Donner la priorité au travail forcé dans les négociations de l’OMC sur les subventions à la pêche

Humanity United, le McCain Institute et le Human Trafficking Legal Center applaudissent la décision des États-Unis de défendre les droits des travailleurs et la dignité humaine en insistant pour que les considérations relatives au travail forcé soient incluses dans les négociations en cours de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les subventions à la pêche.

La représentante américaine au commerce, l’ambassadrice Katherine Tai, a fait la annonce lors d’une réunion de l’OMC des ministres du commerce travaillant à la finalisation des négociations de 20 ans sur les subventions à la pêche. Il existe un consensus sur le fait que ces subventions incitent à la surpêche et à l’exploitation de la main-d’œuvre, causant de graves dommages aux personnes et à l’environnement. Au-delà des effets de distorsion du marché des subventions, la pratique de la surpêche épuise les stocks de poissons et perpétue la dépendance à l’exploitation des travailleurs et aux violations des droits de l’homme. Nous savons que le travail forcé est endémique dans les flottes du monde entier, où les travailleurs les plus vulnérables occupent des emplois mal payés et risqués. Ces travailleurs sont contraints de travailler dans des conditions dures et dangereuses qui les privent de leur dignité et de leurs droits humains fondamentaux. Il est impératif de lutter contre les abus du travail dans la pêche, car le travail forcé est omniprésent dans l’industrie dans le monde entier.

Comme l’a dit l’Ambassadeur Tai, « Le travail forcé est un problème grave dans le secteur de la pêche. C’est une pratique qui affecte la concurrence économique; il s’agit d’une pratique commerciale déloyale et d’une exploitation déraisonnable. Le reconnaître en tant que tel est un moyen important pour l’OMC d’avoir un impact positif sur la vie et les moyens de subsistance de nos pêcheurs et de nos travailleurs.

Nos trois organisations se sont engagées à mettre fin au travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et nous pensons que cet accord sur les subventions à la pêche présente une occasion unique de reconnaître et de traiter l’impact du travail forcé sur les chaînes d’approvisionnement mondiales des produits de la mer.

Plus généralement, nous sommes également impatients de voir les négociations commerciales à l’OMC utilisées comme un outil pour mettre fin au travail forcé au sein des chaînes d’approvisionnement. Les recours commerciaux peuvent améliorer la vie des travailleurs dans le monde entier. La position des États-Unis sur cet accord est un pas dans la bonne direction et nous espérons que d’autres nations se joindront à l’ambassadeur Tai dans cette position de principe qui place la dignité et le bien-être des travailleurs au centre.

Nous reconnaissons que l’annonce faite aujourd’hui par l’ambassadeur Tai fait partie de l’engagement déclaré du gouvernement américain à mettre fin au travail forcé dans le monde, y compris cette semaine consultatif pour les entreprises américaines dont les chaînes d’approvisionnement passent par le Xinjiang, en Chine, où les Ouïghours et d’autres minorités ethniques et religieuses sont soumis au travail forcé. Il vient également sur les talons d’un Déclaration de juin par les pays du G7 pour s’assurer que les chaînes d’approvisionnement mondiales sont exemptes de travail forcé. Nous soutenons ces efforts, car nous savons que le travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales est un problème systémique. Ce n’est pas unique à un pays ou à une entreprise et le travail forcé se produit également ici aux États-Unis.

Le travail forcé est une caractéristique, pas un bogue, dans les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Nous appelons les dirigeants politiques du monde entier à adopter et à appliquer des lois qui empêchent le travail forcé. Nous appelons les gouvernements du monde entier à poursuivre le travail forcé. Et nous demandons aux entreprises d’enquêter sur leurs propres opérations commerciales et d’éradiquer l’exploitation du travail dans leurs chaînes d’approvisionnement. Les gouvernements et le secteur privé doivent prendre des mesures significatives pour changer fondamentalement les conditions dans lesquelles les gens travaillent.

Publish Date
juillet 16, 2021
Type
Tags
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin