qui soutiennent la démocratie et le changement, plutôt que d’adhérer au régime.
  • Depuis l’annonce du changement de politique, le nombre de personnes essayant de quitter l’île a augmenté, indiquant les craintes d’un régime de Castro renforcé.
  • Les négociations sur l’ouverture des relations ont été menées en secret par les élites – le peuple cubain a été laissé de côté.
  • Un pays qui a des antécédents de violation des accords internationaux, de parrainage du terrorisme et d’engagement dans le commerce des stupéfiants ne peut pas être un partenaire fiable des États-Unis.

LES RECOMMANDATIONS

Julia Sweig a souligné que les démarches auprès du gouvernement cubain doivent se poursuivre en ce qui concerne la politique étrangère, l’intérêt national et le peuple cubain, reconnaissant que ce sera un processus lent. Une coopération bilatérale accrue est nécessaire pour résoudre les problèmes qui affectent les deux pays.

Jodi Bond a fait valoir qu’un changement de politique est nécessaire, lorsque les anciennes politiques ne fonctionnent pas. Le soutien à la libre entreprise et l’ouverture de l’économie cubaine aux entreprises américaines ont l’opportunité de transformer la société.

Mauricio Claver-Carone a fait valoir que les États-Unis devenaient un partenaire commercial du régime de Castro. Pour amener le changement, les États-Unis doivent soutenir les réformateurs et les changeurs de jeu, pas le régime.

Orlando Luis Pardo Lazo a souligné que les marchés libres exigent des personnes libres et que la diffusion de la liberté de pensée et des valeurs morales devrait être une priorité. Le changement politique doit être parallèle au changement économique et non secondaire.


LES DÉBATEURS

ARGUANT QUE CUBA A PERDU

Julia Sweig

Chercheur principal à l’Université du Texas-Austin Lyndon B. Johnson School of Public Affairs

Jodi Bond

Vice-président des Amériques à la Chambre de commerce des États-Unis

ARGUANT QUE CUBA A GAGNÉ

Mauricio Claver Carone

Directeur exécutif de Cuba Democracy Advocates

Orlando Luis Pardo Lazo

Chroniqueur pour Diario de Cuba, Sampsonia Way Magazine et El Nacional

MODÉRATEUR

Jon Decker

Correspondant de la Maison Blanche pour Fox News Radio

Event Gallery
Location
CENTRE DU PATRIMOINE AU MEMORIAL DE LA MARINE
701 Pennsylvania Ave NW Washington, DC
Date/Time
Fév 26, 2015
10:00
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin