Ghaffar Khan Baba; le messager de la paix et de la non-violence

vue sur la salle de l'auditorium

ZAHEER ABBASZaheer Abbas

14 mai 2014

Le climat sociopolitique violent qui prévaut aujourd’hui en Asie du Sud appelle à revoir les valeurs et les actions des dirigeants qui ont incarné la paix et la non-violence et ont fait passer les intérêts de leur peuple et de leur communauté avant leurs gains personnels. Ce sont des exemples de leaders éthiques qui ont influencé les masses avec leur amour inconditionnel pour l’humanité.

Khan Abdul Ghaffar Khan était l’un de ces leaders. Il était populairement connu sous le nom de Bacha Khan (roi des chefs) parmi les Pachtounes du Pakistan et d’Afghanistan; «Frontier Gandhi», «Soldat non violent de l’Islam» et «Prophète de la paix» en Occident et «Khan Baba» en Inde. Il était un leader exemplaire et un réformateur social qui, en coalition avec le Mahatma Gandhi, a lancé un mouvement social et politique pour unir les Pachtounes contre les forces nationales et extérieures en leur faisant prendre conscience de leurs droits, de leurs forces culturelles uniques et de leurs faiblesses. Il a initié le mouvement «Khudai Khidmatgaar» (serviteurs de Dieu) basé sur les valeurs du soufisme bienveillant avec l’amour pour l’humanité, la paix et la non-violence comme principes directeurs. De nombreux critiques qualifient le mouvement de simple mouvement politique destiné à aider Gandhi et le Congrès national indien dans sa lutte pour obtenir l’indépendance de l’Empire britannique. De telles critiques vont dans le sens de l’appropriation de son mouvement et ne tiennent pas compte des nuances qui ont rendu son mouvement unique et largement populaire. Le mouvement de Ghaffar Khan était bien plus que son simple soutien politique au Congrès. Il avait un caractère sociopolitique et était différent à bien des égards du mouvement «Ahimsa» ou non-violence de Gandhi. Son mouvement était fondé sur un récit alternatif de la religion (l’islam soufi) et de la culture (Pashtunwali) qu’il avait lancé il y a bien longtemps avant de devenir un allié du Congrès national indien. Il visait à réformer le tissu socioculturel de la société pachtoune et à élever la conscience collective de son peuple par l’éducation et l’activisme politique.

C’était une période cruciale pour les Pachtounes du Pakistan et de l’Afghanistan d’aujourd’hui. La société pachtoune était une société traditionnelle. Pendant des siècles, les normes religieuses et culturelles renforcées par des processus politiques ont conduit à l’utilisation de la violence comme seule stratégie sociale et politique permettant aux Pachtounes de rester au pouvoir et de résister aux pressions extérieures. L’islamisation des processus politiques a permis de légitimer le pouvoir de la mosquée sur la sagesse culturelle. La mosquée dans les sociétés islamiques a toujours joué un rôle de catalyseur en apportant ou en résistant aux réformes sociales et politiques. La majorité des musulmans croient que la religion est la source ultime d’orientation dans toutes les affaires sociales et politiques. Cette intégration de la théologie avec la politique a été historiquement dangereuse pour le développement humain. Il a servi les intérêts du clergé et de l’élite dirigeante en légitimant leurs politiques de violence et de guerre au nom de la divinité et en l’appelant la «Volonté de Dieu». Ghaffar Khan était conscient de ce fait et il a choisi d’utiliser la religion comme un outil de changement social plutôt que comme un outil de manipulation.

Il voulait faire prendre conscience aux Pachtounes de leur culture, civilisation et histoire uniques, vieilles de plusieurs milliers d’années. Il souhaite que les Pachtounes soient unis contre les ennemis internes et externes non par la violence et la guerre, mais par la paix et la non-violence. Il ne souhaitait pas que les Pachtounes répètent les erreurs de leurs ancêtres, dont la plupart dirigeaient l’Afghanistan et le sous-continent indien par la force et l’effusion de sang. Ses efforts visaient à élever la conscience collective des Pachtounes. Son objectif était de promouvoir les aspects positifs du «pachtou» vieux de plusieurs siècles qui n’est pas seulement une langue mais un collectif de traditions, de normes et de codes sociaux qui ont évolué au fil des siècles et dénommé «pashtunwali». Sa philosophie de la non-violence était ancrée dans le soutien social collectif aux marginalisés de la société (sans blesser son ego et sa dignité), l’amour de la liberté, l’égalitarisme, l’hospitalité et la bravoure. Pour Ghaffar Khan, un vrai Pachtoune était celui qui savait contrôler la colère, la rage et réprimer ses sentiments de vengeance même pour leurs pires ennemis. Un Pachtoune doit lutter contre la répression et la tyrannie, mais il doit être de nature non violente. Selon lui, une personne qui souhaite récupérer sa terre occupée, sa propriété et ses droits légitimes devrait revendiquer ses droits de manière pacifique. Il pensait que la violence pouvait apporter des gains à court terme mais ne constituait pas une solution durable. La violence engendre la violence et la haine tandis que la non-violence engendre l’amour et la compassion. Selon lui, croire et pratiquer la non-violence a besoin de plus de courage et de détermination que le recours à la violence. Il pensait qu’un soldat non violent ne pourrait jamais être vaincu parce que l’adversaire n’a pas d’arme pour faire face à la non-violence.

