Partie III : Exploitation de la main-d’œuvre au Qatar – La nécessité d’une réforme

Dans cette série de blogs en trois parties, James Robson, stagiaire pour les droits de l’homme et la démocratie au McCain Institute, vise à discuter et à analyser les sujets entourant la kafala: les conditions dans les pays d’origine des travailleurs qui permettent à la kafala de prospérer, les fausses promesses, les conditions de travail terribles et le piégeage. auxquels les travailleurs sont confrontés une fois arrivés au Qatar, et les réformes et mouvements plus larges qui sont nécessaires pour garantir que les travailleurs au Qatar soient traités comme des êtres humains. Lire Partie I et Partie II .

La troisième partie explore ce que les fans et les gouvernements peuvent faire pour exiger des changements et aider à mettre fin aux abus des travailleurs migrants au Qatar.

Place à la réforme

Comme détaillé dans les parties I et II, le système kafala a violé les droits humains et du travail des travailleurs migrants qui construisent les stades qui accueilleront la Coupe du monde 2022 au Qatar. Alors que de plus en plus de détails ont fait surface sur l’exploitation et les décès survenus dans les camps de travail qatariens, la communauté internationale a demandé des mesures.

Human Rights Watch et Amnesty international ont condamné le traitement inhumain des travailleurs migrants à l’approche de la Coupe du monde. Amnesty International envoyé une lettre au président de la FIFA Gianni Infantino, appelant l’instance dirigeante du football mondial à user de son influence auprès des autorités qataries pour aider à mettre fin aux abus des travailleurs migrants. Les équipes de football elles-mêmes ont également pris position . Avant les matchs de qualification pour la Coupe du monde plus tôt cette année, les joueurs de Norvège, d’Allemagne et des Pays-Bas portaient des maillots portant la mention « DROITS DE L’HOMME » avant leurs matchs de qualification pour la Coupe du monde.

Les supporters ont également exprimé leur opposition, plusieurs supporters du monde entier appelant leurs équipes nationales respectives à boycotter la Coupe du monde sur des questions de droits de l’homme. La fédération norvégienne de football a exclu de justesse la possibilité de sauter le tournoi lors d’un vote qui s’est tenu en juin de cette année. A l’approche du vote, Ole Kristian Sandvik, le porte-parole de l’Alliance norvégienne des supporters, mentionné que jouer au Qatar sera « malheureusement comme jouer dans un cimetière ».

En réponse à ces pressions croissantes, le Qatar introduit une série de réformes en 2016 qui ont éradiqué certaines des pratiques les plus brutales de la kafala. Les travailleurs sous contrat à durée indéterminée peuvent désormais changer d’employeur après avoir travaillé au moins cinq ans avec le premier. De plus, les migrants avec des contrats de travail à durée déterminée peuvent désormais signer de nouveaux contrats avec un employeur différent à la fin de la période contractuelle sans l’autorisation de leur parrain. Alors que les autorisations de sortie ont été abolies lors de l’annonce initiale de la réforme, l’exigence d’une autorisation de l’employeur pour quitter le pays a été rétablie un mois plus tard. Le Qatar aussi mis en œuvre une loi sur le salaire minimum non discriminatoire de 1 000 riyals qatariens QAR (275 USD) par mois, plus une allocation mensuelle d’au moins 800 QAR pour la nourriture et le logement. Pour assurer le respect de la loi, le Qatar a adopté des sanctions plus rapides et renforcé les capacités des inspecteurs du travail.

Bien que ces réformes soient certainement un pas dans la bonne direction, les groupes de défense des droits humains craignent qu’elles n’aillent pas assez loin. Par exemple, les travailleurs sont toujours exposés à des accusations criminelles s’ils quittent leur emploi sans la permission de leur parrain. En outre, les employeurs sont toujours responsables du renouvellement et de l’annulation des titres de séjour de leurs travailleurs, ce qui leur laisse un poids considérable sur le travailleur. « Alors que le nouveau salaire minimum augmentera les revenus de certains des travailleurs les moins bien payés du Qatar, le niveau fixé reste bas », mentionné Steve Cockburn, responsable de la justice économique et sociale d’Amnesty International. Il a recommandé une révision régulière et des augmentations progressives du salaire minimum afin d’assurer des conditions de vie favorables aux travailleurs.

Pourtant, quand il s’agit de droits de l’homme, parler est bon marché. Le véritable test sera l’efficacité avec laquelle le Qatar mettra en œuvre ces réformes et la force avec laquelle elles seront appliquées.

Alors que le Qatar a dit qu’il espérait abolir le système kafala, des violations des droits humains dans les camps de travail qatariens continuent d’être signalées. Si les règles que le gouvernement a mises en place ne sont pas appliquées, alors l’exploitation des travailleurs ne fera que continuer. C’est là que l’attention internationale est d’une importance vitale. Ce n’est que grâce à la couverture médiatique mondiale et à la pression des organisations internationales que le gouvernement qatari a mis en œuvre ces réformes pour commencer. Il est maintenant temps pour les gouvernements, les officiels de la FIFA, les organisations de défense des droits humains, les fans de football, les équipes nationales de football et les joueurs participants d’exiger que les lois du travail soient appliquées. Sans un tel tollé mondial, la kafala continuera de prospérer et les travailleurs migrants continueront de mourir.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
James Robson
Publish Date
août 18, 2021
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin