Enquête sur les expériences des jeunes 2018

Enquête sur les expériences des jeunes

Auteurs
Dominique Roe-Sepowitz, MSW, Ph.D.
Kristen Bracy, MA, MSW
Kimberly Hogan, MA, MSW
Université de l’État d’Arizona

Cette étude a été financée par le McCain Institute for International Leadership at Arizona State
Université, Our Family Services, UMOM et l’Arizona State University School of Social
Travail, Bureau de recherche sur l’intervention en matière de trafic sexuel.

Merci à nos services familiaux à Tucson, Arizona, Native American Connections et
un • n • dix à Phoenix et le personnel de l’UMOM pour leur aide dans la collecte de ces recherches.

 

Institut McCain
RÉSUMÉ

ENQUÊTE SUR LES EXPÉRIENCES DE JEUNES 2018: EXPLORER LES EXPÉRIENCES DE TRAITE SEXUEL DE JEUNES ADULTES SANS-ABRI EN ARIZONA, CINQUIÈME ANNÉE.

L’enquête sur les expériences des jeunes (YES) est une étude sur les expériences des jeunes adultes sans-abri en Arizona qui a été menée au cours des cinq dernières années, de 2014 à 2018. L’étude YES se concentre sur la façon dont les expériences de vie des jeunes adultes sans-abri de l’Arizona augmentent leur risque de subir la traite des êtres humains. L’étude a été menée en partenariat avec quatre agences de Phoenix et Tucson qui fournissent des services directs aux sans-abri: Native American Connections, UMOM, one.n.ten de Phoenix et Our Family Services of Tucson. Les résultats de l’étude YES ont fourni un aperçu des défis et des besoins des jeunes adultes sans-abri de l’Arizona afin de mieux cibler les services nécessaires, ainsi que la première de son genre à connaître l’étendue de l’exploitation sexuelle et par le travail de cette population en Arizona.

L’identification du trafic sexuel et de travail parmi les jeunes adultes sans-abri est troublée par des problèmes d’accès qui rendent cette population difficile à étudier – des questions telles que le fait qu’elles sont transitoires, sont difficiles à trouver et sont impliquées dans moins d’agences de services sociaux et de services médicaux que les autres jeunes sans-abri en raison de leur statut d’adulte. Cette étude ciblait les jeunes adultes sans-abri dans plusieurs contextes, y compris les logements de transition, les centres de jour et les rues de Tucson et Phoenix.

Un sondage papier de sept pages a été distribué aux jeunes adultes sans-abri pendant deux semaines en juillet 2014, juillet 2015, août 2016, août 2017 et juillet 2018 par le personnel des agences partenaires au service des jeunes adultes sans-abri susmentionnées. Ce rapport comprend les conclusions de tous les participants, y compris des détails sur leurs expériences d’itinérance, la consommation de substances, les antécédents de santé mentale et médicale, les défis familiaux, ainsi que les facteurs de risque et de protection. Les expériences de traite sexuelle et d’exploitation par le travail des participants sont également discutées, et une comparaison des participants victimes de la traite et non victimes de la traite est fournie. Enfin, les tendances notables au cours de la collecte de données quinquennale du OUI sont mises en évidence. Enfin, les recherches futures et les recommandations de fourniture de services ciblés sont discutées.

 

BREF RÉSUMÉ DES RÉSULTATS

SITUATION DES JEUNES ADULTES SANS ABRI EN ARIZONE DANS L’ENQUÊTE SUR LES EXPÉRIENCES DE JEUNES 2018
(N = 179)

Profil du participant

  • 179 participants ont répondu à l’enquête sur les expériences des jeunes en 2018.
  • L’âge moyen des 179 jeunes adultes sans-abri était de 20,8 ans.
  • Les hommes représentaient 50,8% des participants, suivis des femmes à 41,3%, des transgenres à 3,9% et des autres (genderqueer, bispirituel, non conforme) à 3,4%.
  • Les participants identifiés comme hétérosexuels (45,8%) et LGBTQ (39,7%).
  • 63,7% des participants ont été élevés dans l’état de l’Arizona et les autres sont originaires de 19 autres états.

Logement et itinérance

  • L’âge moyen de la première expérience d’itinérance des participants était de 16,3 ans.
  • Les participants ont déclaré avoir vécu en moyenne quatre périodes d’itinérance au cours de leur vie.
  • Les participants ont déclaré vivre actuellement dans: un programme de logement de transition (26,3%), dans la rue (25,7%), dans un refuge (18,4%), en surfant sur un canapé (16,8%), à leur propre logement (6,7%) ou dans un hôtel (1,7%).

 

Défis et facteurs de risque

  • La consommation de drogues a été signalée par plus de la moitié de l’échantillon (n = 102, 57%), les drogues les plus fréquemment utilisées étant la marijuana (n = 60, 33,5%) et les méthamphétamines (n = 47, 26,3%).
  • Plus de la moitié (n = 96, 53,6%) des participants ont déclaré s’être livrés à des comportements d’automutilation (coupure, prise de risque, se brûler, etc.).
  • Une tentative de suicide a été signalée par un participant sur trois (n = 64, 35,8%).
  • Une majorité (n = 123, 68,7%) des participants ont signalé un diagnostic de santé mentale actuel et plus de la moitié (n = 93, 53,6%) ont déclaré avoir plus d’un diagnostic de santé mentale.
  • Les diagnostics de santé mentale les plus courants signalés par les participants comprenaient l’anxiété (n = 89, 49,7%) et la dépression (n = 78, 43,6%).
  • Plus de la moitié (n = 97, 54,2%) des participants ont déclaré avoir éprouvé un problème médical actuel. Les problèmes médicaux les plus courants signalés comprenaient une mauvaise vision (n = 45, 25,1%) et l’asthme (n = 44, 24,6%).
  • 38% (n = 68) des participants ont déclaré avoir été expulsés de leur domicile par leur famille.
  • Près de la moitié (n = 85, 47,5%) des participants ont déclaré s’enfuir de chez eux.
  • Près de la moitié (n = 81, 45,3%) des participants ont déclaré avoir été victimes de violence psychologique durant l’enfance.
  • Environ un participant sur trois (n = 54, 30,2%) a déclaré avoir été victime de violence sexuelle avant l’âge de 18 ans.

 

Expériences défavorables de l’enfance

  • Les participants avaient en moyenne quatre ACE.
  • 44,7% (n = 80) des participants avaient subi entre zéro et trois ACE.
  • Plus de la moitié (n = 92, 51,4%) des participants avaient subi au moins quatre ACE.

 

SITUATION DES JEUNES ADULTES SANS ABRI VICTIMES DE LA TRAITE DES HUMAINS EN ARIZONA

Sur les 179 jeunes adultes sans-abri participants, 62 (34,6%) ont déclaré avoir été victimes de la traite sexuelle et 55 (30,7%) ont déclaré avoir été victimes d’exploitation par le travail. Au moins une forme de traite des êtres humains (sexuelle ou par le travail) a été signalée par 80 (44,7%) participants et 37 (20,7%) participants ont déclaré avoir subi à la fois une exploitation sexuelle et par le travail.

Résultats du trafic sexuel (n = 62)

  • 62 (34,6%) de l’échantillon total (N = 179) ont déclaré avoir été victimes d’exploitation du trafic sexuel.
  • 39,2% (n = 29) des participantes ont déclaré avoir été victimes de trafic sexuel.
  • 31,9% (n = 29) des hommes participants ont déclaré avoir été victimes de trafic sexuel.
  • L’âge moyen de la première expérience de traite sexuelle était de 17,1 ans, 29% (n = 18) déclarant avoir été victime de traite sexuelle avant l’âge de 18 ans.
  • 87,1% (n = 54) des participants qui ont déclaré avoir été victimes de trafic sexuel ont déclaré avoir eu à un moment donné un trafiquant sexuel, 12,9% (n = 8) des participants rapportant la présence actuelle d’un trafiquant sexuel.
  • Les raisons les plus fréquemment citées par les 58 participants qui ont déclaré avoir été victimes de la traite sexuelle étaient le logement (54,8%), l’argent (46,8%) et la nourriture (27,4%).

COMPARAISON DES JEUNES ADULTES TRAITÉS PAR LE SEXE ET NON TRAITÉES PAR LE SEXE

  • En comparant les jeunes adultes sans-abri victimes de la traite sexuelle avec les jeunes adultes sans-abri non victimes de la traite à l’aide d’un test de rapport de cotes, le groupe des victimes de la traite sexuelle s’est avéré:
    • Deux fois plus susceptibles de déclarer être LGBTQ.
    • Trois fois plus susceptibles de déclarer une toxicomanie.
    • Quatre fois plus susceptibles de déclarer une dépendance à l’alcool.
    • Trois fois plus susceptibles de déclarer avoir adopté des comportements d’automutilation.
    • Six fois plus susceptibles d’être expulsés par leur famille en raison de la consommation de substances.
    • Quatre fois plus susceptibles de déclarer avoir subi de la violence dans les fréquentations.
    • Quatre fois plus susceptibles de déclarer avoir subi des abus sexuels avant l’âge de 18 ans.
    • Huit fois plus aiment déclarer avoir subi une exploitation par le travail.

    Résultats d’exploitation de la main-d’œuvre (n = 55)

    • 55 (30,7%) des participants (N = 179) ont déclaré avoir été victimes d’exploitation par le travail.
    • Une participante sur quatre (n = 19, 25,7%) a déclaré avoir été victime d’exploitation par le travail.
    • Plus d’un participant de sexe masculin sur trois (n = 31, 34,1%) a déclaré avoir été victime d’exploitation par le travail.
    • L’âge moyen de la première expérience d’exploitation par le travail était de 17,3 ans, 25,5% (n = 14) déclarant avoir été exploités pour le travail avant l’âge de 18 ans.
    • 81,8% (n = 45) des participants qui ont déclaré avoir été exploités pour le travail ont déclaré qu’ils avaient à un moment donné eu un exploiteur de main-d’œuvre, avec 1,8% (n = 1) des participants signalant la présence actuelle d’un exploiteur de main-d’œuvre.
    • Les raisons les plus courantes identifiées par les 55 participants qui ont signalé une exploitation par le travail étaient pour l’argent (47,3%), un logement (36,4%) et la nourriture (23,6%).
      Les secteurs les plus courants dans lesquels les participants ont déclaré être victimes d’exploitation par le travail comprenaient: la vente de drogue (n = 11, 20%), les hôtels (n = 10, 18,2%), les petits vols (n = 7, 12,7%) et les restaurants (n = 5 , 9,1%).
    • En comparant les jeunes adultes sans-abri exploités par le travail avec les jeunes participants sans-abri non exploités par le travail à l’aide d’un test de rapport de cotes, le groupe exploité par le travail s’est avéré être:
      • Trois fois plus susceptibles de déclarer une toxicomanie.
      • Trois fois plus susceptibles de déclarer une dépendance à l’alcool.
      • Trois fois plus susceptibles de déclarer avoir adopté un comportement d’automutilation.
      • Trois fois plus susceptibles de déclarer boire de l’alcool de manière excessive comme une forme d’automutilation.
      • Six fois plus susceptibles de déclarer avoir eu des relations sexuelles avec des inconnus.
      • Cinq fois plus susceptibles de déclarer avoir adopté des comportements à risque.
      • Quatre fois plus susceptibles de signaler une modification corporelle comme une forme d’automutilation.
      • Trois fois plus susceptibles de signaler un comportement de picotements / vomissements comme une forme d’automutilation.
      • Trois fois plus susceptibles de signaler une tentative de suicide.
      • Trois fois plus susceptibles de signaler un diagnostic de santé mentale actuel.
      • Trois fois plus susceptibles de déclarer avoir plus d’un diagnostic de santé mentale.
      • Quatre fois plus susceptibles de déclarer souffrir de douleur chronique.
      • Quatre fois plus susceptibles de déclarer avoir subi de la violence dans les fréquentations.
      • Quatre fois plus susceptibles de déclarer avoir subi des abus sexuels avant l’âge de 18 ans.
      • Trois fois plus susceptibles de déclarer avoir subi de la négligence physique avant l’âge de 18 ans.
      • Trois fois plus susceptibles de signaler un contact négatif avec les forces de l’ordre.
      • Trois fois plus susceptibles de déclarer avoir travaillé dans l’industrie du divertissement pour adultes.
      • Trois fois plus susceptibles de signaler des abus émotionnels durant l’enfance.
      • Trois fois plus susceptibles de signaler un harcèlement de la part de leurs pairs.
      • Huit fois plus susceptibles de déclarer avoir été victimes d’exploitation du trafic sexuel.

PRINCIPALES CONCLUSIONS

L’âge moyen du premier sans-abrisme des 179 jeunes adultes sans-abri était de
16 ans créant un ensemble particulier de risques de victimisation car ce sont des mineurs avec des
les possibilités d’emploi et beaucoup évitent de contacter les services de protection de l’enfance ou tout autre
systèmes (médical, santé mentale, application de la loi) créant ainsi encore plus de risques. Sans abri
les jeunes adultes qui ont été victimes d’exploitation sexuelle et par le travail courent un risque accru
les pairs ont de graves problèmes de drogue et d’alcool, ont vécu une enfance abusive,
en particulier les antécédents d’abus sexuels, ont eu des relations amoureuses abusives et étaient plus susceptibles de
avez de graves problèmes de santé mentale, y compris des antécédents de tentatives de suicide, de dépression,
anxiété et état de stress post-traumatique. En raison du large éventail de défis auxquels sont confrontés
jeunes adultes sans abri victimes de trafic sexuel et exploités par le travail, programmes ciblés et
des interventions sont recommandées.

 

BREVE CONCLUSION

Les expériences des jeunes adultes sans-abri en Arizona continuent d’être complexes et multiformes
avec la nécessité de résoudre les problèmes ou défis qui en résultent avec l’innovation,
créativité et partenariats au sein de chaque communauté. Trafic sexuel et travail exploité sans abri
les jeunes adultes peuvent sembler avoir certains des besoins les plus complexes parmi les jeunes sans-abri
adultes. Le dépistage de la traite sexuelle et de l’exploitation / de la traite par le travail peut aider les programmes à
identifier les victimes et fournir un logement et des soins thérapeutiques intensifs et spécialement conçus
interventions abordant un large éventail de problèmes auxquels les victimes sont confrontées. Les résultats du OUI 2018
enquête appel à la communauté de l’Arizona pour développer une approche globale de dépistage des deux
le travail et le trafic sexuel parmi les jeunes sans-abri et en fuite et pour développer la communauté
protocoles qui décrivent les normes de services. Un financement supplémentaire basé sur l’État et la communauté est
nécessaires pour aider les fournisseurs à maintenir des services qui répondent aux besoins complexes de nos
les jeunes et les jeunes adultes sans-abri.

Publish Date
octobre 10, 2018
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin