Skip to main content

Les effets du changement climatique sur les petits États insulaires et les personnes déplacées par le climat

 » Si, par le passé, des nations ont été absorbées par d’autres nations ou se sont séparées pour en former de nouvelles, jamais un pays n’a littéralement disparu. »
-Rachel Nuwer, 2015

En tant que stagiaire du McCain Institute Global Leadership Initiatives de cet été, je participe au programme McCain Global Leaders, un groupe d’environ 25 personnes du monde entier qui servent une cause plus grande qu’eux-mêmes. L’une des choses que j’aime le plus dans ce programme, c’est que l’Institut McCain ne recherche pas ce que nous pouvons considérer comme un candidat « typique ». La cohorte MGL 2022 est composée de nombreuses personnes inspirantes qui travaillent au sein du gouvernement, du Parlement ou du bureau du Premier ministre d’Haïti. On trouve également des participants qui ont été et sont actuellement juges fédéraux, des directeurs d’organisations qui protègent les personnes en situation de pauvreté contre la violence et qui militent pour des élections équitables, des enseignants du secondaire, des militaires et des médecins humanitaires.

Les participants au programme McCain Global Leaders sont recrutés dans quatre régions du monde : l’hémisphère occidental, l’Afrique/MENA, l’Asie/Océanie et l’Europe/Eurasie. Chaque année, le thème régional change.

Cette année, les thèmes sont les suivants :

  • Hémisphère occidental : Migration : Approches des causes profondes, instabilité et soutien aux populations déplacées
  • Europe et Eurasie : Défendre la démocratie en prévenant la désinformation et l’extrémisme
  • Afrique et région MENA : assurer la paix et la sécurité par la compréhension et la réconciliation
  • Asie et Océanie : la durabilité et l’environnementalisme en faveur de la stabilité, de la sécurité et des droits de l’homme

Petite parenthèse : au printemps dernier, j’ai eu la chance d’étudier à l’étranger, à Londres, en Angleterre, où j’ai suivi des cours de politique et de sociologie. J’ai suivi un cours sur la sécurité internationale avec un professeur extraordinaire. Nous avons appris différents aspects de ce qu’est la sécurité et nous nous sommes demandé si la sécurité nationale, internationale ou humaine était plus importante. Ce qui m’a le plus intrigué, c’est notre leçon sur les menaces que fait peser le changement climatique sur la sécurité. Cet été, j’ai décidé de rédiger un document de recherche sur la manière dont le changement climatique affecte et affectera de nombreux petits États insulaires. Je me concentrerai principalement sur Kiribati et Tuvalu et les façons dont ces deux États insulaires sont affectés seront similaires à celles de nombreux autres États insulaires.

En rassemblant mon stage, les thèmes régionaux du programme MGL, mon document de recherche et mon propre intérêt pour l’éducation des autres, j’ai voulu écrire ce blog non seulement sur les effets du changement climatique sur la sécurité, mais aussi sur les personnes déplacées par le climat. Ce sujet correspond au thème de l’hémisphère occidental en raison des personnes déplacées par le climat qui ont et auront besoin de l’aide d’autres personnes ; le thème de l’Europe correspond parce qu’il y a beaucoup de désinformation en ce qui concerne le changement climatique ; le thème de l’Afrique et de la région MENA correspond parce que la sécurité humaine, nationale et internationale sera menacée si nous n’essayons pas de combattre les effets du changement climatique sur les petits États insulaires comme ceux du Pacifique ; et le thème de l’Asie et de l’Océanie englobe tout ce que je viens de mentionner. Il y aura une augmentation des conflits pour les ressources les plus fondamentales, la nourriture et l’eau, si les grandes nations ne se penchent pas sur les lois qui régissent ce qu’est un État et ce qu’est un réfugié. J’ai l’impression que de nombreuses personnes qui croient aux facteurs anthropogéniques du changement climatique n’ont pas pris conscience de la nécessité absolue de s’attaquer aux effets du changement climatique, d’abord sur les petits États insulaires, puis sur le monde entier.

Les facteurs anthropiques du changement climatique se traduisent par une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, ce qui a pour effet d’accroître la température moyenne de la planète et, par conséquent, de faire monter le niveau des mers. Cette élévation du niveau de la mer fait disparaître des États entiers. Lorsque vous entendez cela pour la première fois, vous pensez probablement que les petits États insulaires submergés par l’élévation du niveau de la mer sont évidemment mauvais, mais le problème est bien plus complexe que vous ne le pensez.

La Convention de Montevideo de 1933 sur les droits et devoirs des États a défini les principales caractéristiques formelles de l’État. L’article 1 stipule que les critères pour être considéré comme un État sont : des terres, une population permanente, un gouvernement et une reconnaissance internationale. Sans ces quatre éléments, un pays perd techniquement son statut d’État au regard du droit international. Cette convention n’a pas tenu compte du fait que des États entiers sont en train de disparaître en raison du changement climatique. Le droit international partait du principe que les territoires seraient toujours présents car ils étaient généralement « perdus » en raison de changements de gouvernance (conquête, fusion, etc.). Les petits États insulaires sont déjà en train de construire des îles artificielles, de bâtir des maisons empilées au-dessus de la mer, de se doter d’une forme de construction éphémère (un phare, par exemple), de fusionner avec un autre État ou de se doter d’une sorte d' »État déterritorialisé ». Certains petits États insulaires achètent même de petits morceaux de terre à d’autres nations. Par exemple, les Kiribati ont acheté des terres aux Fidji pour « se préparer à déplacer leurs citoyens et se préparer à la perte de leur identité » (Ker-Lindsay, 2016).

Alors, qu’arrivera-t-il à ces nations entières qui seront submergées par les eaux en raison du changement climatique ? Les communautés internationales cesseront-elles de les reconnaître puisqu’ils n’auront pas le statut d’État selon la convention de Montevideo ? Si tel est le cas, qu’advient-il de leur appartenance aux organisations internationales ? Ou bien, les États continueront-ils à les reconnaître, puisqu’ils ont déjà été reconnus ?

Qu’advient-il des citoyens ou des « personnes déplacées par le climat » ? En vertu de la convention de 1951 sur les réfugiés et de son protocole de 1967, ces personnes déplacées ne sont pas considérées comme des réfugiés car elles ne sont pas persécutées en raison de leur religion, de leur race, etc. Le sort des citoyens déplacés par le climat est complexe parce qu’il n’existe pas d’accord international sur ce qu’il adviendra des personnes déplacées par le climat et parce que de nombreux pays influents ne sont pas encore contraints de réfléchir à ces questions. Comme ils ne sont pas considérés comme des réfugiés, ils ne bénéficient pas des droits des réfugiés. En novembre dernier, un juge néo-zélandais a rejeté la demande d’un citoyen des Kiribati qui souhaitait obtenir le statut de réfugié parce qu’il « n’était pas persécuté » et ne pouvait donc « pas prétendre au statut de réfugié ». Cela soulève la question de savoir s’ils obtiendront une nouvelle citoyenneté. Seront-ils rendus apatrides ? Leurs passeports cesseront-ils d’être reconnus ? Il existe un plan appelé « Migration avec dignité », mis en place par le président de Kiribati, que l’Australie et la Nouvelle-Zélande soutiennent. En fait, ces personnes déplacées acquièrent une formation et des compétences particulières dans ces pays, de sorte que, si le moment est venu d’émigrer définitivement, « elles le feront en fonction de leur mérite et non en tant que réfugiés sans défense ». Supposons que la communauté internationale ne crée pas de nouvelles lois internationales ou ne modifie même pas ce qu’est officiellement un réfugié. Dans ce cas, des troubles sociaux sont possibles dans ces communautés, ce qui aura un impact négatif sur la sécurité humaine, nationale et internationale.

Je vous invite à lire l’article de mon professeur sur cette grave question à laquelle les Américains ne sont pas encore obligés de réfléchir :

http://eprints.lse.ac.uk/66205/1/Ker_Lindsay_Climate_Change_and_State_Death.pdf

Oui, les îles côtières de notre pays seront submergées par les eaux. Cependant, nous avons de nombreux États dans lesquels les citoyens peuvent se déplacer. Même lorsque des ouragans nous frappent (nous, les Américains), les gens peuvent se réfugier à l’intérieur des terres. Pendant l’ouragan Matthew et quelques autres, j’ai dû évacuer l’endroit où je vivais parce que mon île n’était pas assez élevée au-dessus du niveau de la mer. J’ai dû chercher refuge dans un état totalement différent. Toutefois, même si mon île ou tout l’État de Caroline du Sud cessait d’exister en raison de l’élévation du niveau de la mer, je ne serais pas pour autant apatride. Je déménagerais probablement dans un autre État tout en conservant mon passeport et mon identité américains. Je n’aurais pas à me soucier de la vie dans un pays étranger ou de mes nouveaux droits.

Ces petits États insulaires n’ont pas ce luxe. Ils produisent le moins d’émissions de gaz à effet de serre et sont pourtant les plus vulnérables à leurs effets. De plus, ils sont régionalement plus isolés que d’autres nations et n’ont pas le luxe de « s’éloigner » des effets du changement climatique.

Je quitterai donc ce blog avec deux questions auxquelles, je l’espère, nous verrons une réponse, mais pas assez tôt :

Comment la communauté internationale va-t-elle réagir aux effets du changement climatique sur les petits États insulaires, et comment allons-nous gérer les personnes déplacées par le climat dans les années à venir ?

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Liana Hutton, stagiaire en initiatives de leadership mondial
Publish Date
août 3, 2022
Type
Tags
Share