Les droits de l’homme en Corée du Nord continuent de décliner

Par le Groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme *

 

Après la mort de son père en 2011, Kim Jong-un est devenu le chef suprême de la Corée du Nord et continue de diriger le pays en tant que dictature totalitaire à parti unique. Bien qu’il y ait eu une certaine croissance des marchés informels et des marchés privés approuvés par le gouvernement, tous les autres aspects de la vie quotidienne sont strictement limités et gérés par le gouvernement central. Il n’y a pas de libertés civiles, y compris la liberté d’expression, d’association ou de réunion, et la dissidence n’est pas tolérée. Il n’y a pas de médias indépendants, d’indépendance judiciaire ou de liberté religieuse. Les autorités et les forces de sécurité sont coupables d’avoir commis des violations généralisées des droits de l’homme, y compris des détentions arbitraires, des disparitions forcées, des actes de torture et des traitements inhumains de prisonniers, en particulier dans leurs camps de prisonniers politiques où la famine et d’autres atrocités ont lieu. Les voyages à l’extérieur du pays sont strictement contrôlés, ainsi que la communication avec le monde extérieur. Malgré de nombreux rapports et résolutions des Nations Unies condamnant les violations flagrantes des droits humains commises par la Corée du Nord, le gouvernement ignore tout simplement leurs conclusions et refuse de coopérer.

La propagation du COVID-19 a suscité une réaction rapide de la part des autorités, qui ont fermé leurs frontières et mis les étrangers en quarantaine en janvier, et affirment n’avoir eu aucun cas confirmé de coronavirus. Ce déni de cas est la même approche que la Corée du Nord a adoptée lorsqu’elle a été confrontée au virus Ebola et au syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) en 2015. Cependant, après qu’un certain nombre de rapports de Radio Free Asia et d’autres aient signalé de nombreux cas de décès dus à des symptômes liés au COVID-19, le régime en août 2020 a finalement admis la présence du virus, bien qu’il soit impossible de savoir dans quelle mesure la maladie est répandue. car la capacité de tester et de diagnostiquer est minime. L’impact économique de ces mesures anti-coronavirus, combinées à des sanctions internationales paralysantes, est important, ce qui représente un énorme recul par rapport aux objectifs déclarés de Kim Jong-un en matière de développement économique et d’amélioration du niveau de vie.

Depuis que le président Donald Trump a pris ses fonctions en 2017, il a rencontré Kim Jong-un à trois reprises dans le but de conclure un accord pour limiter les ambitions nucléaires de la Corée du Nord. Malheureusement, aucun de ces pourparlers n’a été couronné de succès, la Corée du Nord refusant d’accepter la condition des États-Unis de dénucléarisation complète en échange de concessions sur les sanctions économiques. En outre, les questions des droits de l’homme ont été largement mises de côté. Pendant tout ce temps, plutôt que de réduire le risque d’affrontement, la Corée du Nord a continué à construire et à tester des éléments de ses programmes de missiles balistiques et nucléaires. Bien qu’il existe des canaux de communication entre les deux gouvernements, la tendance à davantage de diplomatie au sommet semble être passée, car la Corée du Nord semble attendre de voir ce qui se passera après l’élection présidentielle de novembre 2020. Lorsque les deux pays seront en mesure de revenir à la table des négociations, une stratégie cohérente devra être élaborée pour permettre des étapes progressives et réversibles des deux côtés. Un changement plus large des relations politiques sera nécessaire, et cela ne se produira que si les questions relatives aux droits de l’homme sont réglées, car l’allégement des sanctions et les investissements étrangers ne seront pas garantis sans une attention particulière à ces questions.

Les recommandations adressées à l’administration américaine, au Congrès et aux candidats à la présidence de 2020 pour soutenir la démocratie, les droits de l’homme et l’état de droit en Corée du Nord comprennent:

  • Reconsidérer le truisme politique selon lequel il est important d’éviter les questions de droits de l’homme lors des négociations avec la Corée du Nord pour parvenir à un accord, car cela ne s’est pas avéré jusqu’à présent le cas.
  • Développer et renforcer les canaux de communication au niveau opérationnel et une stratégie cohérente sur la Corée du Nord afin que des efforts diplomatiques cohérents et sérieux puissent avoir lieu.
  • Réorienter l’approche américaine pour englober une série d’étapes progressives et réversibles des deux côtés plutôt que d’insister sur une dénucléarisation complète dès le départ.
  • Nommer un nouvel Envoyé spécial pour la Corée du Nord au Département d’État, le poste étant vacant depuis fin 2019, ainsi que l’Envoyé spécial mandaté par le Congrès pour les violations des droits de l’homme en Corée du Nord, le poste étant vacant sous l’administration actuelle.
  • Continuer à favoriser le soutien du Congrès pour parvenir à un accord de dénucléarisation avec la Corée du Nord qui répond également aux préoccupations des droits de l’homme comme moyen de maintenir une position politique américaine cohérente tout au long des cycles électoraux.
  • Profiter, dans la mesure du possible, du fait que Kim Jong-un a suscité chez le peuple nord-coréen de grandes attentes quant aux résultats positifs de son engagement avec le président Trump, et de la possibilité que la déception qui en résulte pourrait ouvrir des points d’entrée pour un engagement avec les dissidents .
  • S’engager avec la Corée du Sud en tant que partenaire dans les négociations avec la Corée du Nord et solliciter la coopération de la Chine dans la mesure du possible.
  • Encourager le Congrès à tenir des auditions pour examiner la stratégie américaine à l’égard de la Corée du Nord dans le but de repenser les lois actuelles et de réfléchir à de nouvelles approches.

 

* Le groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à élever l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

 

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin