Élections mondiales et Covid-19: leçons apprises et voie à suivre

La pandémie COVID-19 est arrivée à un moment difficile pour la démocratie, au milieu d’une résurgence de l’autoritarisme dans le monde et d’un Déclin démocratique de 14 ans. Les pays qui devaient organiser des élections ont été contraints de décider de les tenir comme prévu ou de les reporter. Dans les deux cas, les pays se sont demandé comment administrer les élections de la manière la plus sûre possible, tout en abordant la multitude de nouveaux problèmes que la pandémie a présentés, c’est-à-dire comment inclure les votes de ceux qui sont mis en quarantaine, comment éviter un pic de cas, comment pour gérer la campagne, comment éviter la politique et la manipulation des nouveaux processus électoraux, comment identifier les ressources pour financer des dépenses supplémentaires telles que les équipements de protection individuelle, l’assainissement des bureaux de vote et le maintien de la sécurité, et comment être aussi transparent et inclusif que possible dans la prise de décision . Depuis le début de la pandémie, 75 pays et territoires élections reportées , plus de 95 ont tenu des élections comme prévu et plus de 45 ont tenu des élections qui ont été initialement reportés. Des leçons importantes ont été tirées au cours des derniers mois sur la manière de traiter ces problèmes et d’autres afin que l’intégrité des élections puisse être préservée.

La Corée du Sud a été l’un des premiers pays à organiser une élection pendant la pandémie, votant pour 300 membres de son Assemblée nationale le 15 avril 2020. Dans la plupart des cas, l’élection peut être considérée comme un modèle pour d’autres pays. En plus de contenir efficacement le virus dès le début, le gouvernement a encouragé l’utilisation de dispositions de vote spéciales préexistantes (SVA) telles que le vote anticipé et l’élargissement du vote par courrier, ainsi que la mise à disposition de bureaux de vote spéciaux dans les hôpitaux et les centres médicaux pour ces personnes. qui est tombé malade après l’expiration des délais de demande de SVA. Les fonctionnaires ont largement communiqué sur les mesures qu’ils prenaient pour que les citoyens se sentent en sécurité quant à leur participation. Ils ont mis à disposition des ressources pour organiser des élections en toute sécurité et ont eu la chance qu’au moment où le jour du scrutin est arrivé, la courbe virale de la Corée du Sud était faible depuis environ un mois, ce qui a également donné aux citoyens confiance dans le vote, ce qui a entraîné le taux de participation le plus élevé en trois décennies. D’un autre côté, le gouvernement polonais a utilisé sa majorité au Sejm pour accélérer l’expansion du vote par correspondance, sans discussion ni consensus plus large, dans le but de tenir son élection présidentielle du 10 mai. En fin de compte, ils ont été contraints de reporter les élections au 28 juin, et même alors, ils ont été précipités. Si les élections se sont relativement bien déroulées avec un taux de participation élevé, le processus a été compliqué et controversé. La République dominicaine, qui n’a pas établi efficacement la SVA pour ses élections nationales du 5 juillet, a connu une baisse de 14% de la participation électorale par rapport à ses élections présidentielles de 2016. L’Iran et la France ont organisé des élections nationales en septembre, alors que les cas de COVID-19 augmentaient, ce qui a également entraîné une baisse du taux de participation.

Bien que le contexte soit différent dans chaque pays, un certain nombre de leçons peuvent être tirées des données recueillies lors des élections qui ont eu lieu depuis le début de la pandémie. Premièrement, il est essentiel qu’il y ait un consensus politique autour des décisions relatives à la tenue d’élections, y compris quand, où et comment les tenir, ainsi que les mesures nécessaires pour répondre aux préoccupations liées à la pandémie. Ce consensus devra être atteint entre les entités qui ne sont peut-être pas habituées à travailler ensemble, telles que la commission électorale, le parti au pouvoir et l’opposition. Deuxièmement, plus la planification des élections commence tôt, mieux c’est. La précipitation de nouvelles mesures peut non seulement semer la confusion chez les électeurs, mais aussi donner l’apparence d’une manipulation du processus. Troisièmement, il faut réfléchir sérieusement à la SVA, y compris le vote par correspondance, le vote anticipé et le vote mobile. Encore une fois, ils ne peuvent pas être précipités, car il est important d’établir des protocoles pour garantir la protection de l’intégrité du processus électoral. Quatrièmement, la communication et la transparence sont essentielles pour garantir la confiance dans le processus. Les électeurs doivent être informés de toutes les nouvelles méthodes de vote dont ils disposent et comprendre les protocoles de sécurité qui leur seront demandés s’ils se rendent aux urnes pour voter dans des conditions de pandémie. Cinquièmement, la capacité d’obtenir des ressources financières pour répondre aux exigences de sécurité liées à la tenue d’une élection pendant une pandémie et de proposer des méthodes alternatives pour voter est très importante. Sixièmement, le moment choisi pour une élection reportée doit être soigneusement examiné. Si les cas de COVID-19 ont augmenté à l’approche des élections, cela affectera probablement le taux de participation, tandis que l’inverse se traduira probablement par une augmentation du taux de participation. Septièmement, on ne peut pas supposer que toutes les élections auront un taux de participation plus faible que par le passé. L’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA) a compilé un base de données sur la participation électorale cela montre que la participation électorale était en fait plus élevée dans environ un tiers des élections tenues pendant la pandémie COVID-19, par rapport à la participation moyenne aux élections de ces pays de 2008 à 2019. La SVA et une meilleure communication peuvent aider à augmenter le taux de participation, même dans ces circonstances difficiles. Huitièmement, l’observation des élections est possible, bien que l’intégration d’observateurs à long terme soit beaucoup plus difficile que d’observer le jour des élections. Pour une observation à long terme, il est nécessaire de former des observateurs locaux afin qu’ils soient en mesure de fournir des évaluations impartiales de la légitimité d’une élection.

Alors qu’au début de la pandémie, il était légitime de se tromper en faveur du report des élections, mais à l’avenir, les pays devraient faire tout leur possible pour tenir les élections comme prévu, car suffisamment d’enseignements ont été tirés pour permettre de mener des élections de manière sûre et efficace. Les recommandations adressées à l’administration américaine et au Congrès pour soutenir la tenue d’élections dans le monde pendant la pandémie de COVID-19 comprennent:

  • Profiter de cette crise pour améliorer les processus électoraux, notamment en ce qui concerne l’inclusion, mais aussi en ce qui concerne l’amélioration de la communication, le renforcement du consensus politique et une meilleure utilisation des ressources.
  • Examiner et mettre à jour les normes et les lois relatives aux décrets d’urgence et aux restrictions en matière de santé et de sécurité pour s’assurer que la transparence et l’intégrité des élections sont toujours protégées.
  • Utiliser les recherches et les données comparatives existantes liées aux élections qui ont eu lieu pendant la pandémie et les incorporer dans la prise de décision.
  • Identifier les nouveaux éléments de la tenue d’élections pendant une pandémie qui devraient être maintenus après la fin de cette crise, tels que l’utilisation de la SVA pour atteindre le plus haut niveau d’inclusion possible, une transparence et une communication complètes sur les processus électoraux et l’utilisation d’observateurs électoraux locaux .
  • Encourager les ONG internationales à coordonner leurs efforts pour soutenir la tenue d’élections inclusives, transparentes, légitimes et sûres pendant la crise sanitaire actuelle et future.

 

* Le groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à élever l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin