Covid-19: une excuse pour réprimer les droits de l’homme et les libertés civiles

Par le Groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme *

 

Les gouvernements ont la responsabilité de protéger leurs citoyens et d’assurer leur santé et leur sécurité, et dans des situations extrêmes, cette protection peut inclure la suspension temporaire ou la limitation des libertés civiles dans l’intérêt de la santé publique. Cependant, ces mesures doivent répondre à un certain nombre de Critères afin d’être crédibles et acceptables, y compris d’être limités en portée et en durée, avoir une applicabilité générale (c’est-à-dire ne pas se limiter à certaines populations), être fondées sur des normes juridiques, être proportionnées à la situation, respecter la dignité humaine et être soumises à revoir.

Malheureusement, un certain nombre de pays profitent de la pandémie mondiale actuelle du COVID-19 pour mettre en œuvre des mesures répressives sous couvert de «protection de la santé publique». Ces actions s’inscrivent dans le contexte de 14 ans de déclin démocratique, selon Maison de la liberté , et une résurgence de l’autoritarisme. Selon le World Justice Project Rule of Law Indice , plus de pays ont diminué leur score en matière de droits fondamentaux que tout autre facteur de l’état de droit à la fois au cours de la dernière année et des cinq dernières années. De plus, dans les 18 à 24 mois qui ont précédé la pandémie, il y a eu une augmentation explosive de l’utilisation des médias numériques dans le monde (et pas toujours à des fins positives), une augmentation de la corruption transnationale et de la kleptocratie, et un manque de confiance persistant. en démocratie, les attentes de croissance économique et de sécurité n’étant pas satisfaites. La pandémie COVID-19 a ajouté la peur à ces autres incertitudes, ce qui a permis à certains dirigeants d’utiliser plus facilement la crise comme excuse pour étendre leur autorité et réprimer leur peuple. Alors que les manifestations populaires contre les dirigeants autoritaires (de la Russie et de Hong Kong à l’Algérie et à l’Irak) se sont calmées pendant les premiers mois de la pandémie, en Biélorussie et ailleurs, la demande populaire de responsabilité est revenue depuis.

Depuis le début de la pandémie, des centaines de mesures ont été adoptées dans des dizaines de pays restreignant la liberté d’expression et de participation, qui sont suivies par le Centre international de droit des organismes sans but lucratif. Selon Larry Diamond, auteur de La démocratie contre la pandémie dans les affaires étrangères, «les régimes autoritaires au Bangladesh, en Biélorussie, au Cambodge, en Chine, en Égypte, au Salvador, en Syrie, en Thaïlande, en Turquie, en Ouganda, au Venezuela et au Vietnam ont tous détenu des critiques, des agents de santé, des journalistes et des membres de l’opposition pendant la pandémie.  » En Égypte, au moins neuf médecins ont été arrêtés et sanctionnés pour avoir critiqué la réponse de leur gouvernement à la pandémie. Un professeur de droit constitutionnel à l’Université Tsinghua de Pékin a été détenu pendant six jours puis licencié de son travail après avoir critiqué la gestion de la pandémie par le gouvernement chinois. Au Venezuela, les responsables de la sécurité du président Maduro demandent aux citoyens de signaler ceux qui ont pu être en contact avec le coronavirus comme des «bioterroristes» et détiennent ceux qui reviennent de l’étranger dans des conditions surpeuplées avec peu de nourriture, d’eau ou de masques pendant des semaines, voire des mois. de peur de la contagion. L’Ouganda a intensifié ses attaques contre la communauté LGBT. En outre, plus de 70 élections dans toutes les régions du monde ont été reporté . Certains de ces reports sont légitimes dans le contexte de la pandémie et ont eu lieu depuis, mais d’autres semblent avoir été reportés pour des raisons d’opportunisme politique. Les technologies telles que la surveillance numérique et la recherche des contacts présentent également le risque d’être utilisées à des fins non pandémiques, entraînant une perte de confidentialité si elles ne sont pas correctement contrôlées. Dans les cas les plus extrêmes, des décrets d’urgence restreignant les libertés sans aucune date de fin ont été adoptés. Le président philippin Rodrigo Duterte a fait adopter un projet de loi au parlement en mars dernier lui accordant des pouvoirs d’urgence qui lui ont permis de réaffecter le budget du pays, ainsi que de diriger ses hôpitaux. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a réussi à obtenir le pouvoir de suspendre et de promulguer des lois, ainsi que d’arrêter les détracteurs de la gestion de la pandémie par le gouvernement. Dans un certain nombre de pays, dont la Turquie, l’Égypte, l’Arabie saoudite, le Bahreïn et l’Iran, des prisonniers ont été libérés pour minimiser la propagation du virus, mais les prisonniers politiques et les défenseurs des droits humains sont restés dans des conditions dangereuses et insalubres.

Les démocraties qui ont répondu à la pandémie par des mesures répressives sont également très préoccupantes. Un projet de loi au Brésil, destiné à contrer les «fausses nouvelles» sur le coronavirus, menace en fait d’étouffer la liberté d’expression et d’envahir la vie privée. Le gouvernement indien a commencé à utiliser une nouvelle application de suivi en avril visant à freiner la propagation du COVID-19, mais certains craignent qu’elle puisse être utilisée comme un outil de surveillance de masse sous le Premier ministre Narendra Modi, qui a des antécédents de dissidence étouffante, d’indépendance judiciaire et la liberté de la presse depuis son élection en 2014. Au Chili, les autorités tentent de censurer l’utilisation de l’art pour critiquer la violence policière et exprimer leur soutien aux professionnels de la santé en poursuivant une troupe d’art pour incitation à la haine contre la police nationale.

Le COVID-19 ne sera pas la dernière maladie à devenir une pandémie mondiale. Il est essentiel que le monde soit prêt à répondre aux futures crises sanitaires tout en maintenant le respect des normes démocratiques et des libertés civiles. Les recommandations adressées à l’administration et au Congrès américains pour protéger la démocratie, les droits de l’homme et l’état de droit pendant une crise sanitaire mondiale comprennent:

  • Continuer à soutenir les États-Unis et d’autres organisations démocratiques et de défense des droits de l’homme actives dans le monde entier, en fournissant une assistance indispensable et souhaitée à ceux qui s’efforcent d’apporter ou de restaurer la liberté et les droits dans leur pays, en particulier pour les groupes vulnérables touchés de manière disproportionnée par la pandémie.
  • Examiner les normes et les critères pour limiter les libertés civiles pendant une crise sanitaire et les mettre à jour pour refléter la réalité actuelle des technologies nouvelles et avancées afin qu’un ensemble complet de meilleures pratiques existe pour la communauté mondiale à suivre.
  • Se préparer à la prochaine pandémie inévitable en communiquant les normes mises à jour et en élaborant des repères que les pays doivent suivre s’il s’avère nécessaire, une fois de plus, de limiter les libertés civiles au nom de la protection de la santé publique.
  • Suivre les mesures prises par les pays pour restreindre les libertés civiles pendant la pandémie et les surveiller pour déterminer si elles sont conformes aux normes internationales des droits humains et sont levées une fois la crise sanitaire terminée.
  • Une fois qu’un vaccin sûr est disponible, la société civile devrait être encouragée à surveiller et à signaler si l’accès au vaccin est fourni d’une manière équitable et non discriminatoire, la priorité étant donnée aux sous-groupes de la population sur la base de critères médicalement reconnus plutôt que que des bases politiques ou autres.
  • Encourager les organisations de la société civile à surveiller les actions de leurs gouvernements, en particulier en ce qui concerne les initiatives de surveillance, de suivi et de traçage des contrats, pour s’assurer qu’elles sont utilisées de manière limitée et appropriée et dans le respect de la vie privée.
  • Identifier les problèmes ciblés en ce qui concerne la violation des libertés civiles et travailler pour former des coalitions d’organisations partageant les mêmes idées pour soulever des préoccupations et exiger des changements.

 

* Le groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à élever l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin