La démocratie et les droits de l’homme en Iran continuent de décliner

Par le Groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme *

Les Iraniens ont lutté contre les tactiques répressives de l’élite dure et des services de sécurité de leur pays pendant des décennies, y compris leur gestion récente de la crise du COVID-19. Bien que l’Iran organise régulièrement des élections présidentielles et parlementaires imparfaites, le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, conserve le pouvoir ultime en tant que chef de l’État en contrôlant les principales institutions non élues, notamment les forces de sécurité, les médias gouvernementaux et le pouvoir judiciaire. Presque tous les aspects des libertés civiles sont limités, y compris la liberté d’expression, de réunion, d’association, de religion et de participation politique. Les femmes sont particulièrement limitées, confrontées à la discrimination sur les questions liées au mariage, au divorce, à la garde des enfants et à l’héritage. Des centaines de militants politiques sont emprisonnés ou ont disparu, et la torture, l’absence de procédure régulière ainsi que les meurtres arbitraires sont courants.

En dépit de ces conditions oppressives, les Iraniens ont continué de résister à leurs dirigeants autoritaires et ont placé leurs espoirs sur des dirigeants qui pourraient défier ces dirigeants et même le système lui-même. En 2013, Hassan Rohani a été élu président sur une plate-forme de réforme. Poursuivant ces promesses, Rohani a été réélu pour un deuxième mandat de quatre ans en mai 2017. Malheureusement, peu de choses ont changé sous sa direction, car il n’a pas voulu ou n’a pas pu empêcher les éléments répressifs du gouvernement de continuer à étouffer la voix et les libertés du peuple. En réponse, les citoyens ont eu recours à des manifestations publiques de manière plus régulière. Bien qu’il y ait eu des manifestations en 1999, 2001 et 2009, des manifestations ont maintenant eu lieu en 2017, 2018, 2019 et 2020. Depuis fin 2017, des centaines de petites manifestations ont lieu chaque mois sur une variété de questions allant de l’économie, à l’environnement, à la politique et à la culture. Les déclencheurs de ces manifestations sont généralement des problèmes économiques, politiques ou sociaux, tels que l’augmentation du prix du carburant en novembre 2019. Cependant, la frustration est entretenue par des griefs politiques de longue date, tels que la corruption et les erreurs commises par le régime, y compris la chute du vol ukrainien 752 après le décollage de Téhéran, gonflant le taux de participation aux élections législatives de février 2020 et la réponse inadéquate aux COVID-19 [FEMININE.

Ces manifestations et autres formes de résistance ne semblent pas constituer un danger pour le régime, car ses services de sécurité et de renseignement sont forts et l’opposition est faible et décentralisée. Selon le Département d’État américain Rapports nationaux 2019 sur les pratiques en matière de droits de l’homme , après les manifestations de novembre 2019, les forces de sécurité ont arrêté 8600 manifestants et en ont tué environ 1500, tandis que le gouvernement a imposé une coupure de courant aux médias et à Internet pendant près d’une semaine. Le guide suprême a 81 ans et une grande partie du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) – les forces de sécurité qui relèvent directement de lui – vieillit, ce qui pourrait signifier une transition prochainement. En outre, la sombre situation économique, ainsi que les effets des sanctions américaines, ne montrent aucun signe d’amélioration, ce qui signifie que les protestations et les griefs continueront probablement. La politique américaine actuelle de «pression maximale» par le biais de sanctions peut bénéficier d’une double politique de sensibilisation et de prise en charge du peuple iranien, qui est devenu de plus en plus apathique à l’égard de la politique et de la probabilité de réformes dans son pays.

Les recommandations adressées à l’administration américaine, au Congrès et aux candidats à la présidence de 2020 pour soutenir la démocratie, les droits de l’homme et l’état de droit en Iran comprennent:

  • Ajouter une stratégie de «soutien maximal» au peuple à la politique américaine actuelle de «pression maximale» sur le régime iranien.
  • Fournir des offres continues d’assistance humanitaire au peuple iranien pour les besoins de base pendant la pandémie de COVID-19.
  • Travailler avec le secteur privé international et américain pour fournir les moyens de maintenir l’accès Internet disponible pour les citoyens iraniens pendant les pannes imposées par l’État.
  • Coordination avec les homologues européens pour atteindre les syndicats iraniens, qui ont été des leaders de la contestation dans tout le pays.
  • En collaboration avec l’Union européenne, soutenir des programmes visant à former des militants civiques iraniens, des avocats et autres sur leurs droits et leurs techniques de plaidoyer.
  • Soutenir les mouvements, tels que les groupes environnementaux, qui unissent les gens à travers des lignes ethniques, culturelles et politiques, qui sont plus difficiles à contrôler pour le régime.
  • Possibilités croissantes pour les Iraniens ordinaires d’étudier aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux et de participer à des travaux culturels, sociaux et universitaires non politiques.
  • Développer une campagne d’information complète avec d’autres démocraties pour contrer les médias d’État iraniens en diffusant sur des sujets tels que la démocratie, le marché libre et la liberté des médias.
  • Contrer la désinformation et la désinformation de l’Iran en signalant les erreurs du régime et en exploitant la frustration qui en résulte.
  • Collecter autant de renseignements que possible sur le CGRI afin d’exploiter les divisions potentielles comme une approche de transition possible.
  • Tirer parti de l’histoire en rappelant au peuple iranien qu’il jouissait auparavant de la démocratie et de la liberté d’information – ce ne sont pas des principes que l’Occident tente d’imposer.

 

* Le groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à élever l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin