Skip to main content

Le risque de traite des êtres humains augmente avec l’escalade de la crise en Ukraine

En l’espace d’un mois, nous avons assisté à un exode massif de plus de 3,9 millions de personnes fuyant l’ escalade du conflit en Ukraine. Alors que la Russie poursuit son assaut, menaçant la vie de millions d’autres personnes, la communauté de lutte contre la traite des êtres humains s’inquiète de plus en plus des risques immédiats et à long terme de la traite des êtres humains pour les personnes contraintes de fuir.

S’il faut saluer la générosité des communautés et des individus qui les accueillent, le voyage reste périlleux pour les millions de femmes et d’enfants qui cherchent refuge dans les pays voisins. Avec un accès limité aux réseaux de soutien et aux ressources de base, et face à des opportunités de subsistance limitées, les réfugiés sont confrontés à des risques d’exploitation importants. Des recherches menées dans d’autres conflits, notamment en Syrie et en Afghanistan, ont montré que les trafiquants s’attaquent aux réfugiés de multiples façons. En utilisant des tactiques coercitives telles que les possibilités d’emploi, ou l’accès à la nourriture, au logement et à d’autres produits de première nécessité, les trafiquants ciblent et profitent des vulnérabilités des réfugiés, les exploitant sous de faux prétextes.

La capacité des pays d’accueil à protéger correctement les réfugiés et à répondre aux situations potentielles de trafic d’êtres humains est tout aussi préoccupante. Selon des statistiques récentes tirées du rapport annuel 2021 du département d’État américain sur la traite des personnes (TIP), bon nombre des pays qui accueillent des réfugiés ont eu du mal à réagir de manière appropriée et à prévenir la traite des êtres humains sur leur propre territoire. La Pologne, la Moldavie et la Roumanie figurent parmi les trois premiers pays à accueillir des Ukrainiens à leur frontière, avec plus de 3,3 millions d’individus entrés dans ces trois nations au cours du mois dernier. Le rapport TIP 2021 indiquait que les efforts de la Pologne pour « identifier et protéger les enfants victimes et pour identifier les victimes du travail forcé restaient insuffisants ». De même, le rapport indique que le gouvernement roumain « n’a pas procédé à un dépistage adéquat des indicateurs de traite ou à l’identification des victimes parmi les populations vulnérables, telles que les demandeurs d’asile ». Enfin, en Moldavie, « la protection et l’assistance aux enfants victimes sont restées inadéquates » et « le manque de soutien à la réintégration à long terme a laissé les victimes susceptibles d’être à nouveau victimes. » Ces facteurs préoccupants et les limitations de ressources sont susceptibles d’être exacerbés par cette crise, donnant l’occasion aux trafiquants de s’implanter parmi les populations vulnérables.

La volonté de la Pologne, de la Moldavie et de la Roumanie d’accueillir des réfugiés ukrainiens sur leur territoire témoigne de la solidarité régionale pour soutenir cette population. Toutefois, il est essentiel que ces pays soient dotés des ressources et des informations nécessaires pour protéger de la traite des êtres humains cet afflux d’individus à risque. Alors que les activistes et les forces de police commencent à signaler des « cas alarmants » de trafic potentiel, il est plus important que jamais que les personnes qui servent les réfugiés aux frontières et dans les centres d’accueil comprennent bien ce qui constitue un comportement suspect de la part des trafiquants, et comment réagir si une personne est jugée indigne de confiance. Il est également essentiel que tous les lieux d’accueil ou de transit des réfugiés disposent d’un système d’enregistrement solide pour tous les individus, en particulier les enfants non accompagnés. Non seulement les enfants non accompagnés courent un risque accru de se retrouver face à des trafiquants lorsqu’ils franchissent la frontière, mais ils courent également un risque accru lorsqu’ils poursuivent leur voyage. Valiant Richey, représentant spécial de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe chargé de la lutte contre la traite des êtres humains, s’est dit préoccupé non seulement par la traite à la frontière, mais aussi lors des étapes de transit ultérieures du voyage d’un réfugié. « Le risque de trafic d’êtres humains augmente si vous ne mettez pas en place des mesures de sécurité », suggérant que tous les pays européens, et pas seulement ceux voisins de l’Ukraine, mettent en place des systèmes pour protéger les quelque 3,9 millions de personnes en déplacement.

Les rapports inquiétants de violence, d’hostilité et de racisme à l’encontre des personnes de couleur et des migrants originaires de régions telles que l’Afrique, l’Asie du Sud et le Moyen-Orient sont également préoccupants. Cette violation flagrante du droit international des réfugiés et de l’injustice raciale ne doit pas être tolérée. Il ne s’agit pas seulement d’une crise à laquelle sont confrontés les citoyens ukrainiens, mais tous ceux qui considèrent l’Ukraine comme leur foyer. Tous les réfugiés doivent bénéficier de l’égalité des chances, du respect et de la sécurité.

Avec des centaines d’organisations d’aide et d’agences gouvernementales fournissant un soutien direct et indirect aux personnes touchées par le conflit, il est crucial qu’une réponse humanitaire coordonnée et complète soit mise en place. Nous ne pouvons ignorer les risques accrus de travail forcé, de servitude pour dettes et d’exploitation sexuelle auxquels les populations réfugiées sont confrontées et nous devons veiller à ce que tous ceux qui ont été contraints de fuir soient pleinement conscients des droits qui leur sont reconnus par le droit international.

Cet effort coordonné ne peut pas seulement durer le temps que dure le conflit, mais il est impératif de mettre en place une stratégie à long terme pour prévenir et répondre à l’augmentation prévue de la traite et de l’exploitation des réfugiés ukrainiens. Il s’agit notamment de renforcer les capacités de prévention et de réaction des pays hôtes par des partenariats, des formations et un soutien financier. Nous applaudissons les organisations de la société civile, les agences gouvernementales, les institutions internationales et tous les individus qui ont consacré leur temps et leurs ressources pour soutenir ceux dont la vie a été bouleversée et nous sommes solidaires du peuple ukrainien.

Si vous souhaitez apporter votre soutien aux personnes touchées par la crise en Ukraine, pensez à faire un don à l’une des organisations énumérées ci-dessous :

Médecins sans frontières
Fourniture de matériel aux équipes médicales d’urgence en Ukraine, en Pologne, en Moldavie, en Hongrie, en Slovaquie, en Russie et au Belarus.

GlobalGiving Fonds de secours pour la crise en Ukraine
Tous les dons serviront à soutenir l’aide humanitaire dans les communautés touchées en Ukraine et dans les régions voisines où les Ukrainiens ont fui.

Organisation internationale pour les migrations
Fournir des services d’urgence tels que des soins de santé, des abris, des fournitures d’hiver et une protection aux personnes fuyant l’Ukraine, aux personnes déplacées à l’intérieur du pays, aux migrants et aux ressortissants de pays tiers.

Comité international de sauvetage
Distribuer des fournitures essentielles aux enfants et aux familles déplacés qui ont été contraints de fuir l’Ukraine.

Razom pour l’Ukraine
Le soutien à l’intervention d’urgence de Razom permettra de fournir des fournitures médicales essentielles et d’amplifier la voix des Ukrainiens.

UNICEF
Les interventions d’urgence comprennent, entre autres, la collaboration avec les municipalités afin de garantir une aide immédiate aux enfants et aux familles dans le besoin, le soutien aux équipes mobiles de protection de l’enfance afin de fournir des soins psychologiques aux enfants traumatisés par l’insécurité chronique, et l’acheminement d’eau potable dans les zones touchées par les conflits.

Les États-Unis pour le HCR
Fournir une assistance et intensifier sa réponse pour fournir une assistance et s’assurer que les personnes déplacées trouvent la sécurité dans des bras accueillants en ce moment de crise.

Programme alimentaire mondial des Nations unies
Collaboration avec le HCR pour aider 30 000 personnes qui ont fui le conflit et se sont réfugiées en dehors des frontières de l’Ukraine. Le PAM est également présent sur le terrain pour mener des projets de télécommunications et de logistique d’urgence au nom de l’ensemble des Nations unies.

Cuisine centrale du monde
Nous travaillons à servir des repas chauds et nourrissants aux habitants de la région en Roumanie, en Moldavie et en Hongrie. WCK s’est également associé à des restaurants en Ukraine pour fournir des repas chauds à toute personne dans le besoin.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Kelsey Syms
Publish Date
mars 29, 2022
Type
Tags
Share