Droits de l’homme, démocratie et état de droit au Vietnam: plaider la cause

RAPPORT

PAR LE GROUPE DE TRAVAIL DÉMOCRATIE ET DROITS DE L’HOMME *

À la fin de deux décennies de guerre civile en 1975, le Vietnam s’est réunifié sous un gouvernement communiste, bien que les États-Unis n’aient normalisé leurs relations diplomatiques avec le Vietnam qu’en 1995. Au cours des dernières années, ses relations sont devenues plus étendues et plus coopératives, guidées par le partenariat global américano-vietnamien de 2013, un cadre global visant à approfondir les relations bilatérales dans un large éventail de domaines, ainsi que d’autres déclarations conjointes et les accords. Au cours des négociations sur le partenariat transpacifique (PTP) – dont les États-Unis se sont désormais retirés – le Vietnam a accepté d’autoriser les syndicats indépendants à s’organiser, engagement qui n’a pas encore été respecté. Le Vietnam a pris un certain nombre d’autres engagements et réformes dans le cadre du développement continu de ses relations avec les États-Unis, y compris un engagement général à mettre ses lois en conformité avec les normes internationales, la ratification de plusieurs traités relatifs aux droits de l’homme, y compris la Convention des Nations Unies contre la torture, modeste l’amélioration de son code de procédure pénale, l’amendement de sa loi sur la religion pour permettre une plus grande liberté de culte et la réduction du nombre de poursuites et d’arrestations de dissidents. Les États-Unis, en plus de faire participer le Vietnam au PTP, ont fourni un soutien pour atténuer les effets du changement climatique sur le Vietnam, aidé à financer la première phase du nettoyage de la dioxine à l’aéroport international de Danang et sont engagés dans de nouveaux efforts conjoints à Bien Hoa. Air Base, et a convenu d’une relation militaire plus étroite, notamment en aidant le Vietnam au premier déploiement de soldats de la paix de l’ONU d’ici 2017. En outre, le président Barack Obama s’est rendu au Vietnam en mai 2016 et a totalement levé l’embargo américain sur les armes; il a également signé un accord de pays avec le Peace Corps au cours de cette visite. Les deux pays entretiennent une relation économique dynamique, le commerce bilatéral passant de 451 millions de dollars en 1995 à près de 45 milliards de dollars en 2015.

Cependant, le Vietnam, avec une population de 90 millions d’habitants, reste sous le contrôle ferme du Parti communiste, le seul parti politique légalement reconnu. Il contrôle toutes les prises de décisions et la mise en œuvre de la politique gouvernementale, ainsi que les tribunaux. Tous les médias imprimés et audiovisuels sont réglementés par l’État et les journalistes critiques sont régulièrement harcelés, détenus et emprisonnés. Selon Human Rights Watch, «Au cours des neuf premiers mois de 2016, au moins 19 blogueurs et militants ont été traduits en justice et condamnés», tandis que d’autres sont toujours détenus sans jugement. La liberté religieuse et académique est limitée, et la liberté d’expression et d’association est extrêmement restreinte. Le Vietnam, en d’autres termes, malgré tout son dynamisme et son développement, a encore un long chemin à parcourir en matière de libéralisation politique et reste un pays politiquement répressif.

Les Vietnamiens sont largement unis dans leur désir à la fois d’entrer sur la scène mondiale et d’avoir une relation positive avec les États-Unis. Et pourtant, le retrait américain du PTP a réduit un point de levier pour faire pression sur les dirigeants vietnamiens en faveur de la libéralisation politique. Les progrès au Vietnam sont loin d’être irréversibles, en particulier si les États-Unis réduisent leur niveau d’engagement, qui s’est intensifié au cours de la dernière décennie et a contribué à catalyser le changement dans le pays.

 

RECOMMANDATIONS

Les recommandations adressées à l’administration américaine et au Congrès sur la collaboration avec le Vietnam sur la démocratie, l’état de droit et les droits de l’homme comprennent:

  • Maintenir l’engagement avec le Vietnam sur le large éventail de questions qui ont fait l’objet des relations américano-vietnamiennes au cours des dernières années, y compris la réforme judiciaire (y compris le code pénal) et les droits de l’homme, et veiller à ce que leurs lois soient conformes aux normes internationales.
  • Continuer à tenir régulièrement des dialogues sur les droits de l’homme, qui au fil des ans sont devenus de plus en plus productifs, sont pris au sérieux par les deux parties, et ont notamment suscité des inquiétudes dans les domaines des arrestations et des poursuites contre des militants et d’autres. L’ajout d’un dialogue d’experts juridiques, pour inclure des avocats et des juges, pourrait aider à dépolitiser certaines questions.
  • Soulever des cas spécifiques de prisonniers politiques, à la fois en public et en privé, par des responsables américains à tous les niveaux et par tous les départements avec leurs homologues vietnamiens.
  • Maintenir la pression sur le Vietnam pour autoriser les syndicats indépendants et mettre leurs normes du travail en conformité avec les normes internationales.
  • Fournir un soutien continu pour les problèmes de «l’héritage de la guerre» liés aux munitions non explosées et à la dépollution des dioxines tout en exhortant le Vietnam à poursuivre ses efforts de réforme.
  • Explorer l’établissement d’un «dialogue parlementaire» entre les législateurs américains et vietnamiens pour approfondir les discussions sur la réforme.
  • Augmentation de la participation des hauts responsables du gouvernement américain, y compris au niveau présidentiel, à la réunion de l’APEC de cette année, que le Vietnam accueillera.
  • Renforcer le soutien des États-Unis à un ordre fondé sur des règles en ce qui concerne l’état de droit, la lutte contre la corruption et les libertés d’expression, d’association et de religion, car cela peut conduire à l’innovation et à la modernisation.
  • S’appuyant sur la réunion de mars 2017 entre les deux pays dans le cadre de l’Accord sur l’investissement et la facilitation du commerce – la première réunion depuis 2011 – pour renforcer le commerce bilatéral et faire de nouveaux progrès sur les réformes.
  • Exhorter à une approche pratique des fournisseurs Internet et des médias sociaux.
  • Encourager le Vietnam à respecter ses engagements au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et à faire rapport à la Commission des droits de l’homme des Nations Unies sur sa mise en œuvre.
  • Encourager un engagement continu avec le Vietnam comme moyen de renforcer les relations bilatérales et l’influence américaine dans la région vis-à-vis de la Russie et de la Chine. Cet engagement devrait inclure le soutien à la société civile indépendante, ainsi que la poursuite des dialogues et des échanges de haut niveau entre les chefs de partis politiques du Vietnam et des États-Unis, qui ont débuté en mars 2015 dans le cadre de l’accord de partenariat global de juillet 2013 et de la déclaration de vision commune de juillet. 2015.
  • S’assurer que les ventes d’armes sont contrôlées conformément à la «loi Leahy».

 

* Le Groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à accroître l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin