Amb. Williamson : Déclaration sur le rejet de l’appel final de Mladić

ICTY logo

Ambassadeur Clint Williamson est directeur principal du programme International Rule of Law and Security à l’Institut McCain et professeur émérite de pratique au Sandra Day O’Connor College of Law, où il enseigne la justice pénale internationale. Amb. Williamson est l’ancien ambassadeur itinérant des États-Unis pour les questions de crimes de guerre et a été procureur au Tribunal pénal international pour la Yougoslavie (TPIY).

La nouvelle que l’appel final de Ratko Mladić a été refusé plus tôt cette semaine est un témoignage de justice et de responsabilité en Bosnie-Herzégovine et dans les Balkans.

Ratko Mladić était l’ancien commandant de l’état-major principal de l’armée de la Republika Srpska du 12 mai 1992 au 8 novembre 1996 au moins.

Le 22 novembre 2017, il a été reconnu coupable par une chambre de première instance du TPIY, dans un volumineux avis , d’appartenir à, de contribuer et d’avoir l’intention de l’entreprise criminelle commune (ECC) qui a tué des milliers d’hommes et de garçons dans le génocide de Srebrenica et a expulsé de force des dizaines de milliers de femmes, de jeunes enfants, de personnes âgées et d’autres personnes de la région. Il est également responsable du siège de Sarajevo et de la prise d’otages par l’ONU, ainsi que des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre, notamment la persécution, l’extermination, le meurtre, la déportation, la terreur et d’autres actes inhumains.

Il était inculpé initialement pour ces crimes le 24 juillet 1995 et l’acte d’accusation serait par la suite modifié cinq fois. Mladić a finalement été arrêté en Serbie le 26 mai 2011, seize ans après l’acte d’accusation initial. Son procès a duré pendant 530 jours d’audience, au cours desquels la Chambre de première instance a entendu les dépositions de 592 témoins et admis près de 10 000 pièces. Bien que ce processus ait été beaucoup plus long que quiconque aurait souhaité, il a permis d’établir un bilan bien documenté et méticuleux de ce qui s’est passé pendant le conflit en Bosnie-Herzégovine et du rôle de premier plan de Ratko Mladić dans ces horribles événements. Ainsi, non seulement ce jugement réaffirme sa culpabilité, mais il sert également à créer un dossier historique objectif qui peut et doit être un vecteur de réconciliation dans la région.

Alors que de nombreux responsables des crimes des guerres des Balkans des années 90 ont été traduits en justice, d’autres attendent leur procès et certains continuent de vivre en liberté. Il est important que tous les responsables de crimes graves commis pendant les conflits aient à répondre de leurs actes. Le jugement final Mladić a été un pas important dans cette direction et j’espère qu’il apportera un certain sentiment de clôture et de justice pour les victimes de ses crimes et qu’il témoignera de ce que les mécanismes de justice pénale internationale peuvent accomplir.

Publish Date
juin 10, 2021
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin