La tolérance de la société à la corruption résulte d’un mauvais leadership

vue sur la salle de l'auditorium

ERKAIYM MAMBETALIEVAErkaiym Mambetalieva

29 novembre 2017

Depuis mon arrivée aux États-Unis en tant que Leader de la prochaine génération à l’Institut McCain, ma conviction que la corruption est au cœur des problèmes au Kirghizistan, mon pays d’origine, a été réaffirmée. Mes discussions approfondies avec mes collègues NGL et le personnel de l’Institut ont mis en évidence le besoin de leaders axés sur le caractère à travers le monde. Au Kirghizistan, ce besoin est particulièrement aigu.

Au cours des 25 dernières années, la société kirghize est devenue de plus en plus tolérante à des niveaux élevés de corruption, ce que les Kirghizistan combattaient activement sous le régime soviétique. Cela soulève la question: «Quels sont les facteurs qui ont transformé la conscience de la société kirghize?»

Certains pensent cependant que la mentalité du Kirghizistan a elle-même changé; cette croyance est incorrecte.

La conscience de la population kirghize respectueuse des lois s’est progressivement transformée en raison de l’avidité et du pillage impuni des richesses par les dirigeants du pays. L’exemple effréné et corrompu des hauts dirigeants kirghizes a conduit à l’acceptation de la corruption en tant que norme sociétale.

L’acceptation de la corruption comme mode de vie au Kirghizistan a commencé avec l’indépendance du pays vis-à-vis de l’Union soviétique. Avec l’éclatement soviétique, Askar Akaev a pris le contrôle d’un pays doté de ressources suffisantes et d’une table rase pour la gouvernance future. Au lieu de créer des institutions éthiques, Akaev a jeté les bases d’un gouvernement corrompu qui a été le plus grand obstacle au développement du Kirghizistan au cours des 25 dernières années.

Ce système corrompu est intégré au budget de l’État, à travers lequel les dirigeants du gouvernement détournent des profits. Grâce à ce système, des millions de dollars sont distribués aux représentants du gouvernement sous forme de pots-de-vin afin que l’élite reste au pouvoir.

La corruption au Kirghizistan s’est énormément répandue et a considérablement entravé le développement économique du pays. En conséquence, la société se méfie désormais du gouvernement et de ses lois. Les valeurs et principes comme la justice, l’honnêteté, l’éducation et la moralité disparaissent progressivement et sont remplacés par des notions d’accumulation de richesse et de gain ou d’avancement personnel.

En 2005, le tollé général suscité par les pratiques de corruption du pays a conduit au renversement d’Akaev. En avril 2006, le Bureau du Procureur général avait engagé 106 poursuites contre Akaev, ses proches et son cercle d’amis et de conseillers. Rien qu’en 2005, on estime qu’Akaev a détourné 50 millions de dollars.

Le prochain président, Kurmanbek Bakiev, a simplement exploité les mécanismes de corruption existants lors de son entrée en fonction, réaffirmant la large conviction que seule la corruption peut conduire au succès et que l’institution de la corruption est imbattable.

Ainsi, en raison de son histoire récente, il est difficile de parler sérieusement de la mise en œuvre de mesures anticorruption efficaces au Kirghizistan lorsque les dirigeants d’un pays sont eux-mêmes impliqués dans la corruption. D’un autre côté, de nombreuses discussions actuelles sur la corruption sont faussement polarisées. Le mythe selon lequel la corruption est une particularité génétique du peuple kirghize est une fausse imposition à notre société. Il est utilisé comme une excuse pour les mauvaises actions et approfondit la perception que la corruption est une réalité de la vie.

LA SOLUTION

Des institutions civiles assidues sont nécessaires pour la prospérité et le progrès, sans parler de la chance de devenir un membre à part entière de la société mondiale. Les principaux efforts de lutte contre la corruption devraient se concentrer sur des campagnes d’éducation anti-corruption pour tous les Kirghizistan. Seules la prise de conscience et la force collective de ceux qui sont contournés par le développement peuvent fournir des institutions exemptes de corruption. Les efforts devraient particulièrement cibler les jeunes, la prochaine génération de dirigeants qui portera la responsabilité de la gouvernance future. Ces futurs dirigeants doivent montrer l’exemple afin de faire preuve d’une prise de décision honnête et éthique. Ce n’est que lorsque les dirigeants présentent des traits de leadership axé sur le caractère que le reste de la société

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Publish Date
novembre 29, 2017
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin