Skip to main content

Une alternative à la crise des céréales dans le grenier de l’Europe

Alors que les troupes russes attaquent la nation souveraine d’Ukraine, le monde assiste non seulement à une crise humanitaire, mais aussi à la corrosion des chaînes d’approvisionnement mondiales. Plus particulièrement, l’industrie céréalière ukrainienne a subi des pertes importantes. Au 11 avril, l’Ukraine avait perdu au moins 1,5 milliard de dollars en exportations de céréales depuis le début de la guerre en février. Ces pertes indiquent une réduction dangereusement élevée de l’offre mondiale de céréales, menaçant des dizaines d’industries. La production de blé a une incidence directe sur la production de céréales, de pâtes, de pain, de biscuits et d’autres produits qui fournissent de la nourriture à des millions de citoyens dans le monde.

Outre son marché céréalier massif, l’Ukraine est devenue, au cours des dix dernières années, l’un des principaux fournisseurs du Programme alimentaire mondial des Nations unies pour des produits tels que l’huile de tournesol et le blé. Le PAM agit en tant que donateur de nourriture et de services essentiels à des millions d’individus dans le monde. Cependant, ces produits agricoles vitaux n’atteignent pas les destinations prévues ; selon un rapport du PAM, 13,5 millions de tonnes de blé et 16 millions de tonnes de maïs sont actuellement gelés en Russie et en Ukraine. Sans ces ressources essentielles, que le gouvernement ukrainien garantissait depuis des années, des millions d’autres personnes pourraient être confrontées à la faim, aggravant ainsi la crise de famine actuelle.

La famine n’est cependant pas la seule conséquence de cette invasion répréhensible. La flambée massive des prix mondiaux des céréales a eu des conséquences inattendues dans le monde entier. Comme l’explique l’Intelligence Unit de l’Economist, l’Egypte sera sévèrement touchée par la guerre en Ukraine. Le pays qui domine le Nil est le plus grand importateur de blé au monde, apportant 12 à 13 millions de tonnes chaque année pour nourrir ses 105 millions de citoyens. Cette réalité rend des pays comme l’Égypte très vulnérables aux flambées de prix : le 15 avril, le prix du blé a atteint son plus haut niveau depuis des décennies, à 10,96 dollars le boisseau. Ce prix considérable, ajouté à l’augmentation constante du coût du pétrole (qui atteint aujourd’hui un sommet de102 dollars le baril), rend l’importation de blé et d’autres céréales incroyablement coûteuse.

Le pain est considéré comme un produit de première nécessité en Égypte, essentiel à la vie quotidienne. Cette demande est la raison pour laquelle le gouvernement national subventionne son prix de vente afin que tous les Égyptiens y aient accès. Ces subventions sont impératives pour le gouvernement national pour des raisons historiques. En 1977, une hausse de 50 % du prix du pain dans le pays a entraîné une instabilité politique et des centaines de milliers de civils sont descendus dans les rues pendant des semaines, pour finalement se heurter aux militaires. Les émeutes ont fait 70 morts, 550 blessés et entraîné le rétablissement des subventions. Ce cas historique souligne l’importance du prix du pain dans les pays où il constitue un aliment de base. La réalité, cependant, est que le coussin financier du gouvernement égyptien pourrait ne pas être suffisant pour empêcher les coûts de monter en flèche aujourd’hui. Alors que les flambées du prix du pain dans les pays plus riches peuvent être payées par les consommateurs, la situation est gravement aggravée, et il existe un risque d’instabilité politique.

L’Égypte n’est cependant pas seule dans ce combat. La hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) est également synonyme de famine pour le Liban et le Yémen. Dans le même temps, des complications sont attendues en Afrique de l’Est, où les importations couvrent 84 % de la demande de blé. Si elle n’est pas soulagée rapidement, la faim qui s’installe pourrait entraîner des manifestations violentes, des émeutes et une augmentation générale de l’instabilité dans la région.

Les États-Unis ont une responsabilité envers leurs alliés. Comme l’a dit le sénateur John McCain en 2017, « les Américains vous soutiendront », lorsqu’ils s’adressent à nos partenaires internationaux. Il est essentiel que nos partenaires et alliés stratégiques, comme l’Égypte, puissent compter sur le soutien des États-Unis en cas de crise. Les États-Unis ont non seulement le devoir d’agir, mais ils sont également dans une position confortable pour le faire. La crise actuelle de la chaîne d’approvisionnement a appris au monde entier à diversifier ses importations et à ne jamais compter sur une seule source. En attendant que la crise actuelle des céréales soit résolue, un remplacement temporaire du pain à la farine pourrait être le pain de maïs. Il faut toutefois reconnaître que les deux sont très différents en termes de valeur nutritionnelle et de goût, et que le pain de farine a une place historique dans le développement de dizaines de régions du monde. Des cultures entières sont basées sur la présence de pain de farine pour mener à bien des rituels religieux ou des réunions de famille. Cependant, il est vital d’éviter pour l’instant la famine et les soulèvements politiques dans la région MENA.

En avril 2022, les États-Unis avaient un excédent de maïs de 3 milliards de boisseaux de maïs, soit 84 millions de tonnes de ce produit. Pour éviter le gaspillage alimentaire et soutenir nos partenaires internationaux, le département d’État et l’USAID devraient se coordonner avec les acteurs privés, les entreprises et les exploitations agricoles pour acquérir leurs excédents de maïs. Ce maïs serait ensuite donné aux pays demandeurs lors de négociations bilatérales dans le cadre de l’initiative « Food for Peace » de l’USAID. Le Congrès américain sera l’organe qui allouera les ressources nécessaires au programme et aux négociations, c’est pourquoi il est essentiel de comprendre comment cette politique soutient l’agriculteur américain.

Tout d’abord, il faut reconnaître l’épuisement et le surmenage auxquels peut conduire le travail dans une ferme. Le fait que des millions de boisseaux de maïs – produit d’un travail intense et difficile – soient jetés chaque année rend la création de l’agriculteur inutile. Au lieu de laisser ce maïs pourrir, le gouvernement devrait mettre le dur labeur de l’agriculteur au service des objectifs de sécurité nationale des États-Unis. Il faut également noter que le gouvernement américain n’exproprierait pas ce maïs, mais l’achèterait plutôt aux détenteurs de l’excédent, ce qui donnerait plus de revenus aux producteurs de maïs.

Deuxièmement, les pays instables dans le monde entier peuvent constituer un terreau pour la criminalité transnationale, la violence et l’extrémisme politique. Ils peuvent également verser dans un populisme hostile aux intérêts américains, entravant le déploiement de nos troupes, nos routes commerciales ou nos efforts diplomatiques. En fin de compte, ces menaces pourraient atteindre les États-Unis, interférant avec nos intérêts de sécurité nationale. Il est vital que le Congrès et l’exécutif mobilisent les outils du gouvernement le plus tôt possible pour éviter que cette idée malheureuse ne devienne réalité.

Consulté sur cette idée, le professeur David Bartlett, expert en commerce international de la Kogod School of Business de l’American University, s’est demandé pourquoi les États-Unis ne s’étaient pas déjà engagés dans cette voie. En poursuivant cette approche de l’aide étrangère, les États-Unis prouveraient à leurs alliés qu’ils peuvent compter sur nous en période de troubles et d’incertitude. En outre, cette politique permettrait de sauver des milliers d’individus dans le monde entier de la famine et d’éviter aux gouvernements une grave instabilité.

La douloureuse crise ukrainienne a eu des conséquences inattendues pour le monde entier, allant d’une récession économique à un risque accru de famine et d’instabilité politique internationale. Les menaces qui pèsent sur le blé et l’ensemble de l’industrie céréalière ont des implications mondiales, et aucun pays ne restera à l’écart, y compris les États-Unis. Les États-Unis ont le devoir de protéger leurs alliés et les intérêts de leur politique étrangère, qui, dans ce cas, est profondément liée à la stabilité de nos partenaires internationaux. Les mois à venir détermineront l’avenir des gouvernements et de secteurs entiers, et les États-Unis doivent montrer la voie à suivre.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Eduardo Castellet Nogués
Publish Date
mai 19, 2022
Type
Tags
Share