Où sont-ils maintenant: Soraya Aziz Souleymane

vue sur la salle de l'auditorium

SORAYA AZIZ SOULEYMANESoraya Aziz Souleymane

22 juillet 2015

Je m’appelle Soraya Aziz Souleymane. Mon objectif est de faire en sorte que les habitants de mon pays, la République démocratique du Congo (RDC), bénéficient équitablement de l’extraction de leurs ressources naturelles. Je suis le directeur adjoint du bureau extérieur du Centre Carter en RDC et je suis le champion du programme de gouvernance minière.

Avant de rejoindre le Carter Center, j’ai passé un an au siège de Freeport McMoran, une société minière spécialisée dans le cuivre et l’or. Cela faisait partie de mon programme de leadership de 12 mois avec l’Institut McCain. Le programme m’a aidé à améliorer mes compétences en leadership et à approfondir ma compréhension du secteur minier en RDC. Juste avant mon retour en RDC, j’ai participé au Sommet des dirigeants États-Unis-Afrique, qui était le plus grand sommet américain réunissant des dirigeants de haut niveau du gouvernement, des entreprises et de la société civile pour discuter de partenariats économiques. A cette occasion, je présenté sur la société civile en Afrique, y compris quelques recommandations sur la manière dont les États-Unis peuvent aider les pays africains à appliquer la responsabilité publique.

L’objectif du programme de gouvernance minière du Centre Carter est de s’assurer que les valeurs clés de l’industrie minière, à savoir la transparence et la responsabilité, sont appliquées par la divulgation et l’accessibilité des informations ainsi que par le suivi, la communication et l’analyse à l’aide des évaluations d’impact sur les droits de l’homme et analyse des revenus tirés des ressources naturelles.

En tant qu’acteur secondaire, notre approche consiste à accroître les capacités organisationnelles et techniques des organisations de la société civile congolaise à mener des recherches et des analyses et à plaider pour des changements dans les règles, les réglementations et la responsabilité de l’action. Notre équipe assure un apprentissage continu de la société civile locale en travaillant avec l’Université Columbia (États-Unis) et Sciences Po (France) pour améliorer les compétences techniques de notre partenaire de la société civile ainsi que pour développer des manuels de formation innovants et pratiques pour comparer différents modèles de revenus et évaluer les impacts sur les droits de l’homme des projets d’exploitation minière industrielle sur les communautés locales. En nous inspirant des meilleures pratiques internationales et des principales institutions académiques, nous créons un contenu contextualisé qui correspond à nos défis locaux et permet à la société civile d’agir.

Cette approche fonctionne bien. Au cours des huit mois que j’ai passés au Centre Carter, nous avons publié quatre rapports évaluant les impacts sur les droits de l’homme des grands projets miniers. Nous avons également développé et publié un outil pour évaluer la transparence des investissements miniers et recommandé des améliorations aux informations publiées afin d’accroître la transparence des secteurs public et privé. Nous avons également grandement contribué à l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) en travaillant main dans la main avec nos partenaires locaux, les donateurs et le Secrétariat de l’initiative. Enfin, nous avons plaidé pour des réformes solides du code minier, qui est actuellement en cours de révision. Toutes ces grandes réalisations peuvent être consultées sur notre site Internet .

Je suis heureux d’être sur la bonne voie dans la réalisation de mon plan d’action pour le leadership et j’espère un jour élargir la portée de notre organisation du secteur minier industriel à d’autres industries extractives, telles que le pétrole et le gaz, la foresterie et l’hydroélectricité.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Publish Date
juillet 22, 2015
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin