La crise mondiale des réfugiés: des défis persistants

Par le Groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme *

Le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés rapporte qu’il y a actuellement 25,9 millions de réfugiés dans le monde, la plupart originaires de Syrie, d’Afghanistan et du Soudan du Sud, dont plus de la moitié sont des enfants. En Syrie, la situation s’est aggravée puisque près d’un million de personnes ont fui les combats en plein hiver. Ce dernier flux de réfugiés s’ajoute au nombre record, qui représente une augmentation significative par rapport à 2012, année où il y avait 9,9 millions de réfugiés dans le monde. Une grande partie de l’augmentation a eu lieu entre 2012 et 2015, en grande partie en raison du conflit en Syrie. Environ 80 pour cent des réfugiés vivent dans des pays voisins du leur; La Turquie, le Pakistan et l’Ouganda sont actuellement les principaux pays d’accueil de réfugiés. Les conflits persistants en Syrie, au Soudan du Sud, en Birmanie, au Yémen, au Venezuela, en Afghanistan et dans de nombreux autres pays garantissent que le flux de réfugiés ne diminuera probablement pas de sitôt.

Selon le Département d’État et la Convention de 1951 sur les réfugiés, un réfugié est une personne qui «a subi des persécutions dans le passé ou qui craint avec raison d’être persécutée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un groupe social particulier ou de ses opinions politiques». et a fui leur propre pays. La politique américaine consistant à permettre à ceux qui craignent d’être persécutés d’entrer dans le pays a longtemps été fondée sur des valeurs fondamentales bipartites qui reflètent notre tradition de servir de refuge aux opprimés, une tradition qui remonte à l’époque des pèlerins. La première loi sur les réfugiés a été adoptée aux États-Unis en 1948 après l’entrée de plus de 250 000 Européens déplacés dans le pays, et a permis à 400 000 autres Européens déplacés d’entrer. Plus tard, des lois ont été adoptées pour accorder l’admission à ceux qui fuyaient les régimes communistes, et après la guerre du Vietnam, les États-Unis ont davantage ouvert leurs portes aux réfugiés en créant le programme américain d’admission des réfugiés. Depuis lors, les États-Unis ont réinstallé plus de trois millions de réfugiés, la plupart originaires de l’ex-Union soviétique ou d’Indochine.

Les États-Unis fournissent la plus grande aide humanitaire au monde, totalisant près de 9,3 milliards de dollars au cours de l’exercice 2019. Les États-Unis ont également été historiquement un chef de file mondial en ce qui concerne la réinstallation des réfugiés, accueillant jusqu’à récemment plus de réfugiés que tous les autres pays réunis. Cela a changé en 2017, lorsque les États-Unis ont admis moins de réfugiés que le reste du monde pour la première fois dans l’histoire moderne. Au cours des trois dernières années, le plafond d’admission des réfugiés est passé de 85000 en 2016 à 50000 en 2017, à 45000 en 2018 (bien que seulement 22491 aient été admis) et 30000 en 2019. Le 2 novembre 2019, le secrétaire d’État Michael Pompeo a annoncé que l’administration fixerait un plafond de 18000 réfugiés en 2020.

Les agences humanitaires, tant internationales que nationales, sont poussées à leurs limites alors qu’elles tentent de faire face à la crise mondiale des réfugiés. Aux États-Unis, neuf organisations privées travaillent à la réinstallation des réfugiés et 100 de leurs bureaux ont fermé, peut-être définitivement, en raison de la diminution du nombre de réfugiés. Les États-Unis se sont retirés de leur rôle diplomatique consistant à demander un financement accru de la part d’autres donateurs et à demander aux pays hôtes de veiller à ce que les droits des réfugiés soient respectés. Il a également refusé d’adhérer au Pacte mondial sur les réfugiés et au Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, invoquant des préoccupations concernant une violation de la souveraineté américaine, malgré le fait que ces accords ne sont pas contraignants. Le poste de secrétaire d’État adjoint à la population, aux réfugiés et aux migrations est resté vacant depuis le 23 janvier 2017. De plus, les États-Unis ont perdu leur campagne pour qu’un Américain soit à la tête de l’Organisation internationale pour les migrations lorsqu’ils ont présenté un candidat avec une histoire de tweeter des messages anti-musulmans.

Les États-Unis doivent continuer à jouer leur rôle traditionnel de chef de file mondial en matière d’aide humanitaire, de droits de l’homme et de développement économique afin de réussir à réduire le nombre de réfugiés dans le monde. Les recommandations adressées à l’administration américaine, au Congrès et aux candidats à la présidence de 2020 pour faire face à la crise mondiale des réfugiés comprennent:

  • Relever le plafond des admissions de réfugiés pour rétablir des niveaux historiquement plus élevés. Cela devrait être fait pour des raisons morales et de sécurité nationale, mais serait également économiquement prudent, comme le note le Forum national sur l’immigration dans son article de juin 2018 intitulé «Les immigrants en tant que contributeurs économiques: les réfugiés sont une réussite financière pour l’Amérique» qui, au fil du temps, les réfugiés contribuent davantage à l’économie par le biais des dépenses de consommation et de l’esprit d’entreprise qu’ils reçoivent en aide.
  • Nommer et nommer un secrétaire d’État adjoint à la population, aux réfugiés et aux migrations qui reprendra le rôle des États-Unis en tant que leader mondial sur ces questions.
  • S’exprimant en faveur de la tradition américaine d’accueillir et d’admettre des réfugiés, et de contrer la désinformation et les discours de haine dirigés contre les réfugiés et les demandeurs d’asile.
  • Reconsidérer l’opposition des États-Unis à l’approbation du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et le Pacte mondial sur les réfugiés.
  • Soutenir la mise en œuvre de la loi sur la meilleure utilisation des investissements menant au développement (BUILD), une mesure bipartite qui crée une nouvelle agence de développement américaine avec pour mission d’aider les pays en développement tout en faisant progresser les objectifs de politique étrangère des États-Unis et les intérêts de sécurité nationale.
  • Sensibilisation du public aux contributions positives apportées par les réfugiés et les immigrants en général à l’économie américaine et à la société américaine.
  • En plus de budgets humanitaires solides, continuer à financer des programmes de développement économique, d’état de droit, de droits de l’homme et de démocratie dans les pays en développement et en proie à des conflits pour renforcer les institutions, assurer la stabilité et encourager la gouvernance participative afin de réduire le besoin des citoyens de rechercher refuge dans d’autres pays.

 

* Le groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à élever l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin