Coronavirus: santé publique contre libertés civiles

vue sur la salle de l'auditorium

Ljubomir FilipovićLJUBOMIR FILIPOVIĆ

27 mars 2020

Au cours de notre appel régional bisannuel de mise à jour, j’ai partagé mes réflexions sur la santé publique et les libertés civiles avec l’équipe de l’Institut McCain et les collègues NGL des Balkans. Nous avons convenu qu’il devrait toujours y avoir un équilibre entre eux, en fonction des défis.

Au cours de notre réunion, le général Ben Freakley a partagé la définition de la discipline du général John Schofield:

«La discipline qui rend les soldats d’un pays libre fiables au combat ne doit pas être acquise par un traitement dur ou tyrannique. Au contraire, un tel traitement est beaucoup plus susceptible de détruire que de former une armée. Il est possible de donner des instructions et de donner des ordres de telle manière et d’un tel ton de voix pour n’inspirer au soldat aucun sentiment mais un désir intense d’obéir, tandis que la manière et le ton de voix opposés ne peuvent manquer d’exciter un fort ressentiment et une désir de désobéir. L’un ou l’autre mode de traitement des subordonnés découle d’un esprit correspondant dans la poitrine du commandant. Celui qui ressent le respect qui est dû aux autres ne peut manquer de leur inspirer du respect pour lui-même, tandis que celui qui ressent, et par conséquent manifeste, le manque de respect envers les autres, en particulier ses inférieurs, ne peut manquer d’inspirer la haine contre lui-même.

Aujourd’hui, alors que nous sommes en guerre avec un ennemi presque invisible, les paroles du général Schofield sont un conseil précieux pour toutes les sociétés libres. Nos gouvernements devraient agir en se fondant davantage sur la confiance que sur la force.

Au cours des derniers mois, alors que le monde était confronté au COVID-19, les gouvernements ont adopté différentes approches et stratégies pour lutter contre la menace. Aujourd’hui, nous regardons une pandémie si puissamment qu’elle remet en question et teste non seulement les fondements de nos systèmes de santé, mais aussi les fondements de notre civilisation occidentale – démocratie, droits de l’homme et libertés civiles.

Jusqu’au 20e siècle, la «raison étatique» était la principale préoccupation de la plupart des gouvernements. Pour les gouvernements de l’époque, un citoyen en bonne santé avait plus de valeur qu’un citoyen libre et la santé publique avait toujours préséance sur les libertés civiles. Cette façon de penser n’a pas disparu encore aujourd’hui.

Aujourd’hui, nous voyons une partie de nos médias traditionnels et des éléments de nos réseaux sociaux louant la Chine et l’efficacité de son approche de la poigne de fer pour contenir la propagation du COVID-19. Cette interprétation simpliste néglige le fait que des pays comme l’Allemagne ou la Corée du Sud sont beaucoup plus efficaces pour gérer l’épidémie de virus sans pour autant revenir aux limitations imposées par le gouvernement chinois à sa population.

En fait, aujourd’hui, un nombre croissant d’experts affirment que l’épidémie de COVID-19 n’aurait pas explosé en pandémie si la société chinoise avait eu le système de freins et contrepoids sous forme de médias libres pour remettre en question la façon dont les autorités chinoises ont géré l’épidémie dans son étapes préliminaires. Ce qui semble aussi fort est apparu comme le plus gros défaut du système et a exposé le monde entier au virus mortel.

Il semble que le gouvernement chinois en soit également conscient. Alors que les pandémies se calmaient en Chine, son gouvernement semble s’être engagé dans une opération mondiale de contrôle des dégâts pour détourner l’attention du public de la question de sa responsabilité dans les pandémies.

En conséquence, nous menons une campagne en cours pour saper le rôle de l’OTAN et de l’Union européenne dans la guerre contre les pandémies et présenter les deux blocs comme faibles et impuissants. Les effets sont évidents. Une vidéo a fait surface sur les réseaux sociaux montrant un citoyen italien en train de décrocher le drapeau de l’UE sur son hôtel de ville et de hisser à sa place un drapeau rouge chinois. Dans un scénario similaire, un autre Italien a remplacé le drapeau de l’UE par un drapeau russe à la suite de l’annonce que la Russie envoie des avions pleins d’équipement. Dans une tournure attendue du destin, le principal quotidien italien a rapporté que la plupart des équipements en provenance de Russie étaient absolument inutiles.

Ce récit de poing de fer est renforcé sur les réseaux sociaux avec différentes vidéos, comme celles de l’Inde montrant la police locale en train de battre des gens pour ne pas avoir respecté le couvre-feu imposé. Une autre vidéo montre le président russe Vladimir Poutine ordonnant à son personnel de fermer immédiatement toutes les pharmacies où les masques médicaux sont vendus à des prix plus élevés que d’habitude.

Le gouvernement hongrois a utilisé le COVID-19 comme prétexte pour introduire un ensemble de lois renforçant davantage l’emprise du régime sur la société hongroise. En Pologne, le parti au pouvoir n’a pas hésité à diaboliser davantage son opposition politique.

Enfin, dans les Balkans, la Serbie a envoyé des soldats lourdement armés pour patrouiller dans les rues et faire respecter un couvre-feu. En Albanie, des véhicules blindés ont occupé les rues à travers le pays dans ce qui semble être une façon de dépeindre les gouvernements comme tout sauf ce qu’ils sont vraiment – impuissants et non préparés. Le gouvernement monténégrin, en revanche, a reçu des éloges pour sa gestion de la menace.

Pleinement conscient des défis de mettre un pays en lock-out, le gouvernement monténégrin tient une liste accessible au public contenant les noms des personnes condamnées à s’isoler en raison de leur exposition potentielle au COVID-19. Dans un petit pays de 600 000 habitants, ils espèrent que cette mesure permettra à la société de se protéger.

Une fois introduit, il a soulevé des inquiétudes de la part du secteur civil et des médias professionnels, prouvant une fois de plus que la société monténégrine est à la fois capable et désireuse de remettre en question son gouvernement et de protéger les libertés constitutionnelles et civiles. De grandes organisations internationales, telles que les défenseurs des droits civils, se sont activement engagées pour remettre en question la mise en œuvre de la mesure.

Aujourd’hui, alors que la guerre contre les pandémies appelle des mesures de confinement impopulaires, la question demeure: où sont les limites des actions gouvernementales? Où la nécessité médicale et le bon sens s’arrêtent et où commencent les libertés civiles? Et pourquoi nous sommes manifestement prêts à sacrifier certains droits civils et libertés individuelles pour rester en vie, la question que nous devons continuer à poser est de savoir quelle devrait être l’ampleur de ce sacrifice?

Les dirigeants démocratiquement élus du monde entier agissent et certains vont au-delà de la légalité. Aux États-Unis, les experts locaux de la quarantaine remettent en question les mesures, comme celles prises dans la région de San Francisco, susceptibles d’être contestées devant les tribunaux. Les juges devront alors équilibrer les libertés civiles individuelles et les droits constitutionnels d’un côté et la nécessité de protéger la santé publique de l’autre.

Une leçon doit être tirée de cette crise; la crise que nous devrions percevoir non pas comme un péril, mais comme un appel au réveil pour que les dirigeants mondiaux du monde libre s’assoient ensemble à la même table et s’accordent sur les protocoles qui seront suivis lors des scénarios similaires à l’avenir, scénarios qui sont déjà prévues. Il n’y a plus d’excuses.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Publish Date
mars 27, 2020
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin