La guerre de la mémoire de Vladimir Poutine

Reichstag flag

Die Zeit, un hebdomadaire allemand de référence, a publié un article par le président russe Vladimir Poutine le 22 juin. La date, qui marque le 80 anniversaire de l’opération Barbarossa (l’attaque d’Adolf Hitler contre l’Union soviétique) a été intentionnellement choisi par l’auteur. Moscou utilise depuis longtemps l’histoire de la Seconde Guerre mondiale comme une arme dans sa « guerre de la mémoire » en cours. Le message de Poutine était centré sur la façon dont l’Allemagne en particulier, mais aussi l’Occident en général, devraient convenir que le coût humain énorme auquel la victoire soviétique à l’est a finalement été légitimée son régime et lui donne des droits spéciaux dans la partie du monde qu’il définit comme  » le sien. »

L’article est rempli de ce que l’on peut, au mieux, appeler des « demi-vérités » historiques. Poutine prétend que juin 1941 a marqué le début de « la Grande Guerre patriotique » – un cadre du conflit en Europe qui omet commodément septembre 1939 lorsque l’Union soviétique, avec l’Allemagne nazie, a envahi la Pologne conformément au tristement célèbre pacte Molotov-Ribbentrop. Des phrases comme comment l’Armée rouge « a sauvé l’Europe et le monde entier de l’esclavage » et « le soldat soviétique n’a pas mis le pied sur le sol allemand pour se venger des Allemands » sont des tentatives évidentes pour effacer l’occupation et l’imposition ultérieures de dictatures satellites dans l’Est. Europe, ainsi que les horreurs des viols de masse contre des civils allemands.

Cela devient presque comique lorsque Poutine soutient qu’après la guerre, les peuples d’Europe ont « mis le cap sur l’intégration » étant donné la division extrêmement claire du continent imposée par l’Union soviétique avec le rideau de fer et le mur de Berlin tout au long de la guerre froide. Le dirigeant russe semble clairement déplorer cette division puisqu’il entre ensuite dans le trope fatigué de la façon dont l’OTAN aurait prétendument violé les « promesses » lorsque l’alliance a accepté de nouveaux membres une fois que les États captifs étaient devenus libres.

Dans un excellent rapport récent, Maison Chatham énumère 16 mythes et idées fausses dans le débat sur la Russie. L’affirmation selon laquelle l’OTAN a accepté de ne pas accepter de nouveaux membres est au sommet. En plus d’être faux sur le plan factuel puisqu’aucun de ces accords n’a été conclu, ce qu’il faut vraiment dire, c’est que toute la prémisse est fausse – la Russie n’a pas droit à l’ancien empire soviétique en Europe de l’Est. Ces pays n’appartiennent pas à Poutine. Ils appartiennent aux gens qui les habitent. Ces gens voulaient rejoindre l’OTAN, une alliance volontaire à la différence du Pacte de Varsovie. Donner à la Russie un droit de veto sur de telles décisions donnerait à Moscou le dernier mot en matière de sécurité des États souverains – exactement ce que ceux qui ont renversé le communisme en Europe de l’Est, qui ont aidé l’Amérique à gagner la guerre froide, voulaient s’éloigner le plus possible.

Poutine prétend qu’il défend le partenariat et la coopération, mais cela sonne simplement creux. La Russie ne croit pas à l’ordre fondé sur des règles ou aux valeurs qui unissent les États-Unis et nos alliés. Notamment, Poutine dit qu’il cherche « un continent unifié » de « Lisbonne à Vladivostok ». Il ne s’agit en aucun cas d’une idée nouvelle. C’est simplement une vieille affaire soviétique pour séparer l’Amérique de l’Europe. Comme le sénateur John McCain l’a dit si clairement dans son dernier discours à la Conférence de Munich sur la sécurité en 2017, la Russie cherche à nous diviser parce qu’elle n’a rien à offrir au monde et, par conséquent, n’a pas d’alliés significatifs.

Il est courant de supposer que l’autre côté a probablement au moins un peu raison. Mais Poutine ne le fait tout simplement pas. Qualifier la tentative du peuple ukrainien de liberté et de dignité en 2014 de coup d’État organisé par les États-Unis qui « a provoqué la sortie de la Crimée de l’État ukrainien » est un mensonge. Et un assez riche venant la personne qui a ouvertement vanté sur son propre rôle clé dans le vol de territoire avec la force militaire d’un autre pays pour la première fois en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Espérons que Die Zeit offre au président ukrainien Volodymyr Zelensky une chance d’écrire une réfutation. Après tout, son pays a été bien plus dévasté par l’invasion nazie de 1941 que la Russie d’aujourd’hui.

D’une certaine manière, il est difficile de reprocher à Poutine d’avoir tenté de culpabiliser l’Allemagne pour qu’elle coopère avec lui en utilisant des souvenirs historiques douloureux, car cela semble fonctionner. La semaine dernière encore, Angela Merkel et Emmanuel Macron, une fois de plus, ont commis la même vieille erreur lorsqu’ils ont plaidé pour de nouvelles « réunions au niveau des dirigeants » entre la Russie et l’UE Il a fallu la position dure de la Pologne et des États baltes, qui ne connaissent que trop bien Poutine, pour que le Conseil européen pose d’abord des demandes au Kremlin et menace de nouvelles sanctions si « l’activité malveillante, illégale et perturbatrice » de la Russie ne prend pas fin.

C’est la voie à suivre. L’Occident n’a pas d’intérêts communs avec la Russie. Nos désaccords ne sont pas le résultat d’un malentendu, d’un manque de dialogue ou d’un manque de volonté de notre part d’être «ouvert», comme le soutient Poutine, mais plutôt du fait que nos valeurs sont tout simplement inconciliables. Nous devrions accepter cela.

Si Poutine recherche « la sécurité et la stabilité stratégique », comme il l’écrit, il devrait cesser de sonner comme un disque rayé et à la place mettre fin à ses guerres d’agression, ses occupations illégales, ses tentatives d’assassinat avec des agents neurotoxiques, ses cyberattaques et l’abattage d’avions civils.

La coopération doit être fondée sur quelque chose de significatif. Accepter les tentatives d’un leader autoritaire d’utiliser l’histoire comme arme ne nous y mènera pas. Cette route ne mène qu’à plus d’instabilité et, en fin de compte, à plus de conflits.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Aaron Korewa
Publish Date
juin 30, 2021
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin