Redynamiser les efforts des États-Unis pour promouvoir les droits de l’homme en Chine

Centre Robert Strauss

MAI 2017

Le Robert Strauss Center for International Security and Law de l’Université du Texas à Austin et le McCain Institute for International Leadership de l’Arizona State University ont organisé un atelier en novembre 2016 à Washington DC, où des décideurs politiques (passés et présents), des universitaires et des praticiens , et des dissidents se sont réunis pour réfléchir et affiner des recommandations concrètes et pertinentes pour les politiques afin de faire progresser plus efficacement les droits de l’homme en Chine. Le résultat est ce rapport qui s’inspire des points de vue et des idées des participants à l’atelier ainsi que d’autres experts en politique étrangère. Cependant, le rapport ne représente pas nécessairement les points de vue individuels des participants à cet atelier ou des deux organisations de parrainage.

À PROPOS DU CENTRE STRAUSS

Le Centre Robert Strauss pour la sécurité internationale et le droit intègre l’expertise de l’Université du Texas à Austin, ainsi que des secteurs privé et public, à la recherche de solutions pratiques aux défis internationaux émergents. Le programme Comprendre la Chine du Centre Robert Strauss comprend à la fois une série de conférenciers sur le campus de l’UT (axée sur l’amélioration de la compréhension du rôle évolutif de la Chine dans le système international) et une série de recherches et de conférences planifiées examinant le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme.

À PROPOS DE L’INSTITUT MCCAIN POUR LE LEADERSHIP INTERNATIONAL À L’UNIVERSITÉ D’ÉTAT D’ARIZONA

Guidé par des valeurs qui ont animé la carrière du sénateur John McCain et de la famille McCain pendant des générations, le McCain Institute est un do-tank non partisan voué à l’avancement d’un leadership mondial axé sur le caractère basé sur la sécurité, les opportunités économiques, la liberté et la dignité humaine – aux États-Unis et dans le monde. L’Institut cherche à promouvoir l’action humanitaire, les droits de l’homme et la démocratie, et la sécurité nationale, et à adopter la technologie pour produire de meilleures conceptions pour des décisions éclairées dans les politiques nationales et internationales. Le McCain Institute s’est engagé à: soutenir le leadership mondial de l’Amérique; défendre la liberté, la démocratie et les droits de l’homme en tant que valeurs humaines universelles; soutenir les objectifs humanitaires; maintenir une défense nationale forte et intelligente; et servir des causes supérieures à son intérêt personnel.

 

 

SECTION 1: OBJET ET CONTEXTE

Avec une nouvelle administration présidentielle et un nouveau Congrès, les États-Unis ont l’occasion de redynamiser les efforts de promotion des droits de l’homme en République populaire de Chine (RPC). La promotion des libertés fondamentales et des droits universels est un principe clé de la politique étrangère américaine et sert les intérêts nationaux de notre pays. C’est particulièrement le cas vis-à-vis de la Chine. Une politique américaine cohérente et ferme qui promeut vigoureusement les droits de l’homme renforce la sécurité et les intérêts économiques de l’Amérique. En revanche, une faible politique américaine des droits de l’homme à l’égard de la Chine, qui met à l’écart ces problèmes, donnera aux dirigeants chinois une main encore plus libre pour réprimer leur propre population, exclura les entreprises américaines du marché chinois lucratif et déformera les intentions américaines envers le peuple chinois. Un échec dans la lutte contre les pratiques répressives de la Chine pourrait également inviter une influence plus autoritaire sur les côtes américaines alors que la Chine étend son influence sur l’industrie des médias et du divertissement grâce à des investissements chinois. Les dirigeants nationaux américains doivent comprendre que l’inaction a également un coût. Trop souvent, les droits de l’homme ont été considérés comme une question tangentielle et la Chine a été traitée comme une exception, d’autres intérêts tels que l’économie, le commerce et la sécurité évincant les préoccupations relatives aux droits de l’homme. Au lieu de cela, les dirigeants américains doivent reconnaître à quel point les droits de l’homme sont étroitement liés à ces autres questions.

Encourager un plus grand respect des droits de l’homme en Chine sert également les intérêts du peuple chinois en augmentant la stabilité, l’innovation et la prospérité ainsi qu’en renforçant la sécurité régionale et mondiale et la croissance économique. Alors que l’avenir de la Chine sera déterminé par le peuple chinois lui-même, les États-Unis peuvent soutenir leurs aspirations. Un nombre croissant de citoyens chinois ont exprimé leur frustration croissante face à la corruption, au régime autoritaire et au manque de responsabilité du gouvernement, ainsi que leur désir d’un espace politique et civique accru et d’une plus grande liberté. Ces espoirs ont été proclamés depuis les manifestations de la place Tiananmen jusqu’à la Charte 08, et ils alimentent le mouvement de défense des droits ou weiquan en cours.

Il est urgent de donner la priorité aux droits de l’homme car l’administration Trump n’a pas accordé à la cause une position de premier plan dans ses relations avec la RPC jusqu’à présent, ce qui a été clairement illustré lors de la première visite des deux dirigeants à Mar-a-Lago en avril 2017. Malgré les appels des militants chinois et des membres du Congrès pour que le président Donald Trump attire l’attention sur les questions des droits de l’homme lors de sa première rencontre avec le président Xi Jinping, les droits de l’homme ne figuraient pas publiquement à leur ordre du jour et le président Trump et le secrétaire d’État américain Rex Tillerson ont échoué. faire des remarques publiques soulevant des préoccupations en matière de droits de l’homme.

Il est encore temps pour l’administration de corriger sa négligence des droits de l’homme en faisant de ces questions une priorité et en adoptant les recommandations présentées ci-dessous. Outre les recommandations destinées à l’administration et au Congrès, ce rapport comprend également des recommandations générales ainsi que des propositions plus spécifiques pour la société civile et le monde des affaires. En l’absence de changement de l’administration, d’autres acteurs peuvent contribuer à combler le vide en adoptant certaines des recommandations ci-dessous et en exhortant l’administration à réintroduire les droits de l’homme comme une priorité clé dans la relation bilatérale.

 

 

SECTION 2: LA RÉPRESSION CROISSANTE DES DROITS DE L’HOMME EN CHINE

L’environnement politique en Chine s’est resserré au cours de la dernière décennie, et sous le président Xi, il y a eu une détérioration encore plus importante. Depuis son arrivée au pouvoir en 2012, le président Xi, qui est simultanément secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC), a accru à la fois la sévérité et l’ampleur de la répression des droits civils et politiques. Xi a même annulé certaines des réformes limitées mais encourageantes de l’état de droit et de la gouvernance qui ont été introduites dans les années 1980 et 1990, suggérant que son règne pourrait marquer une nouvelle ère caractérisée par moins de liberté personnelle, un recul des réformes de l’état de droit. et l’espace réduit pour la société civile. Xi n’a pas tardé à éradiquer la dissidence, introduisant même des règlements disciplinaires du parti qui interdisent les «discussions inappropriées» de la politique gouvernementale comme moyen d’empêcher tout commentaire critique à l’égard du gouvernement. Il a supervisé une répression étendue du mouvement national weiquan, qui a particulièrement ciblé les avocats, les militants et les membres du personnel juridique par le biais de tactiques d’intimidation, de détentions et d’arrestations. Sous Xi, des agents spéciaux chinois ont enlevé de manière extraterritoriale cinq libraires de Hong Kong pour avoir vendu des livres critiquant le gouvernement chinois. La peur de longue date du gouvernement à l’égard de la religion organisée s’est manifestée par la répression des minorités religieuses, entraînant des intimidations, des détentions arbitraires et des attaques contre les lieux de culte. Au cours des trois dernières années seulement, plus de 1 700 églises chrétiennes ont été démolies ou ont vu leur croix enlevée. Le gouvernement chinois détient, harcèle et persécute les chefs religieux, y compris les pasteurs chrétiens qui dirigent des églises indépendantes, comme le pasteur Wang Hongwu de la province du Guizhou; Des dirigeants catholiques, tels que l’évêque Cosmas Shi Enxiang de Yixian décédé en prison en 2015 après 14 ans de détention; d’éminentes personnalités bouddhistes tibétaines, telles que le Panchen Lama, qui n’a pas été autorisé à entrer en contact avec le monde extérieur depuis 1995; et les musulmans ouïghours, comme l’imam Eziz Emet de la région du Xinjiang. Xi a également supervisé l’introduction d’une série de lois qui contreviennent aux normes internationales des droits de l’homme et légalisent des pouvoirs gouvernementaux étendus et autoritaires, y compris l’adoption de lois sur la sécurité nationale, le contre-espionnage, la lutte contre le terrorisme, la cybersécurité et les organisations non gouvernementales (ONG) étrangères. Ces lois augmentent la capacité du gouvernement à surveiller les communications des citoyens, renforcent le pouvoir des bureaux de sécurité publique de réprimer la dissidence et utilisent un langage vague qui donne aux autorités chargées de la sécurité et des «forces de l’ordre» une marge de manœuvre significative pour interpréter et réprimer. Le coût humain de la répression du gouvernement chinois est incarné dans l’emprisonnement continu d’un certain nombre d’individus, notamment:

• Nobel Peace Lauréat Liu Xiaobo, arrêté pour avoir co-écrit la Charte 08, un manifeste qui prône le déplacement progressif du système politique et juridique chinois vers la démocratie.

• Ilham Tohti, un ouïghour de souche, économiste et critique pacifique du gouvernement, condamné à la réclusion à perpétuité pour avoir dénoncé les violations des droits de l’homme envers les minorités ethniques du Xinjiang.

• Zhou Shifeng, chef du cabinet d’avocats Fengrui et avocat des droits de l’homme qui représentait l’artiste Ai Weiwei et les victimes de préparations pour nourrissons contaminées qui ont rendu malade des dizaines de milliers de bébés, condamné à 7 ans pour détournement du pouvoir de l’État, une accusation commune utilisée contre des centaines d’avocats des droits années.

• Su Changlan, une militante des droits des femmes qui a exprimé son soutien aux manifestations pro-démocratie de 2014 à Hong Kong, condamnée à trois ans pour «incitation à la subversion du pouvoir de l’État».

• Zhang Shaojie, le chef local du China Christian Council et du Three-Self Patriotic Movement, accusé de 20 membres de sa congrégation pour «rassembler une foule pour perturber l’ordre public» et condamné à 12 ans en raison de son activisme lié à la propriété de l’église.

• Kunchok Tsephel, écrivain, co-fondateur et rédacteur en chef du tout premier site Web littéraire tibétain, Chodme, arrêté en 2009 et condamné à huis clos à 15 ans pour «divulgation de secrets d’État».

• Wang Bingzhang, un défenseur franc de la démocratie alors qu’il vivait en exil à Montréal, enlevé à l’étranger en 2002 alors qu’il voyageait au Vietnam, et détenu au secret pendant six mois avant d’être condamné à la prison à vie pour espionnage et terrorisme.

Alors que Xi est perçu à certains égards comme un dirigeant «fort», lui et le Parti communiste se sont appuyés sur une répression accrue pour conserver leur contrôle sur le pays, comme le montrent ces détentions.

 

 

