Skip to main content

Le lien entre la politique migratoire de la Colombie et le renforcement du système judiciaire

Nate King est un leader mondial de 2022 McCain. Il est directeur des affaires du Congrès américain à International Justice Mission (IJM), une organisation mondiale qui s’associe aux autorités locales pour protéger les personnes en situation de pauvreté contre la violence. Nate dirige l’engagement stratégique d’IJM auprès du Congrès américain, travaillant avec les législateurs et leur personnel pour façonner les efforts américains de lutte contre la traite des êtres humains et la violence contre les femmes et les enfants (VAWC) par le biais de la législation et des mécanismes de financement.

En cette année qui marque les 200 ans des relations diplomatiques entre les États-Unis et la Colombie, la Colombie a également connu un changement important dans son climat politique. Le 7 août, le pays a inauguré son premier président de gauche, Gustavo Petro, et sa colistière Francia Márquez, sa première vice-présidente afro-colombienne. Avec ce changement de direction, la communauté internationale suivra de près les actions d’une nouvelle administration en Colombie – certains avec espoir, d’autres avec inquiétude. De nombreux observateurs de l’hémisphère occidental suivront de près la manière dont la politique de la Colombie à l’égard du Venezuela évoluera ou restera cohérente sous un gouvernement Petro. Les observateurs seront particulièrement attentifs au traitement des migrants vénézuéliens qui ont afflué dans le pays ces dernières années, à la recherche d’opportunités économiques rendues impossibles dans leur pays d’origine par un gouvernement répressif.

La semaine précédant cette inauguration historique, je me suis rendu en Colombie, où j’ai rejoint mes homologues des 2022 McCain Global Leaders de tout l’hémisphère occidental pour étudier la dynamique des politiques migratoires. Au cours de la tournée Changemaker, nous avons entendu des représentants d’ONG et des chefs religieux, rencontré des représentants du gouvernement du Venezuela et de la Colombie, appris du personnel de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), et discuté avec un représentant de l’ambassade des États-Unis. Cette visite nous a donné un aperçu de première main de la variété et de la complexité des défis politiques et humanitaires causés par les vagues de migration, comme l’a souligné un récent article du Washington Post, selon lequel 1 200 enfants vénézuéliens sont pris au piège dans le système colombien de protection de l’enfanceLes autorités n’ont pas été en mesure de réunir les enfants avec leurs familles.

Comprendre l’approche pionnière de la Colombie en matière de politique migratoire

Nous avons également pu constater que la Colombie aborde la question de la migration irrégulière différemment des autres gouvernements de l’hémisphère. Au début de l’année 2021, le président de l’époque, Iván Duque, a annoncé une nouvelle politique à l’égard des migrants vénézuéliens qui leur permettrait de vivre et de travailler légalement en Colombie pendant 10 ans, s’ils s’inscrivent auprès du gouvernement. Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a salué cette décision « historique ». « C’est un geste qui change la vie des 1,7 million de Vénézuéliens déplacés qui bénéficieront désormais d’une protection, d’une sécurité et d’une stabilité supplémentaires alors qu’ils sont loin de chez eux », a-t-il déclaré, notant également que cette politique « sert d’exemple pour la région et le reste du monde. »

En juin 2021, cette annonce politique importante a été suivie de la réouverture de la frontière de la Colombie avec le Venezuela, qui avait été fermée pendant 14 mois dans le but de ralentir la propagation du coronavirus. Lors de toutes nos conversations avec des décideurs politiques et des responsables d’ONG au cours de notre voyage en Colombie, j’ai été frappé par la fréquence à laquelle ils se référaient aux Vénézuéliens comme à des frères et des voisins, et non comme à des étrangers, à un problème à régler ou à un fardeau pour les systèmes publics. L’évêque du diocèse catholique romain de Cúcuta, Monseigneur José Libardo Garcés Monsalve – dont les églises nourrissaient entre 4 000 et 7 000 personnes par jour au plus fort de l’afflux de migrants – nous a parlé des difficultés rencontrées par les migrants pour trouver du travail, mais il est désormais courant « de voir un frère vénézuélien dans toute la ville ». Un législateur colombien a exprimé sa frustration face à la fermeture de la frontière provoquée par le COVID-19, et a déclaré qu’il se sentait le devoir d’aider les migrants vénézuéliens : « Ce sont nos voisins. Nous partageons la même langue, la même culture et la même musique. Comment ne pourrions-nous pas les aider ? »

Cette aide est toujours nécessaire. Selon les fonctionnaires de l’ONU et de l’OIM qui nous ont informés, les données officielles montrent que plus de 4 000 Vénézuéliens traversent la frontière quotidiennement. Toutefois, le nombre réel de personnes traversant la frontière est probablement beaucoup plus élevé, car de nombreux migrants craignent d’être maltraités ou contraints de verser des pots-de-vin pour avoir accès au poste frontière officiel. Notre cohorte a passé une journée à Cúcuta, la capitale de Norte de Santander, une région frontalière du Venezuela où beaucoup de ces traversées ont lieu. Nous avons même visité le pont Simon Bolivar à Cúcuta pour constater de visu la situation à la frontière. J’ai été émue à la vue de familles avec de jeunes enfants et de personnes roulant des valises dans des allées poussiéreuses – une image puissante de la décision que des millions de Vénézuéliens ont été contraints de prendre en quête d’un avenir meilleur.

La sécurité physique des citoyens et des migrants doit être une priorité de Petro

Comme l’ont récemment souligné Adam Isacson et Carolina Jiménez Sandoval de WOLA, la sécurité des citoyens et la protection des populations vulnérables devraient figurer parmi les principales priorités de la nouvelle administration colombienne, mais cet effort ne sera pas exempt de défis importants. Les sondages montrent que la confiance dans la police nationale colombienne est à son niveau le plus bas depuis près d’un siècle. Malgré cela, des progrès sont possibles, notamment grâce à la collaboration du gouvernement avec des acteurs stratégiques de la société civile.

Mes collègues de l’International Justice Mission (IJM) Colombia travaillent en partenariat avec le gouvernement colombien pour participer à ce progrès. Notre délégation de l’Institut McCain a reçu un briefing de l’équipe d’IJM Colombie sur le développement d’un modèle de police holistique et local pour protéger les citoyens de la violence et de l’insécurité à Tibú, Norte de Santander. Le travail de l’IJM dans la région frontalière est particulièrement important car la violence, en particulier la violence sexuelle, est une expérience courante pour les migrants. Selon l’enquête 2018 sur la violence contre les enfants et les jeunes (VACS ) menée par le gouvernement colombien, 3 filles sur 5 âgées de moins de 18 ans ont été victimes de multiples événements de violence sexuelle. En outre, une enquête menée en 2020 par le gouvernement colombien a révélé que 56 % des Colombiens n’ont pas recours au système de justice publique en cas de délit.

Les gouvernements des Amériques doivent faire davantage pour protéger les personnes contre la violence

Des services sociaux et d’application de la loi adaptés et tenant compte des traumatismes doivent être au centre des préoccupations des gouvernements de l’hémisphère occidental, et plus encore des décideurs politiques qui doivent faire face à la migration irrégulière. Le renforcement du système de justice publique pour protéger les personnes contre la violence profite aux citoyens et offre protection et refuge aux migrants vulnérables qui vivent ou transitent dans un pays étranger.

Les gouvernements de l’hémisphère occidental continueront à se débattre avec l’une des plus grandes crises humanitaires au monde – une crise provoquée par le déplacement et la migration forcée de personnes à travers le continent. Des millions de personnes ont fui le Venezuela et les pays inondés comme la Colombie, et des milliers de migrants ont été contraints de quitter le Triangle du Nord et de tenter le dangereux voyage vers le Mexique et la frontière sud des États-Unis. Alors que les décideurs politiques envisagent des réponses à la migration irrégulière, le renforcement des systèmes de justice publique devrait être au premier plan de la discussion.

Image Gallery

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Nate King
Publish Date
août 24, 2022
Type
Tags
Share