Il n’était pas surprenant que l’Empire britannique soit très irrité par le mouvement «Khudai Khidmatgaar». Pour un Pachtoune, cela aurait été un acte inimaginable en raison de la compréhension culturelle de la violence et de la vengeance. La non-violence a été adoptée comme mode de vie par «Khudai Khitmatgar». Au contraire, l’adoption par le Congrès du principe de non-violence était principalement à des fins politiques. Vers la fin, il fut déçu de la dissociation effrontée du Congrès de la politique pakistanaise. Après la partition de l’Inde, Ghaffar Khan et son «Khudai Khidmatgar» n’ont pas été soutenus par le Congrès. Ghaffar Khan a été très déçu de cette attitude et de l’indifférence du Congrès. Ses derniers mots au Congrès ont été «vous nous avez jetés aux loups». Par «loups», il entendait l’élite politique féodale du Pakistan qui le qualifiait de «traître», de «communiste» et d ‘«infidèle».

L’Empire britannique et l’État pakistanais avaient depuis le tout début une peur écrasante des intentions de Ghaffar Khan. Ils ont été choqués de voir des milliers de soldats de paix et d’amour parmi les Pachtounes qui étaient historiquement célèbres pour la guerre et l’effusion de sang. Cependant, l’histoire prouve que son seul motif était de lutter contre la tyrannie et l’oppression par la non-violence. Un événement inoubliable qui est une preuve indéfectible d’action sociale basée sur sa philosophie a été lorsque plus de 200 Khudai Khitmatgaar non-violents et non armés ont été confrontés à des balles d’armes britanniques lors d’une manifestation pacifique le 23 avril 1930 dans la ville de Peshawar. Les soldats qui ont tiré ont été tellement émus par cet immense acte de courage qu’ils ont défié les ordres de leurs supérieurs de continuer à tirer en déclarant qu’ils ne pouvaient plus tuer leurs frères. C’était le courage de ses partisans qu’un soldat armé n’a pas. Il s’agit d’un acte de bravoure et de compassion inoubliable dans l’histoire de l’Asie du Sud. Malheureusement, la génération actuelle au Pakistan, en particulier les Pachtounes, ignorent en grande partie la philosophie de Ghaffar Khan et le sacrifice de ses partisans. Cette prise de conscience est cruciale pour que les Pachtounes du Pakistan et d’Afghanistan envisagent d’aujourd’hui d’autres moyens de faire face aux circonstances défavorables créées par des structures sociales et politiques oppressives.

La solution de Ghaffar Khan pour le développement humain durable et la paix était basée sur des principes clés de non-violence, d’éducation, de service (vivre pour les autres), d’égalité et de foi. Beaucoup de choses ont changé dans le sous-continent indien depuis qu’il a perdu l’un de ses plus grands dirigeants. La politique est devenue marquée par la corruption, la trahison et l’oppression. La violence est devenue de plus en plus systématisée et est utilisée pour réprimer toute voix de dissidence. Il vaudrait la peine que les masses communes, les institutions sociales et politiques s’engagent avec les valeurs proposées par Ghaffar Khan si nous voulons une société digne d’être habitée par nos générations à venir. Pour conclure avec ses propres mots: «Le monde d’aujourd’hui évolue dans une direction étrange. Vous voyez que le monde va vers la destruction et la violence. Et la spécialité de la violence est de créer la haine et la peur parmi les gens. Je crois en la non-violence et je dis qu’aucune paix ou tranquillité ne descendra sur le monde tant que la non-violence ne sera pas pratiquée, car la non-violence est amour et elle suscite le courage des gens. Il n’y a d’avantage que dans la construction. Je veux vous dire catégoriquement que je ne soutiendrai personne dans la destruction.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Publish Date
mai 14, 2014
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin