Skip to main content

Op-Ed : The Hill : Les États-Unis vont-ils abandonner les femmes et les filles d’Afghanistan ?

The Hill Op-Ed : Les États-Unis vont-ils abandonner les femmes et les filles d’Afghanistan ?
Par Natalie Gonnella-Platts et Paul Fagan
10 décembre 2021
https://thehill.com/opinion/international/585228-will-the-us-abandon-the-women-and-girls-of-afghanistan

En Afghanistan, les femmes et les jeunes filles sont désormais presque entièrement exclues de la vie publique après seulement trois mois de règne total des talibans, depuis l’effondrement du gouvernement afghan et le retrait de l’armée américaine. L’équité entre les sexes est inexistante et la dignité humaine est ouvertement attaquée par l’oppression parrainée par l’État.

La situation est tragiquement ironique aujourd’hui, 73e anniversaire de la proclamation par les Nations unies de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui comprend l’affirmation de l’égalité des droits des hommes et des femmes. C’est également le jour où le prix Nobel de la paix sera officiellement décerné à Maria Ressa et Dmitry Muratov pour leurs « efforts visant à préserver la liberté d’expression, qui est une condition préalable à la démocratie et à une paix durable » aux Philippines et en Russie.

Ni les droits de l’homme ni la liberté d’expression n’existent aujourd’hui en Afghanistan. Même si les talibans ne reconnaissent que du bout des lèvres la Déclaration universelle des droits de l’homme, les progrès réalisés par les femmes et les filles afghanes au cours des vingt dernières années sont pratiquement perdus. Il s’agit notamment de leurs efforts considérables pour améliorer la vie de leurs familles, de leurs communautés et de leur pays.

Pire encore, il est de plus en plus probable que plus de la moitié des Afghans seront confrontés à des « niveaux d’urgence » d’insécurité alimentaire cet hiver. Selon les Nations unies, il s’agit d’un niveau sans précédent de personnes souffrant d’insécurité alimentaire aiguë.

Il y a au moins trois choses que le gouvernement américain et la société civile peuvent encore faire pour aider à endiguer la vague et affirmer notre soutien au peuple afghan qui s’est tenu à nos côtés dans la poursuite d’un avenir plus pacifique et plus prospère.

Tout d’abord, nous devons résoudre le dilemme du départ de l’Afghanistan : Quiconque tente de quitter le pays a besoin d’un visa, mais il n’y a actuellement aucun service diplomatique ou consulaire américain sur place. Il en va de même pour de nombreux autres pays, il est donc impossible d’en sortir. Les États-Unis et l’ONU devraient établir un corridor humanitaire pour les personnes qui souhaitent partir et pour permettre à l’aide indispensable d’entrer en Afghanistan. Le gouvernement américain devrait mettre en œuvre le dépôt électronique et les entretiens consulaires à distance.

Deuxièmement, les secteurs public et privé doivent se mobiliser pour répondre aux défis, largement méconnus, des Afghans qui attendent dans des pays tiers leur réinstallation définitive. Confrontés à des procédures de visa limitées et à de longues périodes de traitement, de nombreux Afghans évacués qui ne se trouvent pas sur des bases militaires américaines désignées à l’étranger ont été laissés dans un vide juridique, dans des endroits éloignés et avec peu de ressources. De nombreuses personnes et familles sont confrontées à des risques très réels de faim, d’abus et d’exploitation parce que leurs droits et leur agence ne sont que peu protégés et qu’elles n’ont pas d’argent en raison de la crise des liquidités en Afghanistan.

Enfin, nous ne pouvons laisser le monde oublier les millions de femmes et d’enfants qui restent en Afghanistan et sont confrontés à la pire crise humanitaire au monde.

Autrefois piliers essentiels dans la poursuite de la liberté, de l’équité et du développement dans leur pays, les femmes se voient à nouveau refuser les droits humains les plus fondamentaux. La moitié des enfants de moins de 5 ans sont exposés au risque de malnutrition aiguë sévère. Et les adolescentes et les jeunes femmes – une influence vitale sur l’innovation, la croissance et le développement futurs – ont été exclues des établissements d’enseignement dans la plupart des régions du pays et sont devenues des marchandises dans un contexte de crise humanitaire sans cesse croissante.

Avant le retour au pouvoir des talibans il y a quelques mois, 84 % des Afghans étaient d’accord pour que les femmes aient les mêmes possibilités d’éducation que les hommes ; plus de 3,5 millions de filles étaient scolarisées et 100 000 femmes étaient inscrites dans des universités publiques et privées, contre aucune en 2001.

Lors de la première conférence de presse après la chute de Kaboul, le 15 août, le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, a déclaré : « Nos sœurs, nos hommes ont les mêmes droits. » Mais l’histoire et les actions actuelles des talibans démentent leurs paroles.

Les Talibans se trouvent sur ce que le journaliste William J. Dobson a appelé « la courbe d’apprentissage du dictateur ». Ils seront bientôt – ou ont toujours été – membres de « Autocracy Inc. », le club officieux des autocrates modernes, selon l’écrivain Anne Applebaum.

Le thème de cette Journée des droits de l’homme est « l’égalité – réduire les inégalités, faire progresser les droits de l’homme ».

Si nous avons vraiment l’intention de répondre à ce moment, nous devons donner la priorité au statut des plus vulnérables d’entre nous. Et cela signifie le peuple d’Afghanistan.

Bien que notre retrait de leur pays soit complet, les États-Unis et la communauté internationale ont encore un rôle énorme à jouer pour soutenir les Afghans, en particulier les femmes et les enfants.

Natalie Gonnella-Platts est la directrice de la Women’s Initiative à l’Institut George W. Bush.

Paul Fagan est le directeur des programmes des droits de l’homme et de la démocratie pour le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University.

DISCLAIMER: McCain Institute for International Leadership is a non-partisan « do-tank » that is part of Arizona State University. The views expressed in this blog are solely those of the author and do not represent an opinion of the McCain Institute.

Publish Date
décembre 10, 2021
Type
Tags
Share