Skip to main content

Utiliser les compétences en leadership pour améliorer la santé des personnes vivant dans des communautés défavorisées

Le Dr Zyh Akumawah est un leader mondial de l’organisation McCain 2022. Il est le fondateur et le directeur médical d’Easy Health, une organisation visant à améliorer les résultats sanitaires des personnes piégées dans les conflits, des communautés difficiles à atteindre et des communautés défavorisées grâce à l’utilisation de la télésanté. Sa passion et sa motivation sont l’espoir de voir un jour une couverture sanitaire universelle à travers l’Afrique, ce qui, selon elle, se produira grâce à l’utilisation des progrès technologiques croissants dans le domaine de la santé numérique, qui sont inestimables pour cet effort.

J’ai été élevé dans une petite ville du Cameroun appelée Bamenda. Elle est la capitale de la région du Nord-Ouest, qui est l’une des deux régions anglophones du Cameroun. Beaucoup diront qu’il s’agit d’une ville ou d’un village, mais je préfère parler d’une zone semi-urbaine avec les gens les plus gentils. Tout semblait stable jusqu’à il y a environ six ans, lorsque des années de grognements accumulés ont dégénéré en une véritable crise sociopolitique. Une histoire qui a commencé par une journée de protestation pacifique s’est transformée en une guerre sans fin entre les combattants séparatistes et l’armée camerounaise.

On dit généralement que lorsque deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui en pâtit. C’est la réalité des gens sur le terrain. Les combats ont entraîné des violations flagrantes des droits de l’homme. Des hôpitaux, des écoles, des maisons et des marchés ont été incendiés et beaucoup ont perdu leur principale et unique source de revenus. Des familles ont dû fuir leurs maisons pour devenir des personnes déplacées à l’intérieur du pays et des réfugiés au Nigeria voisin. Les taux de viols ont augmenté de façon spectaculaire, les victimes n’ayant aucun accès aux services de santé génésique. Chacun connaît au moins une personne qui a été tuée à cause du conflit.

L’intensité du conflit est pire dans les communautés rurales car les « combattants séparatistes » autoproclamés y voient un terrain favorable en raison des terrains difficiles et des très mauvaises routes.

La plupart des communautés rurales du Cameroun souffrent déjà d’une mauvaise infrastructure sanitaire et d’un personnel médical limité pour couvrir chaque communauté. L’intensification du conflit a donc contraint les rares personnels médicaux qualifiés à fuir ces zones. Tout le monde veut juste vivre. Cette situation n’est pas propre aux communautés rurales mais aussi à la ville de Bamenda.

Les régions en proie à des conflits connaissent des problèmes de santé urgents et non urgents. Si l’accent mis sur les urgences telles que les blessures par balle est apprécié, la majorité des agences d’aide humanitaire ferment les yeux sur les maladies existantes qui paralysent le système de santé depuis des années. Il est juste de dire que dans la plupart des régions en conflit, il vaut mieux avoir une blessure par balle que d’avoir la malaria ou l’hypertension. Il existe un manque général de confiance entre les institutions humanitaires et certaines communautés en raison de la probabilité qu’il y ait un agenda. En de nombreuses occasions, la plupart des agences craignent d’être attaquées. Cependant, d’après mon expérience de travail dans une région en conflit pendant environ cinq ans, les soins de santé sont un domaine dans lequel des groupes distincts en conflit sont capables de trouver un compromis. Il n’y a pas d’État de droit et le pouvoir passe donc aux mains de ceux qui disposent de ressources comme la nourriture, les armes ou les soins de santé. Celui qui est une partie prenante majeure en raison de son implication dans les soins de santé de la communauté peut contribuer à influencer l’opinion qui peut aider le processus de paix.

J’ai toujours pensé que la santé numérique est la solution qui aidera l’Afrique à atteindre la couverture sanitaire universelle, notamment grâce à la santé mobile et aux dossiers médicaux électroniques (DME). Depuis longtemps, la plupart des gouvernements des pays à faible revenu tentent de résoudre le problème des ratios médecins/patients élevés en formant et en recrutant davantage de médecins dans le domaine médical. Malheureusement, cela s’est avéré vain, car une majorité de jeunes médecins trouvent rapidement le chemin de pays plus avancés et mieux payés. Ils préfèrent également travailler dans des villes plus importantes, où leurs enfants ont accès à de meilleures écoles et à de meilleurs équipements. Une enquête réalisée par l’équipe d’EasyHealth a montré que plus de 80 % du personnel médical déteste travailler dans les communautés rurales, car il considère que l’environnement n’est pas propice à la création et à l’éducation de familles. Le conflit s’est accompagné d’une forte migration du personnel qualifié, peu nombreux, des communautés rurales vers les zones urbaines. Le conflit a engendré un grand désespoir ; des vies ont été perdues et tout espoir a disparu. Avec l’incendie des hôpitaux, les patients doivent parcourir de très longues distances pour être soignés. La plupart du temps, ils arrivent dans des états plus compliqués et diminuent leurs chances de survie. C’est dans cet esprit qu’EasyHealth a cherché une solution permettant d’utiliser les médecins existants qui travaillent dans les endroits souhaités tout en consultant à distance les patients des communautés les plus rurales et des zones de conflit du Cameroun. Les patients des zones de conflit peuvent donc être consultés à distance par des médecins par l’intermédiaire d’un agent de santé communautaire.

Les agents de santé communautaires (ASC) sont des personnes au sein des communautés qui bénéficient de la confiance de toutes les parties prenantes. Cela s’explique par le fait que les ASC vivent au sein de la communauté, qu’ils peuvent avoir des relations avec les bénéficiaires dans de nombreux domaines et qu’ils partagent donc une certaine familiarité et confiance dans les zones de conflit. Ces ASC existent déjà, leurs opinions sont très appréciées et ils ont gagné le respect de la communauté. Ils influencent donc de leur propre chef le processus de paix. EasyHealth a été fondé pour aider ces agents de santé communautaires à fournir des soins de qualité au sein de la communauté. Le rôle d’EasyHealth ne se limite pas aux soins de santé, mais il permet aux ASC d’être des leaders communautaires travaillant à la création d’un mouvement communautaire en faveur de la paix.

Beaucoup se demanderont pourquoi un CHW est nécessaire. Tout d’abord, les ASC font partie intégrante des systèmes de santé. Les ASC sont des membres de la communauté auxquels les patients ont pu faire confiance au fil du temps. Les ASC comprennent également les langues locales, ce qui les rend utiles dans les cas où les patients ne parlent que le dialecte local dans des communautés où le système de santé a été fracturé par des conflits croissants. Par conséquent, les CHW sont une grâce salvatrice.

Malheureusement, ils ne sont généralement pas armés de connaissances suffisantes en matière de santé pour prendre des décisions plus solides dans ce domaine. Cependant, ils sont capables de faire des évaluations de base grâce à des formations continues. C’est pourquoi les ASC sont capables de mettre les patients en contact avec les médecins à distance et, ensemble, d’offrir des services médicaux de haute qualité aux patients ruraux des zones de conflit à des tarifs très abordables. Si les agents de santé communautaires ne sont actuellement pas en mesure d’utiliser des outils de santé numériques plus avancés, la santé mobile et l’utilisation de dossiers médicaux électroniques contribuent à faire progresser les soins aux patients dans la crise humanitaire la plus négligée au monde.

Tout cela ne serait pas possible si l’équipe d’EasyHealth n’était pas convaincue que l’amélioration des soins de santé dans les régions en proie à des conflits peut favoriser la résilience des communautés et la paix. L’équipe a pu se déplacer dans les communautés pour mener des campagnes médicales qui ont apporté de l’espoir à la communauté. Le fait que ces personnes sachent que quelqu’un se soucie d’elles leur donne l’espoir d’un avenir meilleur et une raison d’aller de l’avant, même si elles vivent au milieu des coups de feu et des explosions.

L’Institut McCain a été un point tournant dans ma carrière. J’ai découvert le nom du sénateur John McCain en 2008, alors qu’il se présentait contre le sénateur Barack Obama dans l’une des campagnes américaines les plus populaires de tous les temps. J’avais 14 ans et j’ai été vraiment étonné lorsque je suis tombé sur une vidéo où il défendait le sénateur Obama contre un commentaire de son partisan. Je me souviens m’être demandé : « Qui fait ça ? » Il n’a peut-être pas gagné les élections, mais il a définitivement gagné mon cœur. Je n’aurais jamais su comment le décrire à l’époque, mais c’était l’exemple parfait d’un leader motivé par son caractère. En tant que personne de principe dans un monde en proie à la corruption, au détournement de fonds et à la malhonnêteté, je choisis d’être une personne motivée par un but et un caractère. Le programme McCain Global Leaders (MGL) m’a encouragé à réévaluer ma trajectoire de leadership pour devenir un être humain plus inclusif et dynamique.

Pendant le temps que j’ai passé à apprendre dans le programme MGL jusqu’à présent, j’ai été en mesure de prendre des décisions plus claires et meilleures pour l’organisation. Grâce aux connaissances que j’ai acquises pour mieux comprendre les défis techniques et d’adaptation, pour évaluer mon style de leadership personnel et pour obtenir l’avis d’autres leaders mondiaux de McCain sur les questions mondiales, j’ai pu prendre confiance en mon leadership, prendre de meilleures décisions et mieux diriger l’organisation. Grâce à ce programme, j’ai pu entrer en contact avec d’autres dirigeants et travailler en partenariat avec eux sur divers projets.

Je peux vous dire, sans aucun doute, qu’il y a des millions de personnes dans les régions en conflit qui manquent de produits de première nécessité et qui trouvent la vie très difficile, tant sur le plan financier qu’émotionnel. La plupart des organisations manquent de ressources pour mener à bien le travail humanitaire qu’elles espèrent faire. Donner du temps, des moyens financiers ou des idées peut être d’une grande aide. De même, le fait d’aider à partager des histoires sur le travail effectué au sein des réseaux permet de sensibiliser le public.

Je ne considère pas comme acquis le fait d’être en mesure d’aider ma communauté et de travailler à la résolution de problèmes de santé majeurs avec le strict minimum de ressources disponibles. J’espère que l’organisation que j’ai contribué à créer continuera à sauver des vies.

Image Gallery

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Dr. Zyh Akumawah
Publish Date
septembre 23, 2022
Type
Tags
Share