Les droits mondiaux des travailleurs sont de plus en plus menacés pendant une pandémie

Par le Groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme *

Depuis 150 ans, les syndicats indépendants travaillent pour protéger et promouvoir les droits fondamentaux des travailleurs, notamment la liberté d’association, la liberté de négociation collective et le droit de grève. Le mouvement syndical s’adresse directement au pouvoir et aux dirigeants pour des raisons à la fois économiques et politiques, dans le but de créer une prospérité équitable et partagée dans un environnement où la liberté d’expression et la liberté d’association sont autorisées et protégées. Tout au long de l’histoire, les travailleurs ont joué un rôle essentiel dans la réalisation de changements positifs. Aux États-Unis, nous avons une journée de travail de 8 heures, des prestations de retraite et des lois sur le travail des enfants en raison du mouvement des droits des travailleurs. En Europe de l’Est, dans les années 80, les gouvernements dominés par les Soviétiques ont été renversés alors que les dirigeants syndicaux clandestins réclamaient la liberté. Les syndicats sud-africains ont contribué à mettre fin à l’apartheid et les travailleurs brésiliens ont aidé à faire passer leur pays d’une dictature de 20 ans à une démocratie.

Malheureusement, les droits des travailleurs sont de plus en plus menacés dans le monde. Selon la Confédération syndicale internationale Indice des droits mondiaux de la CSI 2019 , qui classe 145 pays sur la base de leur respect des droits des travailleurs, 107 pays en 2019 ont exclu les travailleurs du droit de créer ou d’adhérer à un syndicat, contre 92 en 2018. Quatre-vingt-cinq pour cent des pays ont violé le droit de grève, le Tchad interdisant toutes les grèves et manifestations, tandis que 80% des pays ont violé le droit de négociation collective. Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sont les pires contrevenants, l’Égypte ayant dissous tous les syndicats indépendants et l’Arabie saoudite utilisant des millions de travailleurs migrants essentiellement comme esclaves. Des dizaines de pays ont nié ou restreint la liberté d’expression et de réunion ou fait obstacle à l’enregistrement des syndicats, et les arrestations et détentions arbitraires sont passées de 59 en 2018 à 64 en 2019, y compris des arrestations massives de travailleurs en Chine, en Inde, en Turquie et au Vietnam.

Depuis le début de la pandémie du COVID-19, les conditions des travailleurs se sont considérablement détériorées, des centaines de millions de personnes dans le monde ayant perdu leur emploi. Avec cette augmentation des suppressions d’emplois, les gens acceptent des emplois dans le secteur informel qui ne fournissent pas de protection sociale et économique telle que les soins de santé et les indemnités de départ. Environ 60 pour cent de la main-d’œuvre mondiale travaille actuellement dans ces conditions. Même si les travailleurs n’ont pas perdu leur emploi, la plupart des pays ne paient pas des salaires suffisamment élevés pour que les travailleurs aient des économies, ce qui signifie que lorsque le coronavirus a commencé, la majorité n’avait pas de filet de sécurité financière sur lequel se rabattre. Les travailleurs de la chaîne d’approvisionnement ont été particulièrement touchés, car de nombreuses marques et détaillants, en particulier dans l’industrie du vêtement, ont refusé de respecter leurs engagements financiers envers les fournisseurs qui ont rempli des dizaines de milliards de dollars de commandes mais restent impayés, ce qui a entraîné des pertes d’emplois généralisées. Les travailleuses ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie, car elles sont surreprésentées à la fois dans le secteur informel et en première ligne de la lutte contre le virus, comme dans le secteur de la santé, ce qui les expose à un plus grand danger. La montée des réponses autoritaires à la pandémie a également eu un impact sur le mouvement syndical, car les restrictions au rassemblement ont entraîné des situations comme en Birmanie, où pas plus de cinq personnes sont autorisées à se rassembler à la fois, sauf dans les usines où les travailleurs sont devrait se présenter au travail sans mesures de distanciation sociale en place. Cependant, ils ne peuvent pas protester contre ces conditions dangereuses en raison des restrictions de rassemblement.

Alors que les syndicats indépendants continuent de se battre pour leurs membres et ont target = victoires « _ blank » ces derniers mois, il faut trop souvent une tragédie pour forcer le changement. Au Bangladesh, ce n’est qu’après la mort de plus de 1 100 ouvriers du vêtement lorsque le bâtiment de leur usine s’est effondré qu’un accord exécutoire a été conclu pour fournir des lieux de travail sûrs aux employés. L’Organisation internationale du travail (OIT) des Nations Unies est une entité clé qui rassemble les travailleurs, les employeurs et les gouvernements pour négocier les normes du travail, mais il reste encore beaucoup à faire. Les recommandations adressées à l’administration américaine, au Congrès et aux candidats à la présidence de 2020 pour la promotion et la protection des droits mondiaux des travailleurs comprennent:

  • Augmenter les ressources des entités gouvernementales américaines responsables des droits du travail, y compris le Bureau de la démocratie, des droits de l’homme et du travail du département d’État américain; le Bureau des affaires internationales du travail du Département du travail des États-Unis; le Centre d’excellence sur la démocratie, les droits de l’homme et la gouvernance de l’Agence des États-Unis pour le développement international; le Bureau des affaires internationales du Département du Trésor américain; et le Bureau des affaires du travail au Bureau du représentant américain au commerce; ainsi que le financement du National Endowment for Democracy, qui alloue une partie de ses ressources au Centre de solidarité.
  • Renforcer la diplomatie du travail aux États-Unis en poussant à l’inclusion des questions du travail dans la diplomatie commerciale bilatérale et les dialogues sur les droits de l’homme et l’économie.
  • Mettre en place un groupe central de gouvernements partageant les mêmes idées qui traiteront des droits mondiaux des travailleurs lors des efforts de diplomatie économique lors des réunions du G20 et feront avancer les préoccupations concernant les droits des travailleurs liés aux événements mondiaux, tels que les Jeux olympiques de Pékin de février 2022.
  • Inclure les droits du travail comme partie intégrante du programme des droits de l’homme du gouvernement américain à tous les niveaux.
  • Examiner les accords commerciaux bilatéraux et mondiaux pour s’assurer qu’ils incluent des protections du travail exécutoires.
  • Restreindre les importations de produits aux États-Unis qui ne sont pas conformes aux codes de conduite qui exigent que les pays d’origine autorisent le droit de s’organiser, le droit de grève et d’offrir des conditions de travail sûres.
  • Renforcer la coordination avec les organisations non gouvernementales internationales en Europe et ailleurs afin de sensibiliser aux violations des droits des travailleurs, accroître la pression sur les pays pour qu’ils apportent des améliorations et soutenir les négociations entre les gouvernements, les employeurs et les travailleurs pour parvenir à des accords exécutoires pour protéger les travailleurs.
  • Renforcement de l’application des interdictions existantes sur l’importation de produits fabriqués avec le travail forcé.
    Prendre des mesures concrètes pour ratifier la Convention 190 de l’OIT pour lutter contre et éliminer la violence et le harcèlement sexistes au travail, ainsi que prendre en compte d’autres conventions fondamentales de l’OIT.
  • Renforcer l’utilisation des mécanismes de préférence commerciale, tels que le Système généralisé de préférences et la Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique, pour tenir les pays bénéficiaires responsables de leurs engagements en matière de droits du travail.
  • Explorer des stratégies supplémentaires pour tenir les entreprises faisant des affaires aux États-Unis pour responsables des violations des droits du travail dans leurs chaînes d’approvisionnement mondiales, comme la création d’un groupe de travail tripartite (gouvernement américain, entreprises et groupes de travailleurs) qui se concentre sur cette question.

 

* Le groupe de travail sur la démocratie et les droits de l’homme est une initiative non partisane réunissant des experts universitaires et des groupes de réflexion et des praticiens d’ONG et d’anciennes administrations démocrates et républicaines, cherchant à élever l’importance des questions de démocratie et de droits de l’homme dans la politique étrangère des États-Unis. Il est organisé par le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University. Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement les positions des membres individuels du groupe ou de leurs organisations.

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin