Explication de la loi sur l’autonomie de Hong Kong

Hong Kong

SCOTT GOLDNERScott Goldner

10 juillet 2020

Le 2 juillet 2020, un jour après que le gouvernement de la République populaire de Chine (RPC) a commencé à appliquer un loi opaque sur la sécurité nationale du peuple de Hong Kong , les Loi sur l’autonomie de Hong Kong (le «projet de loi» ou «HR 7440») a été adopté par les deux chambres du Congrès. Le projet de loi, qui sanctionnerait les personnes étrangères et les institutions financières étrangères qui transigent avec ces personnes pour atteinte à l’état de droit ou à l’autonomie de Hong Kong, attend maintenant la signature ou le veto du président Donald Trump. S’il est signé dans la loi, HR 7440, en tant que dernière d’une série de déclarations et de mesures des pouvoirs exécutif et législatif visant la position de plus en plus agressive de la RPC à l’égard de Hong Kong (par exemple, le président Trump déclarant Hong Kong «n’est plus suffisamment autonome», promulgation de la Loi de 2019 sur les droits de l’homme et la démocratie de Hong Kong ), est susceptible d’augmenter les tensions entre les États-Unis et la RPC. S0, qu’est-ce que le projet de loi exigerait et quels acteurs gouvernementaux seraient responsables de la mise en œuvre de ses dispositions?

HR 7440 cherche à punir la RPC pour avoir violé ses obligations concernant l’avenir de Hong Kong. Ces obligations, codifiées à la fois dans le Déclaration commune et le Loi fondamentale , les deux documents définissant Hong Kong (pour une discussion des deux, veuillez voir ), comprennent: Hong Kong maintenant un «degré élevé d’autonomie, sauf dans les affaires étrangères et de défense», «le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire indépendant», les libertés d’expression, de presse et d’association et le suffrage universel pour élire le chef de l’exécutif de Hong Kong . Le projet de loi fournit des exemples de la façon dont les actions de la RPC ont sapé, et dans certains cas, contrevenu à ces promesses et obligations.

D’une manière générale, le projet de loi établit le cadre suivant: premièrement, les secrétaires d’État et du Trésor soumettent au Congrès des rapports identifiant (1) les personnes étrangères contribuant matériellement à l’érosion de certains droits à Hong Kong et (2) toute institution financière étrangère effectuant des  » transactions importantes »avec les personnes identifiées; deuxièmement, le président doit imposer des sanctions aux personnes et institutions identifiées; enfin, si le président choisit de ne pas imposer de sanctions aux personnes et institutions identifiées, le Congrès peut soumettre des résolutions conjointes tentant d’annuler la décision du président. Les paragraphes suivants développeront ce cadre.

1. Rapports

L’article 5 du projet de loi énonce les exigences en matière de rapports. Dans les 90 jours suivant la promulgation de HR 7440, si le secrétaire d’État (SoS), «en consultation avec le secrétaire au Trésor», détermine «qu’une personne étrangère contribue matériellement, a le non-respect par le gouvernement chinois de ses obligations en vertu de la Déclaration commune ou de la Loi fondamentale, «le SoS doit fournir au Congrès un rapport non classifié et accessible au public qui identifie la personne et décrit ses activités qui ont conduit à l’identification (le rapport ne peut identifier une personne, cependant, si l’identification pourrait compromettre une opération de renseignement ou d’application de la loi). Une contribution matérielle est celle qui:

    • réduit le «degré élevé d’autonomie» de Hong Kong; ou alors
    • se traduit par «l’incapacité du peuple de Hong Kong» à:
      • jouissent des libertés de «réunion, de parole, de presse ou d’état de droit indépendant»; ou alors
      • de «participer aux résultats démocratiques».

Ensuite, dans les 60 jours suivant le rapport du SoS, le secrétaire au Trésor (SoT), «en consultation avec le secrétaire d’État», doit soumettre un rapport séparé au Congrès. Ce rapport, également non classifié et accessible au public, doit identifier «toute institution financière étrangère qui effectue sciemment une transaction importante» avec la personne étrangère identifiée dans le rapport du SOS. Bien que le projet de loi définisse les éléments «institution financière» (en se référant à 31 USC § 5312 (a) (2) ) et «sciemment» («connaissance réelle du comportement, des circonstances ou du résultat»), il ne définit pas «transaction significative», laissant plutôt la possibilité à l’interprétation du SoT. Le Congrès accorde donc au SoT une certaine latitude pour déterminer s’il faut inclure une institution financière dans un rapport.

Enfin, le projet de loi accorde au président le pouvoir d’exclure une personne ou une institution d’un rapport ou de retirer une personne ou une institution d’un rapport avant d’imposer des sanctions, le Congrès n’ayant pas le pouvoir d’annuler la décision. Si le président détermine qu’une contribution ou une transaction (1) «n’a pas d’effet négatif significatif et durable» sur Hong Kong, (2) «ne se répétera probablement pas à l’avenir» et (3) «a été annulée ou autrement atténué par des contre-mesures positives prises par «la personne ou l’institution, le président peut exclure ou retirer une personne ou une institution d’un rapport. Le président a jusqu’à un an pour retirer une personne ou une institution d’un rapport, après quoi les sanctions obligatoires (détaillées ci-dessous) entrent en vigueur. Le seul rôle du Congrès dans ce processus est passif, le président étant tenu de «notifier les comités et les dirigeants appropriés du Congrès de la détermination et des raisons de la détermination».

2. Sanctions

Les sections 6 et 7 du HR 7440 détaillent le régime des sanctions. En vertu de l’article 6, le président doit imposer des sanctions aux personnes identifiées dans le rapport du SOS dans un délai d’un an à compter de la publication du rapport (ou dans un délai d’un an après une mise à jour du rapport). Le président peut imposer deux types de sanctions aux personnes identifiées: des sanctions contre les biens, telles que l’interdiction à une personne identifiée d’acquérir ou d’utiliser des biens dans la juridiction des États-Unis, et / ou des sanctions de voyage, qui consistent soit à refuser un visa à la personne identifiée, soit à exclure les États-Unis (sous réserve d’obligations internationales).

La section 7 impose des sanctions à une institution financière identifiée dans le rapport du SoT. La section énumère 10 sanctions possibles, notamment l’interdiction à l’institution de servir de référentiel pour les fonds du gouvernement américain et l’interdiction aux Américains d’investir dans l’institution financière. Dans l’année suivant la réception par le Congrès du rapport du SoT (ou d’une mise à jour), le président doit imposer au moins 5 des sanctions énumérées; dans un délai de deux ans, le président doit imposer les 10 sanctions. Le président, cependant, ne peut imposer des sanctions en vertu des articles 6 ou 7 qui impliquent «l’importation de marchandises».

3. Renonciation ou résiliation des sanctions

Enfin, le président, conformément à l’article 8 du projet de loi, peut «renoncer» (c.-à-d. Ne pas imposer) ou «mettre fin» (c.-à-d. Supprimer) les sanctions à l’encontre d’une personne ou d’une institution identifiée. Le président «peut renoncer à l’application des sanctions en vertu de l’article 6 ou 7» s’il (1) détermine que la renonciation aux sanctions «est dans l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis» et (2) soumet un rapport au Congrès détaillant ses raisons pour ci-dessus la détermination. Le président peut mettre fin aux sanctions si le SoS et le SoT déterminent conjointement que les actions de la personne ou de l’institution satisfont au critère des trois éléments décrit ci-dessus (c.-à-d. Aucun effet significatif et durable, peu susceptible d’être répété, annulé ou atténué d’une autre manière).

Contrairement à l’exclusion ou au retrait d’une personne ou d’une institution d’un rapport avant l’imposition de sanctions, une fois que les sanctions sont ou devraient être imposées, le Congrès peut annuler la décision de renonciation ou de résiliation du président. Pour ce faire, les membres du Congrès doivent introduire un résolution conjointe de désapprobation , qui, aux fins du processus législatif, fonctionne comme un projet de loi. Autrement dit, pour que le Congrès remplace la décision de renonciation ou de résiliation du président par une résolution de désapprobation, les deux chambres du Congrès doivent adopter la résolution et le président doit la signer; si le président oppose son veto à la résolution, le Congrès peut voter pour annuler le veto et imposer (ou réimposer) des sanctions.

Les sanctions imposées en vertu de ce projet de loi resteraient en vigueur au moins jusqu’au 1er juillet 2047, date la plus rapprochée à laquelle la RPC peut modifier le «haut degré d’autonomie» de Hong Kong, selon à la fois la résolution commune et la loi fondamentale. Si le Congrès adopte une «résolution de résiliation» après cette date, les sanctions applicables peuvent cesser.

Le gouvernement de la RPC n’a jusqu’à présent répondu que par déclarations publiques , qualifiant les auteurs du projet de loi de «motifs vicieux» et déclarant que «la Chine réagira fortement et les États-Unis en subiront toutes les conséquences» si HR 7440 devient loi. Encore, rapports récents suggère fortement que le président Trump a l’intention de signer HR 7440. Lorsque cela se produira, les relations entre les États-Unis et la Chine se détérioreront probablement davantage, les Hongkongais continuant de perdre les libertés et l’autonomie qui leur avaient été promises.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Publish Date
juillet 10, 2020
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin