Rapport d’enquête ASU STIR sur les expériences des jeunes

RÉSUMÉ

Cette étude a examiné la prévalence des expériences de trafic sexuel chez les jeunes adultes sans-abri âgés de 18 à 25 ans qui ont reçu des services de programmes pour sans-abri en Arizona en juillet 2014.

Le but de cette étude était d’explorer les expériences et les défis uniques auxquels sont confrontés les jeunes adultes sans-abri victimes de la traite sexuelle par rapport aux jeunes adultes sans-abri non victimes de la traite sexuelle. Des sondages ont été réalisés auprès de 246 jeunes sans-abri recevant des services d’organisations d’aide aux jeunes adultes en Arizona, notamment: Tumbleweed Youth Services (Phoenix), One • n • Ten (Phoenix) et Our Family (Tucson).

Les résultats ont révélé que 25,6% des participants ont signalé des antécédents de trafic sexuel, 21,8% des hommes et 24,5% des femmes. Les jeunes adultes LGBTQ étaient significativement plus susceptibles de déclarer des expériences de trafic sexuel (33, 38,4%) que les jeunes adultes hétérosexuels (23, 19,7%).

On a constaté que les jeunes adultes victimes de la traite sexuelle différaient considérablement des participants non victimes de la traite avec des taux plus élevés d’automutilation, des antécédents de tentative de suicide, des dépendances aux drogues et à l’alcool, des antécédents de violence dans les fréquentations, des abus sexuels pendant l’enfance et des problèmes de santé médicale et mentale.

Les implications de ces résultats indiquent que jusqu’à un jeune adulte sans-abri sur quatre en Arizona a été victime d’exploitation sexuelle dans le cadre d’une situation de trafic sexuel à des fins commerciales, avec 65,1% déclarant avoir un trafiquant sexuel.

Ces résultats démontrent également que la traite sexuelle est vécue par les jeunes adultes sans-abri, hommes et femmes, et est beaucoup plus susceptible d’être signalée par les jeunes qui s’identifient comme LGBTQ.

 

INTRODUCTION

Les jeunes adultes sans-abri ont été définis comme ceux qui sont des sans-abri chroniques ou intermittents, qui vivent dans des abris de transition ou dans des situations temporaires telles que le «  couch surfing  », vivant dans des hôtels ou dans la rue, des maisons abandonnées ou d’autres situations de logement insalubres / instables (National Healthcare pour le Homeless Council, 2014; Woods, Samples, Melchiono, Harris et Boston Happens Program Collaborators, 2003). Haley et coll. (2004) ont défini les jeunes et les jeunes adultes sans-abri comme des personnes de moins de 25 ans «qui ont abandonné l’école, sont sans emploi régulier, vivent dans des conditions précaires et ont souvent peu de soutien social de la part de leur famille ou de leur communauté (p. 526). ).

Les données nationales sur les jeunes sans-abri aux États-Unis suggèrent qu’il y a eu une augmentation constante du nombre de jeunes sans-abri au cours des dernières années (United States Interagency Council on Homelessness, 2013), et une estimation récente de la National Alliance to End Homelessness (2012) ont constaté que chaque année, 550 000 jeunes célibataires et jeunes adultes de moins de 24 ans avaient vécu un épisode d’itinérance de plus d’une semaine. En 2013, le ministère du Logement et du Développement urbain a signalé 46 924 jeunes sans-abri non accompagnés de moins de 25 ans. Cette statistique est probablement sous-estimée car cette population est difficile à dénombrer (National Alliance to End Homelessness, 2014).

La recherche sur les jeunes adultes sans-abri a été compliquée par la nature transitoire de leur comportement «vivant». Dans certains cas, ils ne s’identifient pas comme sans-abri car ils ont un logement, mais reconnaissent que c’est transitoire ou dangereux. Dans d’autres cas, les jeunes adultes sans-abri sont inaccessibles car ils sont regroupés dans la population adulte sans-abri et ne reçoivent pas de services uniques.

Enfin, certains jeunes adultes sans-abri vivent sans murs et ne sont accessibles que grâce aux efforts des travailleurs de proximité, qui sont limités par les efforts économiques et communautaires. Les jeunes adultes sans-abri ont été étudiés à l’aide d’un certain nombre de méthodologies, notamment des enquêtes de recensement portant sur les expériences d’itinérance, des recherches dans des centres qui desservent les jeunes adultes sans-abri grâce à des services et des logements sans abri, et un échantillonnage au niveau de la rue (Toro, Dworsky et Fowler, 2007 ).

Cette étude a utilisé toutes ces techniques dans le but d’avoir les résultats aussi généralisables que possible aux jeunes adultes sans-abri en Arizona. Plus précisément, les méthodes d’enquête comprenaient la communication avec les jeunes dans le cadre de programmes sans rendez-vous, de services de logement de transition et de sensibilisation dans la rue.

 

FACTEURS DE RISQUE DE SANS-ABRI

Abus de substance

Les recherches indiquent que les jeunes et les jeunes adultes fugitifs et sans-abri participent à des comportements de consommation de drogues à haut risque (Lankenau et al., 2004). Une étude menée auprès de 775 adolescents en fuite et sans-abri a révélé que 97% de leur échantillon ont déclaré avoir consommé de la drogue ou de l’alcool, 43% d’entre eux consommant des drogues injectables à un moment de leur vie (Kral et al., 1997). Dans une étude sur les jeunes sans-abri de San Francisco, un tiers des jeunes ont déclaré avoir consommé plusieurs drogues et s’injecter des drogues au cours de leur vie (Van Leeuwan et al. 2004). Les comportements de consommation de drogues à haut risque (par exemple, l’injection de drogues) sont associés à des risques accrus pour une variété de problèmes de santé (hépatite C, hépatite B, VIH et tuberculose (Kral et al., 1997) qui compliquent davantage les efforts de stabilisation et de promotion de la santé. parmi cette population. Selon l’Enquête longitudinale nationale sur les jeunes, les jeunes fugueurs à répétition sont 7 à 12 fois plus susceptibles que les jeunes fugueurs célibataires ou non fugueurs d’avoir des antécédents de toxicomanie (Van Leeuwan et al., 2004).

Santé mentale

Les problèmes de santé mentale sont répandus chez les jeunes et les jeunes adultes sans-abri. Les répondants d’un échantillon de 364 adolescents sans abri ont indiqué une prévalence accrue de la psychopathologie, notamment: dépression, problèmes sexuels, réactions post-traumatiques, toxicomanie, comportements agressifs et problèmes émotionnels (Cauce et al, 2000). De plus, Perlman et al (2014) ont estimé que les idées suicidaires pouvaient atteindre 80% chez les jeunes sans-abri et que les antécédents de tentative de suicide pouvaient atteindre 67%.

LGBTQ

Les jeunes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres et en questionnement courent un risque accru d’itinérance et de ses facteurs de risque associés. Whitbeck et coll. (2010) ont estimé à partir de diverses études sur les populations d’adolescents sans-abri dans des villes aimantées telles que Los Angeles, San Francisco et Seattle, que 20% des adolescents sans-abri et en fuite sont gais, lesbiennes ou bisexuels. Selon Kruks (1991), les jeunes hommes gais et bisexuels courent un risque plus élevé de devenir sans-abri et de se suicider. Whitbeck et coll. (2004) ont noté que les jeunes sans-abri et en fuite qui se sont identifiés comme gais, lesbiennes ou bisexuels ont déclaré des taux plus élevés de maladie mentale que leurs homologues hétérosexuels. On a constaté que les jeunes homosexuels, lesbiennes et bisexuels sans-abri et fugitifs couraient un risque plus élevé de tentatives et d’idées suicidaires, ainsi que de se suicider (Whitbeck et coll., 2004). S’appuyant sur diverses études, le ministère de la Santé et des Services sociaux a constaté que les jeunes homosexuels ont tenté de se suicider à des taux de trois à six fois plus élevés que leurs pairs non homosexuels et que les jeunes homosexuels sans-abri semblent souffrir d’idées suicidaires à des taux significativement plus élevés que les non-sans-abri. jeunesse (Kruks, 1991). Parmi un ensemble de données d’un consortium d’agences, dont un axé sur les jeunes LGB, 53% des jeunes gais de la rue ont déclaré des tentatives de suicide comparativement à 32% de l’échantillon global, qui comprend à la fois les jeunes gais et non gais (Kruks, 1991). Les jeunes GLB sont uniques en ce sens qu’ils signalent plus fréquemment des sentiments d’isolement par rapport aux autres populations marginalisées, ce qui les expose à un risque d’itinérance et recherche le soutien de leurs pairs dans la rue, où ils forment des «familles» de rue avec des liens qui peuvent avoir un impact négatif sur leurs progrès sortir de la rue (Kruks, 1991, p. 517).

Participation au bien-être de l’enfance

La participation à la protection de l’enfance est associée à des taux accrus de sans-abri à l’âge adulte (Park, Metraux, Culhane et Brodbar, 2004), et les enfants qui ont été placés en famille d’accueil sont «beaucoup plus susceptibles que les autres enfants de commettre des crimes, d’abandonner l’école, rejoindre l’aide sociale, avoir des problèmes de toxicomanie ou entrer dans la population des sans-abri »(Doyle Jr., 2007, p. 1583). Dans une étude portant sur 10 travailleurs du sexe sans-abri de sexe masculin, les répondants ont signalé des antécédents d’instabilité du logement durant l’enfance, notamment: des parents séparés ou divorcés, des foyers d’accueil, vivant avec des grands-parents ou des beaux-parents (Lankenau, 2005); ce processus est décrit comme la «fluidité des gardiens» et fait référence à un «flux entre les gardiens au sein de la maison d’un garçon» (p. 12). Quatre des dix participants à l’étude de Lankenau (2005) étaient en famille d’accueil à l’âge de 10 ans, et «en entrant en famille d’accueil – aucun de ces quatre jeunes n’a trouvé un milieu familial stable ou non violent» (p. 13). Dans une étude portant sur 11 401 adultes sans-abri dans des refuges, il a été constaté que 29% des participants ont signalé des antécédents de participation au bien-être de l’enfance (Park, Metraux et Culhane, 2005). De plus, parmi ce groupe, les enfants qui quittent directement le système de protection sociale pour vivre de façon autonome courent un risque accru «d’itinérance ultérieure et d’autres résultats négatifs» (Park et al., 2005, p. 534).

Histoire du traumatisme

Les recherches démontrent systématiquement que les jeunes sans-abri sont susceptibles d’avoir vécu «des ménages pauvres, des abus sexuels et de vivre dans un ménage toxicomane» (Lankenau et al., 2004, p. 11). L’abus sexuel pendant l’enfance est un des principaux facteurs de risque de fugue et de sans-abri (Tyler, et al., 2001); dans une étude portant sur 429 jeunes sans-abri et fugitifs dans quatre États du Midwest, un quart des répondants ont déclaré avoir été agressés sexuellement par un gardien adulte au moins une fois (Whitbeck et al., 2004). à risque de «fuir quelque chose, ne pas courir vers quelque chose» (Tyler, et al., 2001, p. 153).

 

SANS-ABRI ET TRAFIC DE SEXE

Établir la connexion:

Survie sexuelle et trafic sexuel

Les expériences de trafic sexuel de jeunes adultes sans-abri ont le plus souvent été classées comme des relations sexuelles de survie, qui ont été définies comme l’échange de relations sexuelles pour répondre aux besoins de subsistance, y compris l’argent, un abri, de la nourriture, des médicaments ou une protection (Bailey, Camlin, & Ennett, 1998; Greene, Ennett et Ringwalt, 1999). Dans une vaste étude sur les jeunes (âgés de 12 à 21 ans), Greene et al. (1999) ont exploré les échanges sexuels pour les besoins de subsistance chez les jeunes sans-abri de la rue (n = 528) et les jeunes dans les refuges (n = 631). Ils ont constaté que des échanges sexuels basés sur la survie étaient signalés par 9,5% des jeunes dans les refuges et 27,5% des jeunes sans-abri de la rue. Dans l’étude menée par Hudson et Nandy en 2012 auprès de 156 jeunes et jeunes adultes sans-abri provenant de centres d’accueil spécifiques pour les jeunes et les jeunes adultes, ils ont constaté que 13,6% ont déclaré avoir échangé des rapports sexuels contre de l’argent et 17% ont échangé des rapports sexuels contre de la drogue. De nombreux jeunes sans-abri qui s’adonnent à des activités sexuelles de survie répondent aux critères établis par la loi de 2000 sur la protection des victimes de la traite, et une prise de conscience croissante de leur victimisation a incité les chercheurs, les praticiens et les décideurs à repenser le contexte et les expériences des jeunes et des jeunes adultes sans-abri. s’engager dans des relations sexuelles de survie.

Dans une étude récente sur la traite des êtres humains chez les jeunes sans-abri (âgés de 16 à 21 ans), Covenant House (2013) a constaté que près de 23% de leur échantillon ont fait état d’une certaine expérience de la traite des êtres humains, 8% ont spécifiquement signalé des échanges sexuels commerciaux (pour quelque chose de valeur) , tandis que 48% ont signalé un échange sexuel commercial contre un logement. Ils ont constaté que les expériences sexuelles de survie «se sont souvent transformées en expériences de trafic coercitives et violentes» (Covenant House, 2013, p. 6). Ils ont également identifié les facteurs de risque liés aux expériences de trafic sexuel, notamment 1) manque d’adulte attentionné, 2) des antécédents d’abus sexuels pendant l’enfance, et 3) un manque d’éducation ou de compétences permettant de gagner de l’argent.

Un autre facteur de risque d’exploitation sexuelle, en particulier chez les jeunes hommes, est l’orientation sexuelle et de genre. Le rapport 2014 d’ECPAT sur l’exploitation sexuelle des garçons a conclu que certains jeunes hommes et garçons qui s’identifient comme homosexuels, bisexuels ou transgenres risquent d’être expulsés de chez eux ou rejetés par des familles qui réagissent négativement à leur orientation sexuelle. Cette expérience les rend vulnérables au sans-abrisme et au besoin économique qui précède souvent l’exploitation sexuelle / la traite. Une enquête récente auprès de professionnels travaillant avec des jeunes exploités sexuellement a corroboré cette constatation, et a également signalé que les jeunes GBT peuvent entrer dans des relations d’exploitation sexuelle s’ils sont incapables ou incertains de savoir comment explorer des relations homosexuelles saines et ainsi rechercher des relations dans des conditions dangereuses ( emplacements virtuels ou physiques / géographiques) (McNaughton Nicholls, Harvey et Paskall, 2014)

 

DÉFINITION DES TERMES

Trafic sexuel:

Le trafic sexuel sera utilisé dans ce rapport pour désigner l’expérience d’avoir été contraint, forcé ou contraint d’accomplir un acte sexuel, y compris des rapports sexuels, des relations sexuelles orales ou anales. Cela comprend l’échange d’actes sexuels contre de l’argent, de la drogue, une protection, un abri et des vêtements. Ce terme englobe l’exploitation sexuelle et le sexe de survie, bien que le sexe de survie soit séparé pour l’exploration.

Sans abri:

Cette étude visait à explorer les expériences des jeunes adultes sans-abri (âgés de 18 à 25 ans). Les participants qui ont répondu au sondage provenaient d’une combinaison de situations et / ou de lieux de prestation de services fréquentés par de jeunes adultes sans-abri, notamment des services d’approche de rue, des centres de jour pour jeunes adultes et des logements de transition pour jeunes adultes desservant des jeunes sans-abri.

Objectifs de recherche:

Les objectifs de recherche de cette étude sont:

établir la prévalence des expériences de traite sexuelle des jeunes adultes sans-abri en Arizona,
d’explorer les facettes des expériences de trafic sexuel qui éclairent notre compréhension des voies à la fois de la vulnérabilité et de la résilience, et
pour comprendre comment les besoins de services des jeunes adultes victimes de la traite sexuelle peuvent différer de ceux des sans-abri non victimes de la traite sexuelle.

Questions de recherche

Quelle est la prévalence des expériences de trafic sexuel signalées par les jeunes adultes sans-abri en Arizona?
Existe-t-il des différences sur les caractéristiques démographiques et de l’expérience de vie des jeunes adultes qui signalent des expériences de trafic sexuel par rapport aux jeunes adultes qui ne signalent pas d’expériences de trafic sexuel?
Les jeunes adultes sans-abri victimes de trafic sexuel ont-ils des besoins uniques en matière de services et d’intervention?

Méthodologie

Cette étude est une étude descriptive utilisant un plan d’échantillonnage transversal au cours d’une période de collecte de données de dix jours en juillet 2014. Au total, 246 enquêtes ont été recueillies par trois agences de l’Arizona au service de jeunes adultes sans-abri (âgés de 18 à 25 ans). Les agences de l’Arizona qui ont participé à la collecte des enquêtes étaient: Tumbleweed Youth Services à Phoenix (n = 173), Our Family Services (n = 60) à Tucson et One * n * ten (n = 13) à Phoenix.

Des sondages ont été complétés par de jeunes adultes participants dans des logements de transition, des centres de jour et des activités de rue. Les 246 sondages ont été remplis par les jeunes participants adultes, qui ont reçu une carte-cadeau Wal-Mart de 5 $ pour leur participation. Chaque participant a reçu une lettre de consentement et se trouvait dans un endroit (à la fois dans une agence ou dans la rue) où des services de soutien psychologique étaient disponibles pendant et après avoir terminé leur sondage. Plus précisément, ils ont reçu une liste de ressources de crise et de soutien spécifiques aux jeunes adultes à utiliser s’ils estimaient avoir besoin d’un soutien supplémentaire à tout moment après avoir répondu à l’enquête. Cette étude a été approuvée par l’Arizona State University Institutional Review

Le sondage

Les questions de l’instrument d’enquête ont été influencées par l’enquête Covenant House HTIAM-14 (Covenant House, 2013) sur les questions relatives à l’exploitation sexuelle et au trafic sexuel. L’enquête comprenait les catégories 1 à 3 de la HEARTH Act concernant l’itinérance pour identifier le type d’itinérance. Des questions ont également été tirées d’une enquête créée par le bureau de l’ASU STIR et utilisée auprès d’adultes victimes de trafic sexuel et prostituées concernant la consommation / la fréquence des drogues; les comportements d’automutilation et la santé mentale et médicale.

Les questions sur le genre, la race, l’identité sexuelle et les expériences de vie ont été créées par l’équipe de recherche et révisées et modifiées par des experts travaillant avec de jeunes adultes sans-abri.

L’enquête comporte 24 questions qui couvrent les sujets suivants: âge, identité de genre, race / ethnicité, identité sexuelle, situation actuelle du logement, antécédents de consommation de drogues, comportements d’automutilation, problèmes de santé mentale et de santé physique, trafic sexuel / exploitation sexuelle, expériences de vie et forces à vie.

QUESTIONS DE L’ENQUÊTE

Expériences d’exploitation sexuelle commerciale

Avez-vous déjà été contraint, forcé ou contraint d’accomplir un acte sexuel, y compris un rapport sexuel, un contact oral ou anal pour ce qui suit (encerclez tout ce qui s’applique): argent, drogue, vêtements, logement ou protection?

Si vous avez encerclé l’un des éléments ci-dessus, quel âge aviez-vous la première fois que cela s’est produit?

Avoir un trafiquant dans l’expérience d’exploitation sexuelle:

Avez-vous actuellement une personne qui vous encourage / fait pression / vous oblige à échanger des actes sexuels contre de l’argent, de la drogue, un logement, des vêtements ou une protection?

Dans le passé, quelqu’un vous a-t-il encouragé / fait pression / forcé à échanger des actes sexuels contre de l’argent, de la drogue, un logement, des vêtements ou une protection?

Avez-vous déjà eu peur de quitter ou de quitter cette situation en raison de la peur de la violence ou d’autres menaces de nuire à vous ou à votre famille?

La personne qui vous a demandé d’échanger des actes sexuels a-t-elle déjà contrôlé ce que vous gagniez ou gardé ce que vous gagniez en échange de transport, de nourriture, de loyer ou autre, sans votre consentement?

Description des participants

Les participants étaient âgés de 18 à 25 ans (M = 21,3, ET = 1,96). Ils ont déclaré que leur identité de genre était masculine (n = 121, 49,2%), féminine (n = 102, 41,5%), genderqueer (n = 5, 2%), bispirituelle (n = 6, 2,4%), non conforme ( n = 3, 1,2%) et transgenre (n = 1, 0,4%). En ce qui concerne la race, une majorité de participants sont blancs (n = 75; 30,5%), hispaniques (n = 56; 22,3%), noirs / afro-américains (n = 45; 18,3%) et biraciaux ou multiraciaux (n = 45; 18,3%) %). En ce qui concerne l’orientation sexuelle, 48% ont déclaré être hétérosexuels, suivis des bisexuels (17%), asexués (11%), gay (9%), lesbiennes (6%), sans orientation (5%) et pansexuels (4%).

Antécédents de consommation de drogues

La consommation de drogues et d’alcool a été signalée par de nombreux participants, près des deux tiers ayant consommé de la drogue et près de la moitié consommant de l’alcool.

Plus de la moitié (n = 154, 62,6%) ont déclaré avoir déjà consommé de la drogue. L’âge déclaré de la première consommation de drogue variait de 3 à 21 ans (M = 14,13, ET = 3,33). Parmi ceux qui ont déclaré à quelle fréquence ils consommaient de la drogue, 49 (43%) ont déclaré une consommation quotidienne de drogues, 34 (29,8%) une consommation hebdomadaire et 31 (27,2%) une consommation mensuelle de drogues. Le type de drogue signalé comprenait: 95 (39%) marijuana, 32 (13,3%) méthamphétamines, 18 (7,3%) cocaïne / crack, 8 (3,3%) ecstasy, 2 (0,8%) GHB et 1 (0,4%) MDA. Les participants à la trentine (15,9%) ont indiqué qu’ils avaient une dépendance aux drogues.

Cent treize participants (45,9%) ont déclaré consommer de l’alcool, et la fréquence de leur consommation d’alcool a été rapportée comme étant quotidienne (n = 22, 19,5%), hebdomadaire (n = 27, 23,9%) et mensuelle (n = 64, 56,5%). Trente-deux (13%) des participants ont signalé une dépendance à l’alcool.

Problèmes de santé mentale

Des comportements d’automutilation ont été signalés par 109 (44,3%) des participants. Une fois qu’ils ont confirmé leurs comportements d’automutilation, les participants ont été invités à encercler tous les comportements d’automutilation auxquels ils avaient participé (voir le tableau). L’automutilation a également été décrite sous forme narrative par les participants pour inclure «Donner des pilules», «frapper des choses», «frapper des choses comme des murs, des portes, des gens et des voitures», «brûler» et «me brûler».

Problèmes médicaux

Des problèmes médicaux ont été identifiés par 114 (46,3%) des participants. Les problèmes médicaux identifiés comprenaient une mauvaise vision (64, 56,1%), des douleurs chroniques (61, 53,5%), l’asthme (61, 53,5%), des problèmes dentaires (52, 45,6%), des problèmes de peau (23, 20,2%), des os problèmes (18, 15,8%), blessures (9, 7,9%) et IST (8, 7,0%). Il est important de noter que seulement 51 participants (44,7%) des 114 participants ayant un problème médical ont déclaré avoir reçu des soins médicaux pour les problèmes médicaux qu’ils ont identifiés.

Expériences à vie

Itinérance 216 (87,8%)

S’être enfui de chez soi 122 (49,6%)

Expériences négatives en matière d’application de la loi 101 (41,1%)

Violence dans les fréquentations 98 (39,8%)

Programme de traitement résidentiel 39 (15,9%)

Vivant dans un foyer d’accueil ou un foyer de groupe 82 (33,3%)

Système de justice pour mineurs 78 (31,7%)

Difficultés scolaires 90 (36,6%)

Expulsé de l’école 95 (38,6%)

Classes d’éducation spéciale 72 (29,3%)

Intimidation 94 (38,2%)

Harcèlement par leurs pairs 79 (32,1%).

Affilié à un gang 65 (26,4%)

A travaillé dans l’industrie du divertissement pour adultes (clubs de strip-tease, films pornographiques) 24 (9,8%)

Histoires d’abus

La violence physique par un parent ou un tuteur a été signalée par environ un tiers (n = 79; 32,1%) des participants. La violence psychologique par un parent ou un tuteur a été signalée par 114 (45,9%) des participants, et 83 (33,6%) participants ont signalé des abus sexuels dans l’enfance. Plus d’un quart des participants (n = 65; 26,4%) a déclaré avoir été agressé ou violé dans son enfance (12 ans ou moins). 20,3%) participants. L’intimidation a été signalée par 94 (38,2%) des participants et le sentiment de harcèlement par leurs pairs a été signalé par 79 (32,1%) des participants.

Forces

115 (63,4%) des participants ont déclaré non aux drogues ou à l’alcool lorsqu’ils étaient offerts. Quatre-vingt-dix-sept (39,4%) ont déclaré avoir dit non lorsqu’ils avaient l’impression d’être forcés à avoir des relations sexuelles. Un emploi stable a été signalé par 87 participants (35,4%). Faire partie d’un club ou d’une organisation de jeunes a été signalé par 131 (53,3%) des participants. Quatre-vingt-dix-neuf participants (40,2%) ont déclaré être inscrits à l’école ou à un programme de formation technique. Le bénévolat dans la communauté a été signalé par 102 (41,5%) des participants. Le fait d’avoir une famille ou un groupe d’amis solidaires a été signalé par 108 participants (43,9%). Le fait d’avoir des rapports sexuels protégés a été signalé par 153 participants (62,2%). Le fait d’avoir une relation de confiance et de bonnes relations avec les forces de l’ordre a été signalé par 58 participants (23,6%). Le sentiment de se sentir en sécurité ou de se défendre / se protéger a été signalé par 117 (47,6%). Cent un (41,1%) participants ont déclaré connaître les ressources communautaires.

TRAFIC SEXUEL / VICTIMISATION D’EXPLOITATION SEXUELLE

Description des jeunes adultes sans-abri victimes de la traite sexuelle

En réponse à la question, «avez-vous été contraint, contraint ou contraint de commettre un acte sexuel, y compris des rapports sexuels, des contacts oraux ou anaux?», 63 (25,5%) des participants ont répondu «oui».

Il y avait 119 participants masculins au total, 26 (21,8%) ayant signalé une expérience de trafic sexuel. Il y avait 102 participantes, dont 25 (24,8%) ont signalé une expérience de trafic sexuel. Les 12 autres (19%) victimes de la traite sexuelle identifiées comme LGBTQ (transgenres (4), bispirituelles (4), genderqueer (3) et non conformes (1)).

Les jeunes adultes LGBQT étaient significativement plus susceptibles de rapporter des expériences de trafic sexuel (33, 38,4%) que les jeunes adultes hétérosexuels (23, 19,7%). Trois (75%) des 4 participants qui se sont identifiés comme genderqueer ont rapporté une expérience de trafic sexuel, quatre (66,7%) des 6 participants qui se sont identifiés comme twospirit ont signalé une expérience de trafic sexuel, un (33,3%) des 3 participants qui se sont identifiés comme non conforme, et 4 (44,4%) des 9 participants qui se sont identifiés comme transgenres ont déclaré avoir eu une expérience de trafic sexuel.

Sur les 63 participants qui se sont identifiés comme victimes de trafic sexuel, 42 (66,6%) participants ont déclaré avoir été exploités sexuellement pour de l’argent, 41 (65,1%) pour un abri, 21 (8,5%) pour des drogues, 18 (28,6%) pour protection, 14 (22,2%) pour les vêtements. Il a été constaté que les raisons identifiées par les participants pour l’exploitation sexuelle se chevauchaient. Par exemple, les rapports de rapports sexuels échangés contre de la drogue seulement ont été rapportés par trois participants, le refuge seulement par dix participants, l’argent seulement par neuf participants et la combinaison argent / logement a été rapportée par huit participants.

Trafic sexuel = 63 Logement seulement = 10 Argent seulement = 9 Argent et logement = 8

L’âge de la première expérience de traite / exploitation sexuelle allait de 5 à 23 ans (M = 15,16, ET = 3,76). Les participants ont rédigé des informations spécifiques sur leurs expériences de trafic sexuel; des exemples de descriptions expliquaient le sexe échangé contre «des cigarettes quand j’étais jeune», «pour la nourriture», «pour la nourriture des enfants», «la dernière fois, c’était il y a 3,5 ans» et en raison d’une «menace de tuer».

Sur les 63 participants qui ont signalé une expérience de trafic sexuel, 40 (63,5%) ont déclaré avoir eu un trafiquant à un moment donné et 9 (17,6%) ont déclaré avoir un trafiquant au moment de l’étude. Vingt-deux (55,0%) des participants qui ont déclaré avoir un trafiquant ont également déclaré avoir eu peur de quitter ou de quitter cette situation en raison de «craintes de violence ou d’autres menaces de nuire à vous ou à votre famille». Seize (40,0%) des participants victimes de la traite sexuelle ont déclaré que la personne qui leur avait demandé d’échanger des actes sexuels contrôlait ce qu’ils gagnaient ou gardait ce qu’ils gagnaient en échange d’un transport, de la nourriture, du loyer ou autre, sans leur consentement.

Profil des participants qui ont déclaré avoir un trafiquant

Au total, neuf (14,3%) des participants victimes de la traite sexuelle ont déclaré avoir un trafiquant au moment de l’étude. Ces participants étaient âgés de 19 à 23 ans, avec 5 (55,6%) participants s’identifiant comme étant de sexe masculin, 2 (22,2%) s’identifiant comme étant de sexe féminin et 2 (22,2%) s’identifiant comme bispirituel. En ce qui concerne la race, trois (33,3%) participants se sont identifiés comme caucasiens, deux (22,2%) comme hispaniques / latino-latins / latins, deux (22,2%) comme noirs / afro-américains et deux (22,2%) comme biraciaux / multiraciaux. Sur les 9 participants qui ont signalé un trafiquant actuel, 5 (55,6%) se sont identifiés comme hétérosexuels, 1 (11,1%) comme bisexuel, 1 (11,1%) comme asexuel et 2 (22,2%) comme homosexuels. Plus de la moitié (6, 66,7%) des participants ont déclaré être sans abri. Un participant (11,1%) a déclaré avoir un logement temporaire et deux (22,2%) ont déclaré vivre dans un hôtel.

Quarante (63,5%) participants ont déclaré avoir eu un trafiquant dans le présent ou dans le passé. Les participants étaient âgés de 18 à 25 ans, 12 (30,0%) participants s’identifiant comme des hommes, 21 (52,5%) participants s’identifiant comme des femmes, 3 participants (7,5%) s’identifiant comme bispirituels, 2 participants (5,0%) s’identifiant en tant que genderqueer, 1 participant (2,5%) s’identifiant comme transgenre et 1 participant (2,5%) s’identifiant comme non conforme. En ce qui concerne la race, 12 (30,0%) participants identifiés comme biraciaux / multiraciaux, 11 (27,5%) comme caucasiens, 8 (20,0%) comme noirs / afro-américains, 5 (12,5%) comme hispaniques / latino-latins, 1 (2,5%) ) en tant qu’Arabe, 1 (2,5%) en tant qu’Asie / insulaire du Pacifique, 1 (2,5%) en tant qu’Amérindien / Indien d’Amérique et 1 (2,5%) en tant qu’Africain / Caraïbes. Sur les 40 participants qui ont déclaré avoir un trafiquant, 12 (30,0%) identifiés comme bisexuels, 11 (27,5%) identifiés comme hétérosexuels, 6 (15,0%) identifiés comme homosexuels, 6 (15,0%) identifiés comme asexués, 3 (7,5%) ) identifiée comme lesbienne et 1 (2,5%) identifiée comme pansexuelle. Près de la moitié (18, 45,0%) des participants ont déclaré vivre dans un logement temporaire. Un tiers (12, 30,0%) des participants ont déclaré être sans-abri, 5 (12,5%) ont déclaré vivre dans un hôtel, 3 (7,5%) ont déclaré posséder une propriété et 1 (2,5%) ont déclaré avoir surfé sur le canapé.

 

COMPARAISON DES JEUNES ADULTES TRAITEES PAR LE SEXE AVEC DE JEUNES ADULTES NON TRAITEES PAR LE SEXE!

Le groupe victime de la traite sexuelle (n = 63) a été comparé au groupe non victime de la traite sexuelle (n = 183) en utilisant une analyse du chi carré et des tests t.

Les différences entre les deux groupes ont été explorées à l’aide d’une analyse du chi carré et de tests t. Les deux groupes semblent être significativement différents sur de nombreux domaines (voir le tableau 4)

Le groupe des victimes de la traite sexuelle a signalé un taux significativement plus élevé d’expériences négatives dans l’enfance (fugue, intimidation, harcèlement par des pairs et implication dans des gangs), des expériences scolaires négatives (graves difficultés scolaires) et des expériences d’abus dans l’enfance (violence dans les fréquentations, violence physique, abus) que le groupe non victime de la traite.

Le groupe des victimes de la traite sexuelle était également beaucoup plus susceptible de déclarer une consommation de drogue et d’alcool, une dépendance et des comportements d’automutilation.

(coupure, relations sexuelles avec des inconnus, prise de risque, ne pas manger pendant de longues périodes, modification corporelle et scarification).

Le groupe des victimes de la traite sexuelle a signalé des taux significativement plus élevés de problèmes de santé mentale et des antécédents de tentatives de suicide, de problèmes de santé physique, de contacts avec le système de justice pour mineurs et d’interactions négatives avec les forces de l’ordre, ainsi que des antécédents de travail dans l’industrie du divertissement pour adultes que les non- groupe de trafic sexuel.

 

Expériences d’enfance

Groupe non victime de trafic sexuel

Groupe de trafic sexuel

Histoire de fugue **

81 (45.3%)

40

(64.5%)

Être intimidé par des pairs **

59

(33%)

34

(54.8%)

Affiliation à un gang *

42 (23.5%)

23

(37.1%)

Harcelé par des pairs **

48 (26.8%)

32

(51.6%)

A vécu en famille d’accueil / foyer de groupe

57 (31.8%)

24

(38.7%)

Traitement résidentiel

26 (14.5%)

13

(21%)

23 (19.7%)

33

(38.4%)

LGBTQ

Expériences scolaires

54 (30.3%)

34

(54.8%)

Difficultés académiques

Expulsé de l’école

71 (39.7%)

24

(38.7%)

Cours d’éducation spéciale à l’école

47 (26.3%)

23

(37.1%)

Expériences de traite et d’abus sexuels

Antécédents de violence dans les fréquentations **

57

(31.8%)

40 (64.5%)

Violence physique pendant l’enfance *

51

(28.7%)

27 (43.5%)

Violée / agressée à 12 ans ou moins **

37

(20.7%)

27 (43.5%)

Violée entre 13 et 17 ans **

27

(15.1%)

22 (35.5%)

78

(43.6%)

34 (54.8%)

Abus émotionnel

Trafic sexuel et consommation de drogues

Consommation excessive d’alcool **

20

(11.1%)

19 (30.2%)

L’usage de drogues**

28

(15.6%)

24 (38.1%)

La toxicomanie

**

22

(15.2%)

17 (32.1%)

Dépendance à l’alcool**

16

(9.5%)

16 (27.6%)

Âge moyen de la première consommation de drogue

14,39 ans

13,41 ans

20

(11.1%)

19 (30.2%)

Consommation excessive d’alcool

Trafic sexuel et activités d’automutilation

Antécédents d’automutilation **

44

(26%)

27 (48.2%)

Coupe**

28

(15.6%)

20 (31.7%)

Sexe avec des inconnus **

14

(7.8%)

27 (42.9%)

Prise de risque **

29

(16.1%)

27 (42.9%)

Ne pas manger / longues périodes de temps **

29

(16.1%)

24 (38.1%)

Modification corporelle*

10

(5.6%)

10 (15.9%)

39

(22.3%)

35 (56.5%)

Scarification*

Trafic sexuel et problèmes de santé mentale

Tentative de suicide**

39

(22.3%)

35 (56.5%)

42

(24%)

24 (38.1%)

Problème de santé mentale *

Trafic sexuel et problèmes de santé physique

Problème médical*

77

(42.8%)

36 (57.1%)

Trafic sexuel et contact avec le système de justice pénale

Contact négatif avec les forces de l’ordre *

66

(36.9%)

34 (54.8%)

Implication de la justice pour mineurs *

51

(28.5%)

26 (41.9%)

Trafic sexuel et implication dans l’industrie du divertissement pour adultes

A travaillé dans l’industrie du divertissement pour adultes **

10

(5.6%)

13 (21.3%)

 

RÉSULTATS

La constatation de 25,6% des 246 jeunes adultes sans-abri interrogés qui s’identifient comme ayant été victimes de trafic sexuel au cours de leur vie est similaire aux taux de prévalence trouvés dans des recherches antérieures au sein de la population (Covenant House, 2013; Green et al, 1999).

Dans cette étude, les participants ont identifié que leurs expériences de trafic sexuel étaient pour de l’argent (66,6%), un logement (65,1%), des drogues (8,5%) et une protection (5,7%). Ces taux sont plus élevés que dans l’étude de Covenant House (2013) qui a révélé que 48% des jeunes interrogés ont signalé des expériences d’exploitation sexuelle pour un endroit où séjourner par rapport à cette étude de 65,1%. Par rapport à l’étude de Hudson et Nandy (2012) sur les jeunes et les jeunes adultes sans-abri, cette étude avait un taux de déclaration plus élevé pour le trafic sexuel contre de l’argent, 66,6%, comparativement à 13,6%. Le taux de signalement de situations de trafic sexuel de drogue était plus faible pour cette étude, 8,5%, par rapport au taux d’Hudson et Nandy de 17%.

Dans cette étude, les jeunes adultes LGBTQ étaient beaucoup plus exposés au trafic sexuel que les jeunes adultes non LGBTQ. Ces résultats appuient les rapports d’ECPAT (2014) et de McNaughton Nicholls, Harvey et Paskall (2014) qui suggèrent que les jeunes qui s’identifient comme non hétérosexuels sont vulnérables à l’itinérance et aux besoins économiques qui peuvent conduire à des situations de trafic sexuel. Bien que les facteurs contextuels liés à la victimisation de la traite sexuelle des jeunes adultes LGBTQ n’aient pas été examinés dans cette étude, cette constatation est importante à considérer.

Neuf jeunes identifiés comme ayant un trafiquant sexuel au moment de la collecte des données pour cette étude en juillet 2014. Bien que ce nombre représente moins de 4 pour cent du total des participants, il représente près de 15 pour cent du groupe des victimes de la traite sexuelle. Ces neuf jeunes adultes actuellement victimes de la traite sexuelle sont dans des situations dangereuses et leur engagement dans la rue ou dans les services de secours pour les jeunes adultes sans-abri devrait être utilisé comme une opportunité d’intervenir dans la victimisation de la traite sexuelle.

Les problèmes liés à l’enfance, au comportement et à l’absence de traitement qui créaient des facteurs de risque de vulnérabilité à la traite sexuelle étaient considérables. Dans la majorité des comparaisons entre les jeunes adultes victimes de la traite sexuelle et non sexuelle, des différences significatives ont été constatées avec le groupe victime de la traite sexuelle ayant beaucoup plus d’expériences négatives, de comportements et de problèmes non traités.

Les facteurs de risque de l’enfance comprennent:

Violence physique et sexuelle pendant l’enfance

Problèmes académiques

Être victime d’intimidation à l’école

Harcelé par ses pairs

Histoire de la fuite

Être impliqué dans un gang

Histoire de la violence dans les fréquentations

S’identifier comme non-hétérosexuel / LGBTQ

Les facteurs de risque comportementaux comprennent:

Consommer de la drogue et de l’alcool

Dépendance à la drogue et à l’alcool

Automutilation et coupure

Prise de risque

Avoir des relations sexuelles avec des inconnus

Modification corporelle

Ne pas manger pendant de longues périodes

Histoire des tentatives de suicide

Histoire de l’implication de la justice pour mineurs

Problèmes possibles non traités:

Problèmes médicaux

Problèmes de santé mentale

Histoire des tentatives de suicide

Dans l’ensemble, lorsque l’on compare les deux groupes, les jeunes adultes sans-abri qui ont signalé des expériences de trafic sexuel et ceux qui n’ont pas signalé d’expériences de trafic sexuel semblent être très différents et ont des besoins de services différents en ce qui concerne la consommation de substances, l’automutilation, la santé physique et mentale, physique et sexuelle abus, antécédents de traumatismes, luttes académiques, violence dans les fréquentations chez les adolescents, contact avec le système de justice pénale et implication dans l’industrie du divertissement pour adultes.

Cette étude présente un certain nombre de limites qui doivent être prises en compte lors de l’interprétation des résultats. Premièrement, il s’agissait d’un échantillon transversal de jeunes adultes sans-abri en contact avec des services pour les jeunes sans-abri en Arizona. Les résultats ne sont pas généralisables à la population de jeunes adultes sans-abri, en particulier à ceux qui ne sont en contact avec aucune organisation de services à la jeunesse. Deuxièmement, l’étude était limitée aux jeunes adultes qui savaient lire l’anglais et étaient alphabétisés, ce qui aurait pu exclure une certaine participation. Enfin, l’influence de la carte-cadeau de 5 $ et les éventuelles personnes qui font plaisir en acceptant de répondre au sondage ne sont pas mesurables et doivent être prises en compte.

Il ressort clairement de cette étude que d’interroger les jeunes adultes sans-abri sur leurs expériences de trafic sexuel est d’une importance cruciale pour identifier au mieux leurs besoins en matière de services ainsi que pour créer des plans de prévention, d’intervention et de traitement ciblés qui correspondent le mieux à leurs besoins. Cela impliquera que tous les membres du personnel qui interagissent avec les jeunes connaissent les situations de traite sexuelle chez les jeunes adultes sans-abri et possèdent les compétences nécessaires pour évaluer la situation et intervenir avec des protocoles de prévention et de traitement qualifiés.

CEUX QUI TRAVAILLENT ACTUELLEMENT AVEC DES JEUNES SANS ABRI DOIVENT ÊTRE CONSCIENTS DU RISQUE AUGMENTÉ DES JEUNES D’ÊTRE EXPOSÉS AUX TRAFICATEURS PAR UNE OPPORTUNITÉ D’EXPLOITATION (AVOIR FAIM, AUCUN ENDROIT POUR RESTER, VULNÉRABLE, NE PEUT PAS TRAVAILLER). LA FORMATION DE TOUT LE PERSONNEL TRAVAILLANT AVEC DES JEUNES ADULTES SANS ABRI POUR ÊTRE CONSCIENTS DES FACTEURS DE RISQUE AINSI QUE LA VULNÉRABILITÉ UNIQUE DES JEUNES À LA VICTIMISATION DU TRAFIC SEXUEL, AIDERA À UN MODÈLE SYSTÉMATIQUE DE SENSIBILISATION, DE PRÉVENTION, D’INTERVENTION ET DE TRAITEMENT POUR MIEUX SERVIR CHAQUE JEUNE ADULTE. .

Les résultats de cette étude suggèrent que les jeunes adultes sans-abri victimes de la traite sexuelle nécessitent des interventions ciblées qui diffèrent des interventions requises par leurs pairs non victimes de la traite sexuelle. Cela suggère que les services destinés aux jeunes adultes victimes de la traite sexuelle doivent être ciblés, inclusifs, complets et prendre en considération la probabilité de soins de santé physique et mentale immédiats.

Les jeunes victimes de la traite sexuelle ont signalé des taux de dépendance à l’alcool et aux drogues considérablement plus élevés. Ceci est particulièrement préoccupant lors de la fourniture de services et de ressources, la dépendance active peut être un obstacle majeur à l’obtention et à l’utilisation réussie des services. La nécessité de fournir un soutien et des interventions de traitement contre l’abus de drogues et d’alcool à ces jeunes adultes est étayée par les résultats de cette étude. Les taux plus élevés de comportements d’automutilation, de tentatives de suicide et de problèmes de santé mentale chez les jeunes adultes victimes de la traite sexuelle doivent également être pris en compte lors de la prestation de services. Ces besoins critiques nécessitent souvent une attention particulière pour établir la sécurité avant que tout autre type de services puisse être administré efficacement.

Les différences importantes d’orientation sexuelle liées à la traite sexuelle sont surprenantes. Près de 20 pour cent des participants qui se sont identifiés comme hétérosexuels ont signalé des expériences de trafic sexuel, alors que près du double du pourcentage, 38,4 pour cent de ceux qui se sont identifiés comme LGBTQ ont fait état d’expériences de trafic sexuel. Les taux plus élevés de trafic sexuel signalés par les jeunes adultes identifiés au sein de la communauté LGBTQ ont une implication significative concernant les services ciblés nécessaires sur lesquels se concentrer! Les jeunes LGBTQ et être au courant du trafic sexuel pour aider à la prévention et au traitement.

LES CONCLUSIONS DE CETTE ÉTUDE INDIQUENT QUE LES JEUNES ADULTES SANS ABRI QUI ONT EXPÉRIMENTÉ LE TRAFIC SEXUEL ONT ÉGALEMENT EXPÉRIMENTÉ UN TRAUMATISME SIGNIFICATIF DANS LEUR JEUNE VIE. L’UTILISATION DE SOINS INFORMÉS SUR LE TRAUMATISME ET DE TRAITEMENTS FOCUS SUR LE TRAUMATISME AVEC LES INTERVENTIONS INDIVIDUELLES ET DE GROUPE LIÉES AU TRAFIC SEXUEL SERONT LE MIEUX LES JEUNES ADULTES TRAITÉS PAR LE SEXE DANS CETTE ÉTUDE. CECI NÉCESSITERA LA FOURNITURE DE FORMATION CLINIQUE ET DE DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES À FOURNIR DANS LES LOGEMENTS DE TRANSITION, LES SERVICES D’ABRISTEMENT ET LE RÉFÉRENCE

EMPLACEMENTS POUR LES JEUNES ADULTES SANS ABRI.

Un certain nombre d’implications de cette étude ont émergé. Il est clair que le fait d’interroger les jeunes adultes sans abri sur leurs expériences de trafic sexuel peut aider à développer des services ciblés. Le fait qu’un jeune adulte sans-abri sur quatre de cette étude ait déclaré avoir été victime de traite sexuelle est une information clé à prendre en compte lors de la planification des formations du personnel, des outils de dépistage et du développement et de la conception d’interventions pour lutter contre la traite sexuelle et les problèmes coexistants identifiés dans cette étude. Les jeunes adultes sans-abri victimes de trafic sexuel différaient considérablement des jeunes adultes sans-abri non victimes de traite sexuelle dans cette étude. Cela implique que le groupe victime de la traite sexuelle a besoin de services uniques et ciblés qui prendront du temps à développer et à mettre en œuvre pour les prestataires de services actuels pour les jeunes adultes sans-abri.

Les recherches futures sur cette population, s’appuyant sur les fondations établies par cette étude et d’autres, devraient se concentrer sur les voies d’accès au trafic sexuel pour les jeunes adultes sans-abri, explorer l’ordre temporel des expériences d’itinérance et de trafic sexuel et évaluer des traitements innovants axés sur le trafic sexuel.

 

RAPPORT TUMBLEWEED

Cette enquête a été menée auprès de jeunes adultes sans-abri dans deux centres d’accueil (Phoenix et Tempe), un programme de logement de transition et des services de proximité. Des sondages ont été réalisés auprès de 173 jeunes adultes sans-abri par le biais des services à la jeunesse de Tumbleweed.

Description des participants:

Les participants de Tumbleweed Youth Services étaient âgés de 18 à 25 ans (M = 21,6, ET = 2,07). Ils ont déclaré que leur identité de genre était masculine (88, 50,9%), féminine (71, 41,0%), transgenre (5, 2,9%), bispirituelle (4, 2,3%), non conforme (3, 1,7%) et sexe homosexuel (2, 1,2%). Concernant la race, les participants identifiés comme blancs (52, 30,6%), noirs / afro-américains (37, 21,8%), hispaniques / latino-latins (37, 21,8%), biraciaux / multiraciaux (30, 17,6%), africains / caribéens (5, 2,9%), amérindien / amérindien (5, 2,9%), asiatique / insulaire du Pacifique (3, 1,8%) ou arabe (1, 0,6). En ce qui concerne l’orientation sexuelle, plus de la moitié (52%) identifiée comme

hétérosexuels, suivis des bisexuels (19%), asexués (10%), gays (7%), lesbiennes (7%), pansexuels (4%) aucun (1%) et disparus (5,2%).

Itinérance

Les modes de logement actuels rapportés par les participants de Tumbleweed comprenaient le logement temporaire (62, 35,8%), les sans-abri (69, 39,9%), le surf sur canapé (15, 8,7%), l’hôtel (11, 6,4%) et le propre appartement / maison ( 13, 7,5%). Les participants ont décrit leur logement temporaire comme suit: «rester avec mon pasteur», «logement d’urgence Tumbleweed» et «maison de transition».

Antécédents de consommation de drogues

Plus de la moitié (111, 64,2%) des participants de Tumbleweed ont déclaré avoir consommé des drogues. L’âge déclaré de leur première consommation de drogue variait de 3 à 21 ans (M = 14,11, ET = 3,42). Interrogés sur la fréquence de la consommation de drogues, 37 (42,5%) ont déclaré une consommation quotidienne, 25 (28,7%) une fois par semaine et 25 (28,7%) une consommation mensuelle de drogue. Trente-deux (22,1%) participants ont identifié une dépendance aux drogues. Voir le tableau 2 pour les types de médicaments déclarés. Quatre-vingt-huit participants (50,9%) ont déclaré consommer de l’alcool et la fréquence de leur consommation d’alcool a été signalée par 21 (23,9%) participants utilisant quotidiennement, 22 (25,0%) participants hebdomadaires et 45 (51,1%) par mois. Trente (18,3%) participants ont signalé une dépendance à l’alcool.

Quelle est votre drogue préférée?

Type de drogue

n

%

Marijuana

65

37.6%

Méthamphétamines

25

14.5%

Cocaïne / crack

16

9.2%

Héroïne

10

5.8%

Extase

7

4.0%

Pimenter

3

1.7%

Pilules

3

1.7%

GHB

2

1.2%

Percocet / Percodan

2

1.2%

L’automutilation

Des comportements d’automutilation ont été signalés par 83 (48%) des participants. Une fois qu’ils ont confirmé leur comportement d’automutilation, les participants ont été invités à encercler tous les comportements d’automutilation auxquels ils avaient participé (voir le tableau 2).

Types d’automutilation signalés

Comportement d’automutilation

n

%

Prise de risque

49

59.0%

L’usage de drogues

42

50.6%

Ne pas manger pendant de longues périodes

40

48.2%

temps

Coupe

35

42.2%

Sexe avec des inconnus

35

42.2%

Boire de l’alcool de manière excessive

28

33.7%

Modi fi cation corporelle

15

18.1%

Vomissement

12

14.5%

Scari fi cation

12

14.5%

L’automutilation a également été décrite par les participants à Tumbleweed comme «brûler», «surdoser des pilules», «frapper des choses» et «frapper des choses, des murs, des portes, des gens, des voitures».

Défis de santé mentale

Des antécédents de tentatives de suicide ont été signalés par 54 participants (31,2%) de Tumbleweed. Un problème de santé mentale actuel a été identifié par 50 participants (28,9%), et 50 (28,9%) ont déclaré avoir reçu un traitement pour leurs problèmes de santé mentale. Sur les 54 participants qui ont signalé un problème de santé mentale, 26 (48,1%) ont signalé un trouble bipolaire, 12 (22,2%) ont déclaré une dépression, 12 (22,2%) ont déclaré un TDA / TDAH, 8 (14,8%) ont déclaré une schizophrénie, 8 (14,8%) ) ont signalé un état de stress post-traumatique, 7 (13,0%) anxiété, 3 (5,56%) un trouble oppositionnel avec provocation, 2 (3,7%) un état d’Asperger, 1 (1,9%) un autisme, 1 (1,9%) un trouble dissociatif de l’identité, 1 (1,9%) a signalé un trouble de la personnalité limite et 1 (1,9%) un trouble de la personnalité antisociale.

Problèmes médicaux

Des problèmes médicaux ont été identifiés par 86 (49,7%) des participants de Tumbleweed. Les problèmes médicaux identifiés par les participants comprenaient la douleur chronique (50, 58,1%), l’asthme (48, 55,8%), la mauvaise vision (46, 53,5%), les problèmes dentaires (40, 46,5%), les problèmes de peau (18, 20,9%) ), des problèmes osseux (16, 18,6%), des plaies (8, 9,3%) et des IST (8, 9,3%). Sur les 86 participants qui ont signalé des problèmes médicaux, 36 (41,9%) ont déclaré recevoir des services pour ces problèmes médicaux.

Expériences à vie

Des antécédents d’itinérance ont été signalés par 159 participants (91,9%) de Tumbleweed, et plus du tiers (62, 35,8%) des participants ont déclaré vivre dans un foyer d’accueil ou un foyer de groupe. En ce qui concerne les antécédents criminels, 61 (35,3%) participants ont déclaré être impliqués dans le système de justice pour mineurs, et près de la moitié (78, 45,1%) ont fait état d’une expérience négative avec les forces de l’ordre. Cinquante-trois participants (30,6%) ont déclaré appartenir à un gang. En ce qui concerne l’école, les participants ont signalé des difficultés scolaires (68, 39,3%), des classes d’éducation spéciale (54, 31,2%), l’expulsion de l’école (71, 41,0%) et l’intimidation par des pairs de l’école (71, 41,0%). Plus de la moitié (88, 50,9%) des participants ont signalé des antécédents de fuite de chez eux. Parmi les autres expériences de la vie, mentionnons: la violence dans les fréquentations (74, 42,8%), le harcèlement par des pairs (61, 35,3%), le programme de traitement en établissement (33, 19,1%) et le travail dans l’industrie du divertissement pour adultes (21, 12,1%).

Histoires d’abus

La violence physique par un parent ou un tuteur a été signalée par environ un tiers (58, 33,5%) des participants de Tumbleweed. La violence psychologique par un parent ou un tuteur a été signalée par près de la moitié (82, 47,4%) des participants. Les agressions sexuelles dans l’enfance, caractérisées par des agressions sexuelles ou des viols à 12 ans ou moins, ont été signalées par plus d’un quart des participants (47, 27,2%) et le viol entre 13 et 17 ans, par 39 (22,5%). Combinés, des abus sexuels ont été signalés par 60 (34,9%) des participants à Tumbleweed.

Forces

Plus de la moitié des participants ont déclaré avoir dit «non» à la drogue ou à l’alcool (104, 60,1%) quand on leur en offrait, ou quand ils avaient l’impression que des relations sexuelles leur étaient imposées (64, 37%). Un tiers des participants de Tumbleweed ont déclaré avoir eu un emploi stable (58, 33,5%) à un moment de leur vie. Les systèmes de soutien ont été identifiés par les participants et sont importants pour eux et certains ont connu un système de soutien au cours de leur vie. Plus de la moitié (89, 51,4%) des participants faisaient partie d’un club ou d’une organisation de jeunesse à un moment de leur vie, et 67 (38,7%) ont déclaré être inscrits à l’école ou à un programme technique. Le bénévolat dans la communauté a été signalé par 68 (39,3%) des participants. Le fait d’avoir une famille ou un groupe d’amis aimants et solidaires a été signalé par 67 (38,7%) des participants. Les pratiques sexuelles sans risque ont été signalées par plus de la moitié (103, 59,5%) des participants. Une relation de confiance et positive avec les forces de l’ordre a été signalée par 38 (22,0%) des participants. Près de la moitié (76, 43,9%) ont déclaré se sentir en sécurité ou se défendre et 67 (38,7%) ont déclaré connaître les ressources communautaires à leur disposition.

Trafic sexuel / Victimisation de l’exploitation sexuelle

Un total de 51 participants (29,7%) des 173 participants de Tumbleweed ont estimé qu’ils avaient déjà été contraints, forcés ou forcés à effectuer un acte sexuel, y compris des rapports sexuels, des contacts oraux ou anaux. Sur les 88 participants de l’échantillon qui se sont identifiés comme des hommes, 24 (27,3%) ont signalé une expérience de trafic sexuel et sur les 71 participants qui se sont identifiés comme des femmes, 20 (28,2%) ont signalé une expérience de trafic sexuel. Une conclusion importante est que près d’un quart (21, 24,7%) des participants qui se sont identifiés comme hétérosexuels et 39,3% (24) des participants qui se sont identifiés comme LGBTQ ont déclaré des antécédents d’exploitation sexuelle. Bien qu’il y ait un pourcentage plus élevé de participants LGBTQ qui ont signalé une expérience de trafic sexuel, la différence n’était pas statistiquement significative. Les deux (100,0%) des participants qui se sont identifiés comme homosexuels ont signalé une expérience de trafic sexuel, deux (50,0%) des quatre participants qui se sont identifiés comme bispirituels ont déclaré une expérience de trafic sexuel, un (33,3%) des trois participants qui se sont identifiés comme non conformes et deux (40,0%) des cinq participants qui se sont identifiés comme transgenres ont signalé une expérience de trafic sexuel. Sur les 51 participants qui se sont identifiés comme victimes de la traite sexuelle, 37 (72,5%) ont déclaré avoir été exploités sexuellement pour de l’argent, 19 (37,3%) pour la drogue, 14 (27,5%) pour la protection, 13 (25,5%) pour les vêtements et 33 (64,7%) pour le logement. Les raisons identifiées par les participants pour l’expérience d’exploitation sexuelle se sont avérées avoir un certain chevauchement avec les rapports d’échange de «  drogues uniquement  » ont été signalés par deux participants, l’hébergement uniquement par sept participants, l’argent seulement par sept participants, et l’argent / abri combiné était rapporté par sept participants.

Trafic sexuel = 51

Argent seulement = 7

Abri seulement = 7

Médicaments uniquement = 2

Argent et abri = 7

L’âge de la première expérience de trafic sexuel / d’exploitation sexuelle allait de 5 à 23 ans (M = 15,13, ET = 3,59) pour les participants de Tumbleweed. Les participants ont rédigé des informations spécifiques sur leurs expériences de trafic sexuel; des exemples de descriptions expliquaient l’échange sexuel contre «des cigarettes quand j’étais un jeune enfant» et «contre de la nourriture pour les enfants». Plus d’un quart (19, 37,3%) des participants exploités sexuellement ont déclaré avoir eu un trafiquant dans le passé. Au moment de l’administration de l’enquête, six participants (11,8%) ont déclaré avoir actuellement un trafiquant / exploité qui les a encouragés, fait pression ou forcé à échanger des actes sexuels contre de l’argent, de la drogue, un logement, des vêtements ou une protection. Au total, 20 (39,2%) ont déclaré avoir eu un trafiquant sexuel au cours de leur vie. Dix-sept (33,3%) des participants victimes de la traite sexuelle ont déclaré avoir eu peur de quitter ou de quitter cette situation en raison de «craintes de violence ou d’autres menaces de nuire à vous ou à votre famille». Quatorze (27,5%) des participants à la traite sexuelle ont déclaré que la personne qui leur avait demandé d’échanger des actes sexuels contrôlait ce qu’ils gagnaient ou gardait ce qu’ils gagnaient en échange de leur transport, de la nourriture, du loyer ou autre, sans leur consentement.

Profil des participants qui ont déclaré avoir un trafiquant

Six (11,8%) participants de Tumbleweed ont déclaré avoir un trafiquant au moment de l’étude. Les participants étaient âgés de 19 à 23 ans, 5 participants (83,3%) s’identifiant comme étant de sexe masculin et 1 participant (16,7%) s’identifiant comme bispirituel. Aucune participante n’a signalé avoir actuellement un trafiquant. En ce qui concerne la race, deux (33,3%) participants identifiés comme caucasiens, deux (33,3%) comme hispaniques / latino-latins, un (16,7%) comme noirs / afro-américains et un (16,7%) comme biracial / multiracial. Sur les 6 participants qui ont signalé un trafiquant actuel, 3 (50,0%) se sont identifiés comme hétérosexuels, 1 (16,7%) comme bisexuel, 1 (16,7%) comme asexuel, 1 (16,7%) comme gay. Plus de la moitié (4, 66,7%) des participants ont déclaré être sans abri, un participant (16,7%) a déclaré avoir un logement temporaire et un (16,7%) a déclaré vivre dans un hôtel.

Dix-neuf (37,3%) participants de Tumbleweed ont déclaré avoir eu un trafiquant à un moment donné dans le passé. Les participants étaient âgés de 18 à 24 ans, 8 participants (42,1%) s’identifiant comme des hommes, 8 participants (42,1%) s’identifiant comme des femmes, 1 participant (5,3%) s’identifiant comme bispirituel, 1 participant (5,3%) s’identifiant en tant que transgenre et 1 participant (5,3%) s’identifiant comme non conforme. En ce qui concerne la race, cinq (26,3%) participants identifiés comme caucasiens, cinq (26,3%) comme biraciaux / multiraciaux, trois (15,8%) comme noirs / afro-américains, trois (15,8%) comme hispaniques / latino-latins, un (5,3%) ) en tant qu’Arabe, un (5,3%) en Asie / Pacifique et un (5,3%) en Afrique / Caraïbes. Sur les 19 participants qui ont déclaré avoir eu un trafiquant dans le passé, 8 (42,1%) se sont identifiés comme hétérosexuels, 6 (31,6%) comme bisexuels, 3 (15,8%) comme asexués et 2 (10,5%) comme homosexuels. Plus du quart (5, 26,3%) des participants ont déclaré être sans-abri, 7 (36,8%) des participants ont déclaré un logement temporaire, quatre (21,1%) ont déclaré vivre dans un hôtel, 1 (5,3%) ont déclaré posséder une propriété et 1 (5,3%) %) ont rapporté avoir surfé sur le canapé

Facteurs de risque de trafic pour les participants de Tumbleweed

Traf fi cker maintenant

Traf fi cker dans le passé

n = 6

n = 19

n

%

n

%

L’automutilation

6

100.0%

16

84.2%

Tentative de suicide

5

83.3%

11

57.9%

Dépendance aux drogues

5

83.3%

8

42.1%

Diagnostic mental

2

33.3%

9

47.4%

Problème médical

2

33.3%

8

42.1%

NOTRE RAPPORT DE FAMILLE

Cette enquête a été menée auprès de jeunes adultes sans-abri dans un centre de jour informel pour jeunes adultes sans-abri et chez un jeune adulte.

programme de logement de transition. Des sondages ont été réalisés auprès de 60 jeunes adultes sans-abri par le biais de Our Family Youth Services.

Description des participants:

Les participants de Our Family Youth Services étaient âgés de 18 à 24 ans (M = 20,67, ET = 1,45). Les participants ont déclaré leur identité de genre en tant que femme (30, 50,0%), homme (27, 45,0%), transgenre (2, 3,3%) et bispirituel (1, 1,7%). Concernant la race, une majorité de participants identifiés comme blancs (19, 31,7%) ou hispaniques / latino-latins (17, 28,3%), biraciaux / multiraciaux (11, 18,3%), noirs / afro-américains (7, 11,7%), et Amérindien / Indien d’Amérique (6, 10,0%). Concernant l’orientation sexuelle (voir figure 1),

51,7% se sont identifiés comme hétérosexuels, suivis des asexués (18,3%), des bisexuels (11,7%), des homosexuels (8,3%) et des lesbiennes (5,0%).

Itinérance

Les modes de logement actuels rapportés par les participants de Our Family Youth Services comprenaient le logement temporaire (39, 65,0%), les sans-abri (10, 16,7%), le surf sur le canapé (5, 8,3%) et le fait d’être propriétaire de son propre appartement / maison (5, 8,3%). %).

Antécédents de consommation de drogues

Plus de la moitié (33, 55,0%) des participants ont déclaré avoir déjà consommé de la drogue. L’âge déclaré de la première consommation de drogue variait de 6 à 19 ans (M = 13,66, ET = 3,22). Interrogés sur la fréquence de la consommation de drogues, 12 (20,0%) ont signalé une consommation quotidienne, 8 (13,3%) ont déclaré une consommation hebdomadaire et 3 (5,0%) ont déclaré une consommation mensuelle de drogues. Cinq (8,3%) participants ont identifié une dépendance aux drogues (voir le tableau 2 pour les types de consommation de drogues déclarés). Vingt-deux (36,7%) participants ont déclaré consommer de l’alcool. La fréquence de la consommation d’alcool a été rapportée comme 1 (1,7%) participants utilisant quotidiennement, 5 (8,3%) participants hebdomadaires et 16 (26,7%) mensuels. Deux participants (3,3%) ont déclaré avoir une dépendance à l’alcool.

Quelle est votre drogue préférée?

Type de drogue

n

%

Marijuana

27

45.0%

Meth

7

11.7%

Cocaïne / crack

2

3.3%

Pilules

3

5.0%

Héroïne

1

1.7%

Spécial K / Kétamine

1

1.7%

L’automutilation

Des comportements d’automutilation ont été signalés par 20 (33,3%) des participants de Our Family Youth Services. Une fois qu’ils ont confirmé leur comportement d’automutilation, les participants ont été invités à encercler tous les comportements d’automutilation auxquels ils avaient participé (voir le tableau 2), 50% ayant déclaré avoir des comportements coupants.

Types d’automutilation signalés

Comportement d’automutilation

n

%

Coupe

10

50.0%

L’usage de drogues

8

40.0%

Boire de l’alcool de manière excessive

8

40.0%

Ne pas manger pendant de longues périodes

8

40.0%

Prise de risque

6

30.0%

Modi fi cation corporelle

4

20.0%

Vomissement

3

15.0%

Scari fi cation

2

10.0%

Défis de santé mentale

Des antécédents de tentatives de suicide ont été signalés par 12 (21,7%) participants de Our Family Youth Services. Un problème de santé mentale actuel a été identifié par 12 participants (20,0%). Sur les 13 participants qui ont signalé un problème de santé mentale, 5 (38,5%) ont déclaré une dépression, 4 (30,8%) ont déclaré de l’anxiété, 3 (23,1%) ont déclaré un état de stress post-traumatique, 2 (15,4%) ont signalé un trouble bipolaire et 2 (15,4%) %) ont signalé un TDA / TDAH. Les 13 participants qui ont signalé un problème de santé mentale ont déclaré avoir reçu un traitement pour ce problème.

Défis médicaux

Des problèmes médicaux ont été identifiés par plus du tiers (21, 35,0%) des participants de Our Family Youth Services. Les problèmes médicaux identifiés comprenaient une mauvaise vision (14, 66,7%), l’asthme (12, 57,1%), des douleurs chroniques (11, 52,4%), des problèmes dentaires (9, 42,9%), des problèmes de peau (4, 19,0%), des os problèmes (2, 9,5) et blessures (1, 4,8%). Dix (52,6%) ont déclaré avoir reçu un traitement pour le problème médical.

Expériences à vie

Des antécédents d’itinérance ont été signalés par 46 participants (76,7%), et le quart (15, 25,0%) des participants ont déclaré vivre dans un foyer d’accueil ou un foyer de groupe. En ce qui concerne les antécédents criminels, 16 (26,7%) participants ont déclaré avoir été impliqués dans le système de justice pour mineurs, et près d’un tiers (19, 31,7%) ont signalé une expérience négative avec les forces de l’ordre. Douze participants (20,0%) ont déclaré appartenir à un gang. En ce qui concerne l’école, les participants ont signalé des difficultés scolaires (17, 28,3%), des classes d’éducation spéciale (14, 23,3%), l’expulsion de l’école (20, 33,3%) et l’intimidation par des pairs de l’école (16, 26,7%). Près de la moitié (27, 45,0%) des participants ont signalé des antécédents de fuite de chez eux. Les autres expériences de la vie comprenaient: la violence dans les fréquentations (18, 30,0%), le harcèlement par des pairs (12, 20,0%), les programmes de traitement en établissement (5, 8,3%) et le travail dans l’industrie du divertissement pour adultes (2, 3,3%).

Histoires d’abus

La violence physique par un parent ou un tuteur a été signalée par un quart (15, 25,0%) des participants. La violence psychologique par un parent ou un tuteur a été signalée par plus du tiers (22, 36,7%) des participants. Le fait d’avoir été agressé sexuellement dans l’enfance, caractérisé par une agression ou un viol à 12 ans ou moins, a été signalé par 14 (23,3%) participants et le viol entre 13 et 17 ans, a été signalé par 8 (13,3%). Des abus sexuels combinés ont été signalés par 17 participants (28,8%) de Our Family Youth Services.

Forces

Les participants ont déclaré avoir dit «non» à la drogue ou à l’alcool (43, 71,7%) quand on leur en offrait, ou lorsqu’ils avaient l’impression que des relations sexuelles leur étaient imposées (25, 41,7%). Plus du tiers des participants ont déclaré avoir eu un emploi stable (23, 38,3%) à un moment de leur vie. La moitié (30, 50,0%) des participants ont déclaré avoir fait partie d’un club ou d’une organisation de jeunesse à un moment de leur vie, et 24 (40,0%) ont déclaré être inscrits à l’école ou à un programme technique.

