Droits de l’homme, démocratie et état de droit au Soudan du Sud: plaider la cause

RAPPORT

PAR LE GROUPE DE TRAVAIL DÉMOCRATIE ET DROITS DE L’HOMME *

Le vote du Soudan du Sud pour devenir un État indépendant en 2011 aurait dû être un brillant exemple de liberté et d’autodétermination. Au lieu de cela, il s’est tragiquement transformé en une catastrophe humanitaire. Depuis décembre 2013, le Soudan du Sud est embourbé dans de violents conflits entre tribus rivales, à commencer par celles centrées autour du président Salva Kiir et de l’ancien premier vice-président Riek Machar, mais qui a maintenant attiré d’autres groupes ethniques. En conséquence, sur une population de 12,5 millions d’habitants, plus de 1,7 million de Sud-Soudanais ont fui le pays, près de 1,9 million sont déplacés à l’intérieur du pays et environ 100 000 ont été tués. Parmi ceux qui restent, au moins 100 000 personnes meurent de faim, et un autre million de personnes sont au bord de la famine. L’accord de partage du pouvoir de 2015, ainsi que de nombreux autres accords de cessez-le-feu qui ont été négociés par l’Union africaine, les Nations Unies, les États-Unis et d’autres acteurs occidentaux ont été violés et finalement déchirés. La violence est devenue si répandue, attirant de nombreux autres groupes ethniques du pays, et les atrocités si horribles, que les Nations Unies craignent que le pays soit au bord du génocide.

La Commission des droits de l’homme des Nations Unies au Soudan du Sud a publié un rapport en mars 2017 qui décrivait les violations systémiques des droits de l’homme au Soudan du Sud, y compris les meurtres et la torture sur la base de l’appartenance ethnique commis par des soldats du gouvernement; discours de haine des dirigeants du gouvernement, dont le président Kiir; violence sexuelle; arrestation, détention, torture et meurtre arbitraires de journalistes; recrutement généralisé d’enfants soldats; censure des médias; fermeture de journaux; et les restrictions et la fermeture des organisations de défense des droits de l’homme et des organisations humanitaires. Des maisons et des villages ont été incendiés, des civils massacrés et des femmes violées collectivement. Les experts craignent que d’ici le quatrième anniversaire de la guerre en décembre, près de la moitié de la population soit affamée ou fui le pays.

Il n’est donc pas surprenant que le Soudan du Sud ne soit pas en mesure de s’acquitter des fonctions de base d’un État, y compris la fourniture de services sociaux, la garantie de la sécurité ou l’administration de la justice. Son économie s’est effondrée, passant de milliards de dollars de production de pétrole brut au moment de l’indépendance, lorsque les prix du pétrole étaient élevés, à presque aucune recette gouvernementale et une inflation massive après la chute des prix du pétrole, entraînant une flambée des prix des denrées alimentaires et la famine. Alors que les hauts fonctionnaires conduisent des voitures coûteuses et ont fait fortune au cours des années de prospérité, les citoyens n’ont pas récolté d’avantages et les enseignants et autres fonctionnaires sont à peine payés. Le Soudan du Sud est classé 163e sur les 168 pays et territoires étudiés dans l’indice de perception de la corruption 2015 de Transparency International.

Les États-Unis – qui ont joué un rôle clé dans la transformation du Soudan du Sud en une nation indépendante – ont fourni plus de 11 milliards de dollars d’aide humanitaire, de maintien de la paix et de reconstruction au Soudan du Sud depuis 2005, un investissement qui risque de perdre son sens dans l’état actuel de la situation. violence et anarchie. Les soldats de la paix de l’ONU n’ont en grande partie pas réussi à protéger les civils en dehors des 232 000 réfugiés directement dans les locaux de la Mission des Nations Unies en République du Soudan du Sud (MINUSS). De plus, le Soudan du Sud est confronté à la plus grande crise de réfugiés en Afrique et à la troisième au monde, après l’Afghanistan et la Syrie, qui fait peser un lourd fardeau sur les pays voisins et la communauté internationale. Il est essentiel que les États-Unis, avec leurs partenaires en Afrique et ailleurs, trouvent un moyen de mettre fin à cette guerre afin que le peuple sud-soudanais puisse vivre en paix et que ses besoins fondamentaux soient satisfaits.

 

RECOMMANDATIONS

Les recommandations à l’administration américaine et au Congrès sur la collaboration avec le Soudan du Sud sur la démocratie, l’état de droit et les droits de l’homme comprennent:

  • Dénoncer la violence et la situation humanitaire épouvantable au Soudan du Sud avec force et directement aux niveaux les plus élevés et annoncer une politique américaine claire sur la manière d’y faire face.
  • Soutenir l’établissement d’un mandat exécutif pour l’Union africaine, avec le soutien de l’ONU, pour administrer temporairement le Soudan du Sud jusqu’à ce que des institutions capables de gérer la politique de manière non violente soient mises en place et que les réseaux sous-jacents au conflit soient rompus. Cela nécessiterait le soutien des services de sécurité, des groupes armés et des principales tribus, ainsi que le départ de Kiir et de Machar de la direction politique. Une telle approche n’est pas sans précédent. Des administrations internationales ont été installées au Timor oriental, au Kosovo, au Cambodge et dans d’autres pays qui ont souffert de graves conflits.
  • Continuer à travailler avec la société civile locale, l’église et d’autres dirigeants civiques qui n’ont pas été discrédités tout au long de la tourmente politique pour se rassembler pour soutenir une intervention extérieure pour stabiliser le Soudan du Sud.
  • Recommander au Conseil de sécurité de l’ONU d’imposer un embargo strict sur les armes comme moyen de réduire le nombre d’armes disponibles pour les deux parties au conflit, ainsi que d’imposer des sanctions ciblées aux hauts fonctionnaires reconnus coupables d’atrocités.
  • Soutenir la création d’un tribunal hybride pour le Soudan du Sud par l’Union africaine avec des juges sud-soudanais et africains, qui faisait partie de l’accord de paix de 2015 et commencerait le processus d’établissement de la responsabilité pour les atrocités commises.
  • Soutenir le mandat d’enquête récemment confié à la Commission des droits de l’homme des Nations Unies au Soudan du Sud et encourager les organisations de défense des droits de l’homme à aider à recueillir des preuves de violations des droits de l’homme en prévision de futurs procès de délinquants des droits de l’homme.
  • Démontrant le sérieux avec lequel les États-Unis prennent la crise qui s’aggrave en veillant à ce que le Secrétaire d’État adjoint aux affaires africaines se concentre fortement sur le Soudan du Sud et en envisageant de nommer un haut fonctionnaire expérimenté au bureau de l’Envoyé spécial pour le Soudan du Sud et le Soudan.
  • Recommander que le Congrès appelle à la fin des hostilités; soutenir un effort international pour mettre fin au flux d’armes et apporter la stabilité au Soudan du Sud; et organiser CODELS au Soudan du Sud pour examiner la situation sur le terrain.
  • Soutenir un média libre et indépendant pour que l’information, en particulier sur les services humanitaires, soit mise à la disposition de tous.
  • Une fois que la violence a cessé, explorer la viabilité de l’établissement d’un programme d’aide à la gouvernance et à la gestion économique (GEMAP) au Soudan du Sud, similaire au modèle mis en œuvre au Libéria. Cela permettrait de superviser les principaux ministères et organismes du pays afin de renforcer la responsabilité financière, la transparence et la gestion budgétaire.
  • Reconnaissant que l’établissement d’institutions durables avec paix et prospérité nécessitera un changement de génération, ce qui signifie que les États-Unis et la communauté internationale devraient soutenir le développement et la formation de jeunes leaders dans tous les secteurs de la société, comme par le biais de l’Initiative des jeunes leaders africains.

 

* Le groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à élever l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

 

Photo: Steve Evans

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin