Lettre ouverte à tous les candidats à la présidence

Chers candidats à la présidence:

Les États-Unis sont un pays fondé sur les principes de la vie, de la liberté et de la recherche du bonheur, et pendant des décennies, le soutien à la démocratie et aux droits de l’homme dans le monde a été un principe central de la politique étrangère américaine. Alors que les États-Unis doivent maintenir des relations avec de nombreux gouvernements autocratiques à l’étranger, il existe d’excellentes raisons pour lesquelles la plupart de nos plus proches alliés sont des démocraties.

Les nations libres sont des partenaires plus prospères sur le plan économique, plus stables et plus fiables pour les États-Unis. Les sociétés démocratiques sont moins susceptibles de lancer des agressions et des guerres contre leurs voisins ou leur propre peuple. Ils sont également moins susceptibles de subir l’échec de l’État et de devenir des terrains propices à l’instabilité et au terrorisme, comme nous l’avons vu, par exemple, en Syrie. Cela signifie que l’avancée de la démocratie sert les intérêts américains et contribue à l’ordre et à la paix dans le monde.

Au cours des quatre dernières décennies, le nombre de pays libres et démocratiques a plus que doublé. De l’Amérique latine et de l’Europe centrale à l’Asie de l’Est et à l’Afrique subsaharienne, les gens ont opté pour un gouvernement responsable. Ce progrès remarquable est enraciné dans le désir universel de liberté et de dignité – mais il est également dû au fort soutien de l’Amérique aux droits de l’homme et à la démocratie, sous les administrations des deux parties. Ce soutien a été non seulement un moyen d’exprimer les valeurs sur lesquelles notre nation a été fondée, mais aussi un choix pragmatique pour promouvoir le système de gouvernement qui fait progresser la sécurité, fournit des marchés stables et protège les droits de l’homme. Nous vous écrivons pour vous exhorter à embrasser cette cause et à en faire un élément central de votre plate-forme de politique étrangère.

Ces dernières années, les régimes autoritaires tels que la Russie et la Chine sont devenus plus répressifs; ils voient l’avancée de la démocratie non seulement à l’intérieur de leurs frontières mais dans les États voisins comme une menace pour leur monopole du pouvoir politique. La façon dont un régime traite son propre peuple est souvent une indication de la façon dont il se comportera envers ses voisins et au-delà. Ainsi, nous ne devons pas être surpris qu’un si grand nombre des défis politiques, économiques et sécuritaires auxquels nous sommes confrontés émanent d’endroits comme Moscou, Pékin, Pyongyang, Téhéran et Damas.

Les régimes répressifs sont intrinsèquement instables et doivent compter sur la suppression des mouvements démocratiques et de la société civile pour rester au pouvoir. Ils sont également la source et l’exportateur d’une corruption massive, un danger transnational omniprésent pour une gouvernance démocratique stable à travers le monde.

Le résultat est que la démocratie est attaquée. Selon Freedom House, la liberté dans le monde a diminué chaque année au cours de la dernière décennie. Cela renforce l’impératif pour les États-Unis de travailler avec leurs collègues démocraties pour redynamiser le soutien aux réformateurs démocratiques partout dans le monde.

Soutenir la liberté dans le monde ne signifie pas imposer les valeurs américaines ou organiser des interventions militaires. Dans les pays non démocratiques, cela signifie aider de manière pacifique et créative les militants locaux qui recherchent une réforme démocratique et se tournent vers les États-Unis pour obtenir un soutien moral, politique, diplomatique et parfois matériel. Ces militants risquent souvent la prison, la torture et

la mort qui lutte pour une société plus démocratique, et leur résilience et leur courage face à de telles menaces exigent notre soutien. Les aider respecte les principes sur lesquels notre pays a été fondé.

Soutenir la démocratie implique des partenariats entre le gouvernement américain et des organisations non gouvernementales qui luttent pour apporter la liberté à leurs pays. Souvent, cela signifie également un partenariat avec les démocraties émergentes pour renforcer leurs institutions représentatives et judiciaires. Cela nécessite des ressources que le Congrès doit continuer à fournir, et l’aide étrangère doit être liée à des performances positives en matière de droits de l’homme et de promotion des libertés fondamentales.

Cela nécessite également un soutien diplomatique aux plus hauts niveaux de l’exécutif, dans les différentes agences du gouvernement, ainsi que du Congrès. Cela signifie rencontrer des militants démocrates de diverses régions du monde et parler en leur nom.

Faire preuve de solidarité et de soutien aux efforts de ces braves individus pour bâtir un avenir meilleur pour leur pays est la bonne chose à faire. En aidant leurs luttes pour la liberté et la justice, nous construisons également un monde plus sûr pour les États-Unis.

Il n’y a pas d’approche à l’emporte-pièce pour soutenir la démocratie et les droits de l’homme, mais il y a des caractéristiques fondamentales et universelles sur lesquelles nous devrions insister: institutions représentatives, état de droit, responsabilité, élections libres, lutte contre la corruption, médias libres (y compris Internet), dynamiques société civile, syndicats indépendants, droits de propriété, marchés ouverts, droits des femmes et des minorités, et libertés d’expression, de réunion, d’association et de religion.

De nombreux Américains se demandent pourquoi les États-Unis devraient assumer le fardeau du soutien à la liberté et à la démocratie dans le monde. Mais un nombre croissant de démocraties en Europe et en Asie, ainsi que des organisations internationales, dépensent des ressources importantes pour prêter ce type d’assistance. Nous devons continuer à nous appuyer sur nos partenariats avec des organisations et des pays partageant les mêmes idées, y compris des démocraties relativement nouvelles qui sont désireuses d’aider les autres à lutter pour la liberté.

Certains soutiennent que nous pouvons poursuivre nos idéaux démocratiques ou notre sécurité nationale, mais pas les deux. C’est un faux choix. Nous reconnaissons que nous avons d’autres intérêts dans les domaines économique, énergétique et sécuritaire avec d’autres pays et que la démocratie et les droits de l’homme ne peuvent pas être les seuls points à l’ordre du jour de la politique étrangère. Mais trop souvent, ces questions sont négligées ou complètement abandonnées afin d’harmoniser les relations bilatérales à court terme.

L’instabilité qui caractérise le Moyen-Orient depuis des décennies est le résultat direct de générations de répression autoritaire, du manque de gouvernement responsable et de la répression de la société civile, et non des demandes dont nous avons été témoins pendant le printemps arabe de 2011 et depuis pour la dignité et respect des droits humains fondamentaux. À plus long terme, nous payons le prix de l’instabilité et des conflits lorsque des régimes corrompus et autocratiques s’effondrent.

Notre demande est que vous éleviez la démocratie et les droits de l’homme à une place de choix dans votre programme de politique étrangère. Ce sont des temps difficiles pour la liberté à bien des égards, alors que les pays luttent pour faire fonctionner la démocratie et que de puissantes autocraties brutalisent leurs propres citoyens tout en sapant leurs voisins. Mais ces autocraties sont également vulnérables. Autour du monde,

les gens ordinaires continuent de montrer leur préférence pour la démocratie participative et le gouvernement responsable. Il existe donc un réel potentiel pour renouveler le progrès démocratique mondial.

Pour que cela se produise, les États-Unis doivent exercer un leadership, de concert avec nos alliés démocratiques, pour soutenir les efforts nationaux visant à rendre les sociétés plus libres et les gouvernements plus démocratiques. Nous vous demandons de vous engager à fournir ce leadership et à embrasser la cause de la démocratie et des droits de l’homme si vous êtes élu président des États-Unis.

Merci,

Elliott Abrams
Ancien secrétaire d’État adjoint aux droits de l’homme et aux affaires humanitaires

David Adesnik

Anne Applebaum

Brian Atwood
Ancien administrateur, USAID

Hattie Babbitt
Ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’Organisation des États américains

Shawna Bader-Blau
Centre de solidarité

Elizabeth Bagley
Ancien ambassadeur des États-Unis au Portugal Rodney Bent

Howard Berman
Ancienne membre du Congrès Nicole Bibbins Sedaca

Dennis Blair
Sasakawa Peace Foundation, États-Unis

James Blanchard
Ancien ambassadeur des États-Unis au Canada Ancien membre du Congrès Ancien gouverneur du Michigan

Cole Bockenfeld
Projet sur la démocratie au Moyen-Orient Paul Bonicelli

Ellen Bork
Initiative de politique étrangère

Jeanne Bourgault Internews
Stratégie Charles J.Brown pour l’humanité

Nicholas Burns
Université de Harvard

Daniel Calingaert
Maison de la liberté

Thomas Carothers
Dotation Carnegie pour la paix internationale

Scott Carpenter Johnnie Carson
Ancien secrétaire d’État adjoint pour l’Afrique

Richard Celeste
Ancien ambassadeur des États-Unis en Inde Ancien gouverneur de l’Ohio

Eliot A. Cohen

Jared Cohen

Lorne Craner
Ancien secrétaire d’État adjoint à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail

Seth Cropsey
Institut Hudson

John Danilovich
Ancien chef de la direction, Millennium Challenge Corporation
Ancien ambassadeur des États-Unis au Costa Rica et au Brésil

Robert Danin

Aleksander Dardeli
IREX

Charles Davidson
Institut Hudson

Kim Davis
Charlesbank Capital Partners

Howard Dean
Ancien gouverneur du Vermont

Larry Diamond
Hoover Institution, Université de Stanford

Paula Dobriansky
Ancien sous-secrétaire d’État à la démocratie et aux affaires mondiales

Thomas Donnelly
American Enterprise Institute

Michèle Dunne
Dotation Carnegie pour la paix internationale

Institut Charles Dunne du Moyen-Orient
Nicholas Eberstadt

Eric Edelman
Ancien ambassadeur des États-Unis en Turquie

Lee Feinstein
Ancien ambassadeur des États-Unis en Pologne Richard Fontaine

Benjamin Freakley
Lieutenant-général de l’armée américaine (à la retraite) The McCain Institute for International Leadership

Martin Frost
Ancien membre du Congrès

Francis Fukuyama
Université de Stanford

Laurie Fulton
Ancien ambassadeur des États-Unis au Danemark

Thomas Garrett
Institut républicain international Jeffrey Gedmin

Sam Gejdenson
Ancien membre du Congrès

Carl Gershman
Dotation nationale pour la démocratie

Mark Gitenstein
Ancien ambassadeur des États-Unis en Roumanie John K. Glenn

David Gordon

Mark Green
Institut républicain international Shannon Green

Christopher Griffin

Barbara Haig
Dotation nationale pour la démocratie

Joseph Hall
Forum international de la sécurité d’Halifax

Amy Hawthorne
Projet sur la démocratie au Moyen-Orient

Bobby Herman
Maison de la liberté

Donald L. Horowitz
université de Duke

William Inboden
Université du Texas-Austin

Karl F. Inderfurth
Ancien secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’Asie du Sud

Bruce Pitcairn

Jackson Robert Kagan

Ted Kaufman
Ancien sénateur américain

Richard Kauzlarich
Ancien ambassadeur des États-Unis en Azerbaïdjan et en Bosnie-Herzégovine
Université George Mason

Zalmay Khalilzad
Ancien ambassadeur des États-Unis en Afghanistan, en Irak et aux Nations Unies

Monica V. Kladakis
L’Institut McCain pour le leadership international

Jim Kolbe
Ancien membre du Congrès

Richard Kraemer
Dotation nationale pour la démocratie

David J. Kramer
L’Institut McCain pour le leadership international

Mark Lagon
Maison de la liberté

Sam LaHood
Institut républicain international

Greg Lebedev

Delano Lewis
Ancien ambassadeur des États-Unis en Afrique du Sud

Tod Lindberg
Hoover Institution, Université de Stanford

Kristin Lord
IREX

Princeton Lyman

Elisa Massimino
Les droits de l’homme d’abord

Michael McFaul
Université de Stanford

Gerald S. McGowan
Ancien ambassadeur des États-Unis au Portugal

Stephen McInerney
Projet sur la démocratie au Moyen-Orient

Michael Miklaucic
Université de la Défense nationale Joshua Muravchik

Moises Naim
Dotation Carnegie pour la paix internationale

Andrew Nathan
Université Columbia
Dotation nationale pour la démocratie

Andrew Natsios
Ancien administrateur, USAID

Diana Villiers Negroponte
Centre international des chercheurs Woodrow Wilson

Constance Newman
Ancien secrétaire d’État adjoint pour l’Afrique
Groupe Carmen

Suzanne Nossel

Michael O’Hanlon
Établissement Brookings

Gardner Peckham
Groupe politique principal

William Perry
19e secrétaire américain à la Défense de l’Université de Stanford

J. PeterPham
Conseil atlantique

Ted Piccone
Établissement Brookings

Marc F. Plattner
Journal de la démocratie

Michael C. Polt
Ancien ambassadeur des États-Unis en Serbie et en Estonie
L’Institut McCain pour le leadership international

Carlos Ponce
Maison de la liberté

Keith Porter
La Fondation Stanley

Arch Puddington
Maison de la liberté

Stephen Rickard
Centre de politiques de la société ouverte

Nancy Rubin
Ancien ambassadeur des États-Unis auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies

Dan Runde

Douglas Rutzen

Nadia Schadlow

Kori Schake
Établissement Hoover

Randy Scheuneman

Gary Schmitt

Amanda Schnetzer
Institut George W. Bush

Nina Shea
Centre de l’Institut Hudson pour la liberté de religion

George Shultz
60e secrétaire d’État américaine Hoover Institution

Sichan Siv

David Skaggs
Ancien membre du Congrès
Dotation nationale pour la démocratie

Anne-Marie Slaughter
Ancien directeur de la planification des politiques, Département d’État des États-Unis

Alan Solomont
Ancien ambassadeur des États-Unis en Espagne John Sullivan

Louis Susman
Ancien ambassadeur des États-Unis au Royaume-Uni

Bill Sweeney
Fondation internationale pour les systèmes électoraux

Dorothy Douglas
Taft The Tantallon Group

Tomicah Tillemann

Harold Trinkunas
Établissement Brookings

Robert H. Tuttle
Dotation nationale pour la démocratie

Daniel Vajdich
Conseil atlantique

Peter Van Praagh
Forum international de la sécurité d’Halifax

Mélanne Verveer
Ancienne ambassadrice des États-Unis pour les questions mondiales relatives aux femmes

Kurt Volker
Ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’OTAN
Directeur exécutif, The McCain Institute for International Leadership

Christopher Walker
Dotation nationale pour la démocratie

Erin Walsh
Vin Weber Mercury

GeorgeWeigel
Centre d’éthique et de politique publique Jeremy Weinstein

Ken Weinstein
Institut Hudson

Maureen White
Johns Hopkins
SAIS

Léon Wieseltier

Clint Williamson
Ancien ambassadeur itinérant des États-Unis pour les questions de crimes de guerre
Directeur principal, The McCain Institute for International Leadership

Andrew Wilson
Centre pour l’entreprise privée internationale

Tamara Wittes
Établissement Brookings

Kenneth Wollack
Institut national démocratique Diane Zeleny

* Nombre total de signataires: 139. Les affiliations institutionnelles sont uniquement à des fins d’identification.

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin