Skip to main content

Déplacer notre attention là où elle est vraiment nécessaire

La véritable intersection entre la traite des êtres humains et les grands événements sportifs

À l’approche du Super Bowl, nous nous souvenons de l’idée fausse qui circule chaque année à cette époque, à savoir que chaque grand événement sportif entraîne une recrudescence de la traite des êtres humains, en particulier de la traite sexuelle. Ce message trompeur est largement diffusé à l’approche des grands événements sportifs par les médias d’information et les médias sociaux, et la ville hôte intensifie souvent ses efforts pour répondre à la demande anticipée des acheteurs de sexe.

Si l’attention accrue portée à la traite des êtres humains autour du Super Bowl contribue à sensibiliser au crime lui-même, il est important de rappeler qu’il n’existe aucune preuve empirique que le Super Bowl provoque un pic de la traite sexuelle. De nombreuses recherches et enquêtes ont indiqué qu’il y a peu de preuves pour confirmer un lien corrélatif entre le trafic sexuel et le Super Bowl. S’il est indéniable que la traite des êtres humains se produit dans la même ville que le Super Bowl, rien ne permet d’affirmer qu’il existe un lien direct entre les deux.

L’augmentation de l’intérêt des médias et du public pour ce sujet soulève une question importante : et si nous réorientions notre énergie pour traiter les cas d’exploitation autour des grands événements sportifs qui, nous le savons, se produisent réellement ?

Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin

Les inquiétudes concernant le recours au travail forcé en provenance de la région occidentale du Xinjiang en Chine, où vit principalement la minorité musulmane ouïghoure, se sont intensifiées ces derniers mois avec le coup d’envoi des Jeux olympiques d’hiver de 2022. Des questions spécifiques ont été soulevées par des membres du gouvernement américain, de la société civile et des journalistes d’investigation, entre autres, concernant la possibilité que les marchandises affiliées aux Jeux olympiques soient entachées de travail forcé. Cependant, le Comité international olympique (CIO) a pris peu de mesures pour répondre à ces allégations.

En fait, selon une récente interview du New York Times Selon Bennett Freeman, un ancien fonctionnaire du département d’État qui s’est entretenu avec le CIO au nom de la Coalition pour mettre fin au travail forcé dans la région ouïghoure, « il est vraiment impossible à ce stade pour le CIO d’exclure la présence de travail forcé ouïghour dans les produits de marque olympique ». Suite à leur décision de se retirer des conversations avec la Coalition, les I.O.C. a déclaré que « si des préoccupations générales ont été exprimées dans le passé au sujet de l’approvisionnement en produits de Beijing 2022, le CIO n’a pas été approché au sujet d’un cas ou d’une situation spécifique, y compris par la Coalition ».

Le CSI maintient toujours sa déclaration selon laquelle le travail forcé n’a pas été impliqué dans la production des uniformes, indépendamment du fait que les deux sociétés engagées par le CSI utilisent du coton produit dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang(XUAR) en Chine.

Le Comité international olympique a eu une occasion unique d’utiliser sa plateforme sur la scène mondiale pour prendre une position ferme et condamner l’utilisation du travail forcé dans nos chaînes d’approvisionnement mondiales. Au lieu de montrer l’exemple, ils ont choisi d’ignorer le problème et les preuves, perpétuant ainsi l’exploitation des populations vulnérables.

Coupe du Monde de la FIFA 2022

Depuis que le Qatar a remporté l’appel d’offres pour la Coupe du monde 2022, il y a plus de dix ans, des preuves solides et des témoignages effrayants de travail forcé et de conditions de travail dangereuses ont été cités, provenant des quelque deux millions de travailleurs migrants chargés de construire les stades, les hôtels et les transports pour l’événement. Au fil des ans, les syndicats et les groupes de défense des droits de l’homme ont documenté les abus, exposant les conditions de travail brutales, la servitude pour dettes et le travail forcé, tandis que le nombre de décès parmi les travailleurs continuait à augmenter à un rythme effarant.

À la suite de l’indignation internationale, le Qatar a promis d’apporter des changements aux droits et aux protections établis pour les travailleurs migrants, promettant d’abolir le système de parrainage par kafala du pays et d’augmenter la rémunération des travailleurs au salaire minimum. Beaucoup ont applaudi les nouvelles lois, se sentant encouragés par le fait que les années à venir seront marquées par des changements significatifs et une meilleure vie pour les travailleurs. Cependant, un rapport publié en 2021 par Human Rights Watch prévient que peu de choses ont changé. Des conditions de travail dangereuses et des abus salariaux persistent, laissant de nombreuses personnes vulnérables à une exploitation et à des abus continus.

À moins de douze mois du début de la très attendue Coupe du monde, une autre organisation de renommée internationale aura l’occasion d’utiliser sa plateforme mondiale pour faire la différence et réclamer des réformes et des droits pour les travailleurs. Cependant, étant donné le manque de responsabilité au cours de la dernière décennie, nous restons préoccupés par le fait qu’un changement significatif pourrait ne pas se produire.

L’exploitation et le travail forcé ne peuvent pas, et ne doivent pas, rester la norme dans la culture des grands événements sportifs. Alors que nous attendons avec impatience le Super Bowl LVI de ce dimanche, et tous ceux à venir, au lieu de continuer à consacrer notre temps et nos ressources à réparer quelque chose qui a prouvé à maintes reprises qu’il n’était pas cassé, canalisons cette énergie pour lutter contre les cas de traite des êtres humains qui persistent et créer des chaînes d’approvisionnement mondiales exemptes d’exploitation.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Kelsey Syms
Publish Date
février 11, 2022
Type
Tags
Share