Le bénévolat dans la communauté a été signalé par 23 (38,3%) des participants. 32 (53,3%) des participants ont déclaré avoir une famille ou un groupe d’amis aimants et solidaires. Les pratiques sexuelles sans risque ont été signalées par plus de la moitié (41, 68,3%) des participants. Une relation de confiance et positive avec les forces de l’ordre a été signalée par 12 participants (20,0%). Plus de la moitié (31, 51,7%) des participants ont déclaré se sentir en sécurité pour se défendre et 24 (40,0%) participants ont déclaré être au courant des ressources communautaires à leur disposition.

Trafic sexuel / Victimisation de l’exploitation sexuelle

Parmi les participants de Our Family Youth Services, 8 participants (13,3%) ont estimé qu’ils avaient déjà été contraints, forcés ou forcés d’accomplir un acte sexuel, y compris des rapports sexuels, des contacts oraux ou anaux.

Sur les 27 participants de l’échantillon qui se sont identifiés comme des hommes, 1 (3,7%) a signalé une expérience de trafic sexuel et sur les 29 participants de l’échantillon qui se sont identifiés comme étant des femmes, 5 (17,2%) ont signalé une expérience de trafic sexuel. Un (3,3%) des 30 participants qui se sont identifiés comme hétérosexuels a signalé des antécédents d’exploitation sexuelle, tandis que 6 (40,0%) des participants qui se sont identifiés comme LGBTQ ont signalé des antécédents d’exploitation sexuelle. Un (50,0%) des deux participants qui se sont identifiés comme transgenres ont signalé une expérience de trafic sexuel et le seul participant (100,0%) qui s’est identifié comme bispirituel a signalé une expérience de trafic sexuel. Parmi ceux qui se sont identifiés comme étant une victime de la traite sexuelle, 5 (62,5%) ont déclaré avoir été exploités sexuellement pour un abri, 4 (50,0%) pour la protection, 3 (37,5%) pour de l’argent, 2 (25,0%) pour la drogue et 1 ( 12,5%) pour le logement. Il a été constaté que les raisons identifiées par les participants pour l’expérience d’exploitation sexuelle se chevauchaient avec les rapports d’échange contre un «  abri seulement  » par deux participants, «  argent seulement  » par un participant et «  drogue seulement  » par un participant.

Trafic sexuel = 8

Argent seulement = 1

Abri seulement = 1

Médicaments uniquement = 1

L’âge de la première expérience de trafic sexuel / d’exploitation sexuelle allait de 7 à 18 ans (M = 13,33, ET = 4,84). Cinq (62,5%) des participants exploités sexuellement ont déclaré avoir eu un trafiquant dans le passé. Au moment de l’administration de l’enquête, 2 (25,0%) participants ont déclaré avoir actuellement un trafiquant / exploité qui les a encouragés, fait pression ou forcé à échanger des actes sexuels contre de l’argent, de la drogue, un logement, des vêtements ou une protection. Cinq (62,5%) ont déclaré avoir déjà eu un trafiquant sexuel. Cinq (62,5%) des participants victimes de la traite sexuelle ont déclaré avoir eu peur de quitter ou de quitter cette situation en raison de «craintes de violence ou d’autres menaces de nuire à vous ou à votre famille».

Profil des participants qui ont déclaré avoir un trafiquant

Deux participants (3,33%) ont déclaré avoir un trafiquant au moment de l’étude en juillet 2014. Les participants étaient âgés de 20 à 21 ans, 1 participant (50,0%) s’identifiant comme une femme et 1 participant (50,0%) s’identifiant comme bispirituel. et un (50,0%) des participants identifiés comme biraciaux / multiraciaux. Sur les 2 participants qui ont signalé un trafiquant actuel, 1 (50,0%) s’est identifié comme hétérosexuel et 1

(50,0%) identifiés comme homosexuels. Les deux (100,0%) des participants ont déclaré être sans abri.

Cinq (8,3%) participants ont déclaré avoir eu un trafiquant à un moment de leur vie. Ces participants étaient âgés de 18 à 21 ans, 4 participants (80,0%) s’identifiant comme étant de sexe féminin et 1 participant (20,0%) s’identifiant comme bispirituel. 40,0%) en tant que biraciale / multiraciale, et un (20,0%) en tant que Noir / Afro-américain. Sur les 5 participants qui ont déclaré avoir eu un trafiquant dans le passé, 2 (40,0%) se sont identifiés comme lesbiennes, 1 (20,0%) comme bisexuels, 1 (20,0%) comme gay et 1 (20,0%) comme hétérosexuel. Deux participants (40,0%) ont déclaré être sans-abri, 2 participants (40,0%) ont déclaré posséder leur propre appartement / maison et 1 (20,0%) a déclaré un logement temporaire.

Deux des participants qui ont déclaré avoir un trafiquant ont déclaré «oui» à avoir un trafiquant dans le passé et dans le présent.
Facteurs de risque de trafic

Traf fi cker maintenant

Traf fi cker dans le passé

n = 2

n = 5

n

%

n

%

L’automutilation

2

100.0%

5

100.0%

Tentative de suicide

2

100.0%

4

80.0%

Problème médical

2

100.0%

4

80.0%

Diagnostic mental

1

50.0%

4

80.0

RAPPORT ONE-N-TEN

Cette enquête a été menée auprès de jeunes adultes sans-abri dans un centre de jour informel pour jeunes adultes sans-abri et chez un jeune adulte.

programme de logement de transition. Des sondages ont été réalisés auprès de 13 jeunes adultes sans-abri dans le cadre de One • n • dix.

Description des participants:

Les participants de One • N • Ten étaient âgés de 18 à 23 ans (M = 20,58, ET = 1,83). Les participants ont déclaré avoir une identité de genre masculine (6, 46,2%), féminine (1, 7,7%), transgenre (2, 15,4%), bispirituelle (1, 7,7%) et genderqueer (3, 23,1%). En ce qui concerne la race, les participants identifiés comme blancs (4, 30,8%), biraciaux / multiraciaux (4, 30,8%), hispaniques / latino-latins (2, 15,4%), noirs / afro-américains (1, 7,7%), amérindiens ou Amérindien (1, 7,7%), indien ou sud-asiatique (1, 7,7%). En ce qui concerne l’orientation sexuelle (voir figure 1), 38,5% se sont identifiés comme homosexuels, suivis des bisexuels (23,1%), pansexuels (23,1%), hétérosexuels (7,7%) et lesbiennes (7,7%).

Situation du logement

Tous les participants de One • N • Ten (n = 13, 100%) ont déclaré que le logement temporaire était leur situation actuelle en matière de logement.

Antécédents de consommation de drogues

Plus des trois quarts (10, 76,9%) des participants de One • N • Ten ont déclaré avoir déjà consommé de la drogue. L’âge déclaré de la première consommation de drogue variait de 13 à 19 ans (M = 15,90, ET = 2,13). Interrogés sur la fréquence de consommation de drogues, 1 (7,7%) a déclaré une consommation hebdomadaire et 3 (23,1%) une consommation mensuelle de drogues. Deux participants (15,4%) ont déclaré avoir une dépendance aux drogues.

Quelle est votre drogue préférée?

Type de drogue

n

%

Marijuana

4

30.8%

Héroïne

1

7.7%

Extase

1

7.7%

Pilules

1

7.7%

L’automutilation

Des comportements d’automutilation ont été signalés par 6 (85,7%) des participants de One • N • Ten. Une fois qu’ils ont confirmé leur comportement d’automutilation, les participants ont été invités à encercler tous les comportements d’automutilation auxquels ils avaient participé.

Types d’automutilation signalés

Comportement d’automutilation

n

%

Ne pas manger pendant de longues périodes

5

83.3%

Coupe

3

50.0%

Boire de l’alcool de manière excessive

3

50.0%

Vomissement

3

50.0%

27!

L’usage de drogues

2

25.0%

Prise de risque

1

16.7%

Modi fi cation corporelle

1

16.7%

Scari fi cation

1

16.7%

Problèmes de santé mentale

Des antécédents de tentatives de suicide ont été signalés par plus de la moitié (8, 61,5%) des participants de One • N • Ten. Un problème de santé mentale actuel a été identifié par 5 participants (38,5%). Sur les 5 participants qui ont signalé un problème de santé mentale, 3 (60,0%) ont signalé une dépression, 1 (20,0%) un trouble bipolaire, 1 (20,0%) un TDA / TDAH et 1 (20,0%) une anxiété. Tous les participants qui ont indiqué avoir un problème de santé mentale ont également déclaré qu’ils avaient reçu ou recevaient un traitement pour le problème.

Problème médical

Des problèmes médicaux ont été identifiés par plus de la moitié (7, 53,8%) des participants de One • N • Ten. Les problèmes médicaux identifiés comprenaient une mauvaise vision (4, 57,1%), des problèmes dentaires (3, 42,9%), des douleurs chroniques (1, 14,3%), l’asthme (1, 14,3%) et des problèmes de peau (1, 14,3%). Cinq (71,4%) des participants qui ont déclaré avoir un problème médical ont déclaré qu’ils recevaient actuellement un traitement pour ces problèmes.

Expériences à vie

Des antécédents d’itinérance ont été signalés par 11 (84,6%) participants de One • N • Ten, et plus du tiers (5, 38,5%) des participants ont déclaré vivre dans un foyer d’accueil ou un foyer de groupe. En ce qui concerne les antécédents criminels, 1 participant (7,7%) a déclaré être impliqué dans le système de justice pour mineurs et 4 (30,8%) ont signalé une expérience négative avec les forces de l’ordre. En ce qui concerne l’école, les participants ont signalé des difficultés scolaires (5, 38,5%), des classes d’éducation spéciale (4, 30,8%), l’expulsion de l’école (4, 30,8%) et l’intimidation par des pairs de l’école (7, 53,8%). Plus de la moitié (7, 53,8%) des participants ont signalé des antécédents de fuite de chez eux. Les autres expériences de la vie comprenaient: la violence dans les fréquentations (6, 46,2%), le harcèlement par des pairs (6, 46,2%), le programme de traitement en établissement (1, 7,7%) et le travail dans l’industrie du divertissement pour adultes (1, 7,7%).

Histoires d’abus

La violence physique par un parent ou un tuteur a été signalée par près de la moitié (6, 46,2%) des participants de One • N • Ten. La violence psychologique par un parent ou un tuteur a été signalée par plus des trois quarts (10, 76,9%) des participants. Les agressions sexuelles dans l’enfance, caractérisées par des agressions sexuelles ou des viols à 12 ans ou moins, ont été signalées par 4 participants (30,8%) et des viols entre 13 et 17 ans ont été signalés par 3 participants (23,1%). Dans l’ensemble, des abus sexuels ont été signalés par 5 (28,5%) des 13 participants de One • N • Ten.

Forces

Les participants de One • N • Ten ont déclaré avoir dit «non» à la drogue ou à l’alcool (9, 69,2%) quand on leur en offrait, ou quand ils estimaient que des relations sexuelles leur étaient imposées (8, 61,5%). Près de la moitié des participants ont déclaré avoir eu un emploi stable (6, 46,2%) à un moment de leur vie. Un participant (7,7%) a déclaré avoir fait partie d’un club ou d’une organisation de jeunesse à un moment de sa vie, et 8 (61,5%) ont déclaré être inscrits à l’école ou à un programme technique. Le bénévolat dans la communauté a été signalé par 11 (84,6%) des participants. Le fait d’avoir une famille ou un groupe d’amis aimants et solidaires a été signalé par 10 (76,9%) des participants. Les pratiques sexuelles sans risque ont été signalées par plus de la moitié (9, 69,2%) des participants. Une relation de confiance et positive avec les forces de l’ordre a été signalée par 8 participants (61,5%). Plus des trois quarts (10, 76,9%) ont déclaré se sentir en sécurité ou se défendre et connaître les ressources communautaires à leur disposition.

Trafic sexuel / Victimisation de l’exploitation sexuelle

Au total, 4 participants (30,8%) de One • N • Ten ont déclaré avoir eu le sentiment d’avoir déjà été contraints, forcés ou contraints de commettre un acte sexuel, y compris des rapports sexuels, des contacts oraux ou anaux. Sur les 6 participants de l’échantillon qui se sont identifiés comme des hommes de One • N • Dix, 1 (16,7%) a déclaré avoir fait une expérience de trafic sexuel. Aucun participant qui s’est identifié comme une femme (1, 7,7%) n’a signalé une expérience de trafic sexuel. 3 (23,1%) participants qui se sont identifiés comme LGBTQ ont signalé des antécédents d’exploitation sexuelle. Un (33,3%) des trois participants qui se sont identifiés comme genderqueer a rapporté une expérience de trafic sexuel, le seul participant (100,0%) qui s’est identifié comme bispirituel a signalé une expérience de trafic sexuel, et un (50,0%) des deux participants qui ont identifié en tant que transgenre, a signalé une expérience de trafic sexuel. Parmi ceux qui se sont identifiés comme victimes de la traite sexuelle, 2 (50,0%) ont déclaré avoir été exploités sexuellement pour de l’argent et 3 (75,0%) pour se loger. Aucun des participants n’a déclaré avoir été exploité pour la drogue, la protection ou les vêtements. Il a été constaté que les raisons identifiées par les participants pour l’exploitation sexuelle se chevauchaient. Certaines des raisons ne se chevauchaient pas avec les rapports d’échange contre «logement seulement» par deux participants, «argent seulement» par un participant et «argent / logement combiné» a été rapporté par un participant.

Trafic sexuel = 4

Argent seulement = 1

Abri seulement = 1

Argent + abri = 1

L’âge de la première expérience de trafic sexuel / d’exploitation sexuelle variait de 14 à 21 ans (M = 18,20, ET = 2,78) pour les participants de One • N • Ten. Deux (50,0%) des participants exploités sexuellement ont déclaré avoir eu un trafiquant dans le passé. Au moment de l’administration de l’enquête, aucun participant n’a signalé avoir actuellement un trafiquant / exploité qui les a encouragés, fait pression ou forcé à échanger des actes sexuels contre de l’argent, de la drogue, un logement, des vêtements ou une protection. Deux (50,0%) ont déclaré avoir eu un trafiquant sexuel. Deux (50,0%) des participants victimes de la traite sexuelle ont déclaré avoir eu peur de quitter ou de quitter cette situation en raison de «craintes de violence ou d’autres menaces de nuire à vous ou à votre famille».

LES RÉFÉRENCES

Les références

Bailey, SL, Camlin, CS, Ennett, ST (1998). Consommation de substances et comportement à risque chez les jeunes sans-abri et en fuite. Journal of Adolescent Health, 23, 378–388.

Cauce, AM, Paradise, M., Ginzler, JA, Embry, L., Morgan, CJ, Lohr, Y., et Theofelis, J. (2000). Les caractéristiques et la santé mentale des adolescents sans-abri Différences d’âge et de sexe. Journal of! Troubles émotionnels et comportementaux, 8 (4), 230-239.

Covenant House à New York. (2013). Itinérance, relations sexuelles de survie et traite des êtres humains: comme l’ont vécu les jeunes de Covenant House New York. Covenant House. Récupéré de http://www.covenanthouse.org/sites/default/files/attachments/Covenant-House-trafficking- étude.pdf

Doyle Jr, JJ (2007). Protection de l’enfance et résultats pour les enfants: mesurer les effets de la famille d’accueil. La revue économique américaine, 1583-1610.

ECPAT USA. (2013). Et les garçons aussi: un document de travail ECPAT-LSA sur le manque de reconnaissance de l’exploitation sexuelle commerciale des garçons aux États-Unis. Récupéré de http://ecpatusa.org/wp/wp-content/uploads/2013/08/AndBoysToo_FINAL_single-pages.pdf

Greene, J., Ennett, S., et Ringwalt, C. (1999). Prévalence et corrélats du sexe de survie chez les jeunes fugueurs et sans-abri. Journal américain de la santé publique, 89, 1406-1409.

Haley, N., Roy, E., Leclerc, P., Boudreau, J., et Boivin, J. (2004). Profil de risque du VIH des jeunes de la rue de sexe masculin impliqués dans des relations sexuelles de survie dans la rue. Maladie sexuellement transmissible, 80, 526-530.

Hudson, A. et Nandy, K. (2012). Comparaisons de la toxicomanie, des comportements sexuels à haut risque et des symptômes dépressifs chez les jeunes sans-abri

! avec et sans antécédents de placement en famille d’accueil. Soins infirmiers contemporains, 42, 178-186.

Kral, AH, Molnar, BE, Booth, RE et Watters, JK (1997). Prévalence des comportements sexuels à risque et de la consommation de substances chez les adolescents fugueurs et sans-abri à San Francisco, Denver et New York! City. Revue internationale des MST et SIDA, 8 (2), 109-117.

Kruks, G. (1991). Les sans-abri et les jeunes de la rue gais et lesbiennes: problèmes spéciaux! Et préoccupations. Journal of Adolescent Health, 12 (7), 515-518.

Lankenau, SE, Clatts, MC, Welle, D., Goldsamt, LA, et Gwadz, MV (2004). Carrières de rue: Itinérance, consommation de drogue et travail du sexe chez les jeunes hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (YMSM). International Journal of Drug Policy, 16 (1), 10-18.

McNaughton Nicholls, C., Harvey, S., Paskell, C. (2014). Perceptions sexospécifiques: ce que les professionnels savent de l’exploitation sexuelle des garçons et des jeunes hommes au Royaume-Uni. Barnardo’s, Londres.

Alliance nationale pour mettre fin au sans-abrisme (2012). Un nouveau cadre pour mettre fin à l’itinérance des jeunes non accompagnés http: // b. 3cdn.net/naeh/1c46153d87d15eaaff_9zm6i2af5.pdf

Conseil national des soins de santé pour les sans-abri (2014). Quelle est la définition officielle du sans-abrisme? Récupéré le 14 septembre 2014 sur

! http://www.nhchc.org/faq/official-definition-homelessness/

Park, J., Metraux, S., et Culhane, DP (2005). Placement hors du domicile des enfants et dynamique de l’utilisation des refuges publics chez les jeunes

! adultes sans-abri. Revue des services à l’enfance et à la jeunesse, 27 (5), 533-546.

Park JM, Metraux S., Brodbar G., et Culhane DP (2004). Participation à la protection de l’enfance chez les enfants de familles sans abri. Journal of Child Welfare, 83, 423–436.

Tyler, KA, Hoyt, DR, Whitbeck, LB et Cauce, AM (2001). L’impact de la violence sexuelle durant l’enfance sur la victimisation sexuelle ultérieure chez les jeunes en fuite. Journal de recherche sur l’adolescence, 11 (2), 151-176.

Toro, P., Dworsky, A. et Fowler, P. (2007). Jeunes sans-abri aux États-Unis: résultats de recherche récents et approches d’intervention. Présenté au Symposium national sur la recherche sur les sans-abri les 1er et 2 mars 2007.

United States Interagency Council on Homelessness (2013). Cadre pour mettre fin à l’itinérance chez les jeunes. Récupéré le 14 septembre 2014 sur usich.gov.

Van Leeuwen, JM, Hopfer, C., Hooks, S., White, R., Petersen, J., et Pirkopf, J. (2004). Un aperçu de la toxicomanie chez les jeunes sans-abri et en fuite à Denver, Colorado. Journal of Community Health, 29 (3), 217-229.

Whitbeck, LB, Chen, X., Hoyt, DR, Tyler, KA et Johnson, KD (2004). Troubles mentaux, stratégies de subsistance et victimisation chez les adolescents gays, lesbiennes et bisexuels sans-abri et en fuite. Journal of Sex Research, 41 (4), 329-342.

Woods, ER, Samples, CL, Melchiono, MW et Harris, SK (2003, janvier).

Programme Boston HAPPENS: les jeunes séropositifs, sans-abri et à risque peuvent accéder aux soins par le biais de services VIH destinés aux jeunes. Dans Séminaires sur les maladies infectieuses pédiatriques (Vol. 14, N ° 1, pp. 43-53). WB Saunders.

Tableau Toutes les variables et score de signification

Non-trafiqué sexuel

Groupe de trafic sexuel

X 2

Grouper

Antécédents d’automutilation **

44

(26%)

27 (48.2%)

.002

Coupe**

28

(15.6%)

20 (31.7%)

.005

Consommation excessive d’alcool **

20

(11.1%)

19 (30.2%)

.001

L’usage de drogues**

28

(15.6%)

24 (38.1%)

.001

Sexe avec des inconnus **

14

(7.8%)

27 (42.9%)

.001

Prise de risque **

29

(16.1%)

27 (42.9%)

.001

Ne pas manger pendant de longues périodes

29

(16.1%)

24 (38.1%)

.001

de temps**

Modi fi cation corporelle *

10

(5.6%)

10 (15.9%)

.01

Scari fi cation *

39

(22.3%)

35 (56.5%)

.012

Tentative de suicide**

39

(22.3%)

35 (56.5%)

.001

Problème de santé mentale *

42

(24%)

24 (38.1%)

.032

Problème médical*

77

(42.8%)

36 (57.1%)

.049

La toxicomanie**

22

(15.2%)

17 (32.1%)

.008

Dépendance à l’alcool**

16

(9.5%)

16 (27.6%)

.001

Antécédents de violence dans les fréquentations **

57

(31.8%)

40 (64.5%)

.001

Contact négatif avec la loi

66

(36.9%)

34 (54.8%)

.013

mise en vigueur*

Justice pour mineurs

51

(28.5%)

26 (41.9%)

.05

participation*

Difficultés académiques **

54

(30.3%)

34 (54.8%)

.001

Histoire de fugue **

81

(45.3%)

40 (64.5%)

.009

Être victime d’intimidation **

59

(33%)

34 (54.8%)

.002

Affiliation à un gang *

42

(23.5%)

23 (37.1%)

.037

A travaillé chez l’adulte

10

(5.6%)

13 (21.3%)

.001

industrie du divertissement**

Violence physique pendant l’enfance *

51

(28.7%)

27 (43.5%)

.031

Harcelé par des pairs **

48

(26.8%)

32 (51.6%)

.001

Violée / agressée à l’âge de 12 ans ou

37

(20.7%)

27 (43.5%)

.001

en dessous de**

Violée entre les âges

27

(15.1%)

22 (35.5%)

.001

13-17**

Violence sexuelle combinée **

49

(27.4%)

32 (51.6%)

.001

Itinérance

157 (87.7%)

57 (91.9%)

.363

Histoire du résidentiel

26 (14.5%)

13

(21%)

.235

Traitement

Famille d’accueil / foyer de groupe

57 (31.8%)

24

(38.7%)

.324

Expulsé de l’école

71 (39.7%)

24

(38.7%)

.894

Éducation spéciale

47 (26.3%)

23

(37.1%)

.105

Abus émotionnel pendant l’enfance

78 (43.6%)

34

(54.8%)

.242

! LGBTQ

23 (19.7%)

33

(38.4%)

.003

* Significatif au p< Niveau .05. ** Significatif à la p< Niveau .01

Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin