Skip to main content

Les migrants de Martha’s Vineyard attirent l’attention sur la traite des êtres humains


Kristen Abrams
est la directrice principale du programme de lutte contre la traite des êtres humains de l’Institut McCain.
Dr. Evelyn Farkas
est la directrice exécutive de l’Institut McCain.

Il y a deux semaines, une cinquantaine de migrants, pour la plupart des adultes et des enfants vénézuéliens, ont été attirés dans des avions au Texas avec la promesse d’obtenir des documents de travail accélérés, un logement et un emploi à Boston. Ils ont été transportés par avion aux frais des contribuables de Floride, non pas à Boston, mais à Martha’s Vineyard, où aucun logement ni emploi ne les attend. De nombreux médias, commentateurs et décideurs politiques ont affirmé que le déplacement de ces personnes constitue un « trafic d’êtres humains ». Si ces migrants semblent avoir été utilisés comme des pions politiques, il est trop tôt pour conclure qu’il s’agit bien d’un cas de trafic d’êtres humains.

La traite des êtres humains, une forme d’esclavage moderne, implique que les trafiquants utilisent la force, la fraude ou la coercition pour contrôler une victime à des fins de commerce sexuel ou de travail. En termes simples, la traite des êtres humains est la privation de la liberté d’un individu dans un but lucratif. Notamment, contrairement à d’autres formes de trafic ou de contrebande, la traite des êtres humains ne nécessite pas de déplacement ou de passage de frontière. C’est le manque de liberté et l’appât du gain qui comptent.

Dans cette situation, il semble qu’au moins certains des migrants aient été trompés, escroqués ou forcés à monter à bord d’avions en direction d’une nouvelle destination. Ce qui n’est pas clair, cependant, c’est si ces migrants ont été trompés, escroqués ou contraints à des fins de commerce sexuel ou de travail au profit du trafiquant présumé.

Reste à savoir si ces situations s’avèrent être un cas de traite des êtres humains, ou potentiellement un autre crime grave, pouvant donner lieu à une inculpation. Sans plus d’informations, nous mettons en garde contre l’utilisation du terme « traite des êtres humains » pour décrire cette situation. L’utilisation de mots erronés est une forme de désinformation, parfois utilisée pour exacerber un conflit social et souvent pour confondre le véritable problème.

Les dangers de l’utilisation de la désinformation sont bien connus dans le domaine de la lutte contre la traite des êtres humains. Il y a plusieurs années, Q/Anon a diffusé de la désinformation sur la traite des êtres humains sur les médias sociaux en utilisant le hashtag #SaveTheChildren. Cette campagne de désinformation a détourné des ressources déjà limitées, submergeant la ligne d’assistance nationale sur la traite des êtres humains de faux rapports de traite. La campagne Q’Anon a semé le conflit dans toutes les villes américaines. Elle a même donné lieu à des violences physiques à Washington, DC, lorsqu’un homme armé s’est présenté dans une pizzeria pour libérer des enfants qui se trouvaient dans un sous-sol inexistant et qui étaient prétendument victimes de trafic dans l’industrie du sexe. (À l’époque, le McCain Institute s’était joint à des dizaines d’autres organisations dénonçant Q’Anon et ses messages dangereux et mensongers sur la traite des êtres humains).

L’épisode du pont aérien de Martha’s Vineyard devrait constituer un avertissement et une opportunité de sensibilisation à la traite des êtres humains réelle.

Les migrants courent un risque accru d’exploitation. Ils arrivent souvent dans ce pays avec une connaissance limitée de l’anglais ou des lois de notre pays. Ils ont peu ou pas d’accès aux réseaux de soutien et aux ressources de base, et leurs perspectives d’emploi sont incertaines. En utilisant des tactiques coercitives telles que des offres d’emploi, de nourriture, de logement et d’autres produits de première nécessité, les trafiquants ciblent les réfugiés et les personnes en déplacement et en profitent. Certains migrants sont contraints d’exercer toute une série de « métiers », allant de l’agriculture à la prostitution, et sont parfois piégés jusqu’à ce qu’ils « remboursent leurs dettes » (ce qui n’arrivera probablement jamais) et ne peuvent communiquer avec quiconque pourrait les aider.

Les données publiées la semaine dernière par l’Organisation internationale du travail, l’Organisation internationale pour les migrants et l’ONG Walk Free soulignent l’ampleur du véritable problème de la traite des êtres humains : on estime que 28 millions de personnes dans le monde ont été contraintes de travailler contre leur gré en 2021. Ici, aux États-Unis, pays où l’immigration et les migrations internes sont nombreuses, nous ne connaissons même pas l’ampleur du problème. Nous manquons de données complètes sur la prévalence de la traite des êtres humains aux États-Unis.

Nous attendons depuis longtemps de nouveaux investissements importants dans les données et la recherche afin de mieux comprendre la complexité de la traite des êtres humains dans notre propre pays. À l’échelle nationale, nous avons besoin de programmes de prévention conçus pour atteindre les populations vulnérables à l’exploitation – comme les réfugiés, les demandeurs d’asile et les autres migrants. Nous devons soutenir les efforts des forces de l’ordre pour poursuivre les trafiquants d’êtres humains, en particulier pour les infractions liées au travail forcé, qui font l’objet de très peu d’enquêtes et de poursuites dans ce pays. Et lorsque les survivants sont en mesure de quitter les situations d’exploitation, nous devons veiller à ce qu’ils puissent accéder à un logement sûr, à des services juridiques, à des soins médicaux et à des emplois exempts d’exploitation.

Ce ne sont là que quelques-unes des mesures que peuvent prendre les experts en politique, les praticiens, les défenseurs, les dirigeants gouvernementaux, les partenaires du secteur privé et d’autres personnes pour lutter contre le crime nuancé et multiforme qu’est la traite des êtres humains. Mais cela doit commencer par des informations précises, exemptes de politique et de sensationnalisme.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Author
Kristen Abrams et Evelyn Farkas
Publish Date
octobre 13, 2022
Type
Tags
Share