SECTION 3: DROITS DE L’HOMME UNIVERSELS ET INTÉRÊTS AMÉRICAINS

Une politique solide des droits de l’homme envers la Chine est l’un des meilleurs moyens de faire avancer les intérêts américains avec Pékin et de placer la relation américano-chinoise sur une base plus équilibrée et plus solide. En faisant des droits de l’homme un élément central de l’agenda américano-chinois, l’administration et le Congrès ne feraient pas que promouvoir les intérêts américains auprès de la Chine, mais établiraient également un modèle pour traiter avec d’autres pays. Une Chine plus libre et plus ouverte servirait la sécurité et les intérêts économiques des États-Unis en faisant de la Chine un membre plus stable, transparent et productif de la région et de la communauté internationale; cela produirait également un partenaire commercial et commercial plus fiable. Cela atténuerait certains des problèmes actuellement causés par le contrôle strict du PCC sur l’information. Par exemple, la sous-déclaration délibérée par la Chine de ses dépenses de défense crée une incertitude supplémentaire quant à la position des forces américaines dans la région, ce qui pourrait nuire aux intérêts américains et rendre nos alliés vulnérables. Dans le domaine économique, selon certaines estimations, les entreprises américaines de technologie et de médias ont perdu des milliards de dollars de revenus et des milliers d’emplois en raison des mesures de censure chinoises visant les sites Web américains. [1] L’absence de droits des consommateurs et la répression de certains droits environnementaux mettent également le peuple américain en danger, puisque les polluants en provenance de Chine atteignent déjà la côte ouest des États-Unis et que des produits chinois dangereux sont entrés sur le marché américain.

La façon dont les dirigeants chinois traitent leur propre peuple peut indiquer comment ils se comporteront envers leurs voisins et façonneront sa politique étrangère. Ainsi, un gouvernement chinois hostile aux droits de l’homme dans son pays peut montrer peu de respect pour d’autres normes internationales ou pour la souveraineté et l’intégrité territoriale des pays voisins, comme le démontrent les comportements provocateurs de la RPC tels que les cyberattaques et la flexion musculaire dans le sud et l’est de la Chine. Les mers. Les pays qui représentent la menace la plus grave pour les États-Unis sont généralement ceux qui ont les antécédents les plus répressifs en matière de droits humains. En revanche, un meilleur respect des droits de l’homme en Chine conduirait à un pays mieux gouverné, plus stable et plus prospère, ainsi qu’à un membre plus responsable de la communauté internationale. Une Chine plus démocratique et respectueuse des droits de l’homme ne s’alignera certainement pas avec Washington sur tous les sujets, mais une telle Chine est naturellement moins susceptible de défier les États-Unis. Sous Xi, le gouvernement dirigé par le Parti communiste chinois a utilisé la censure et les restrictions à la liberté d’expression pour attiser le nationalisme chinois et déformer les intentions des États-Unis. Par exemple, le Département d’état-major de l’Armée populaire de libération, l’Université de la Défense nationale de l’armée chinoise et l’Académie chinoise des sciences sociales, un groupe de réflexion gouvernemental, ont collaboré pour produire une vidéo de propagande intitulée «Silent Contest» en 2013, qui accusait le Les États-Unis affaiblissent le pouvoir du PCC en infiltrant la société chinoise et en cherchant à imposer les valeurs américaines à la Chine via des échanges entre militaires et des activités à but non lucratif. En plus de ces campagnes spécifiques, les médias qui servent de porte-parole du PCC, tels que Xinhua et le Global Times, dépeignent fréquemment les médias et les politiciens occidentaux comme résolument anti-chinois.

Le gouvernement chinois tente également de manipuler l’opinion populaire en promouvant les blogueurs avec une position dure sur les États-Unis, en censurant les blogueurs plus modérés tout en finançant la «Fifty-Cent Army», un groupe de trolls Internet nationalistes parrainés par l’État qui sont payés pour commenter sites Web nationaux et étrangers à l’appui de la ligne du parti. Il y a des signes inquiétants que ces tactiques ont érodé l’opinion publique chinoise sur les États-Unis. Les résultats de l’enquête du Pew Research Center publiée en 2016 révèlent que seulement 50% du public chinois voit les États-Unis sous un jour positif. De plus, 52% des citoyens chinois pensent que les États-Unis essaient d’empêcher la Chine de dépasser les États-Unis en tant que puissance mondiale. [2]

Les intérêts économiques de l’Amérique sont également mieux servis par une Chine plus libre. L’état de droit – caractérisé par la transparence et des tribunaux équitables, impartiaux et indépendants – renforcerait la capacité des entreprises américaines à opérer en Chine et à voir leurs affaires judiciaires jugées de manière juste et objective. En outre, comme Google l’a noté dans un rapport sur la facilitation du commerce, les restrictions Internet ciblées de la Chine constituent une barrière commerciale injuste en rendant plus difficile pour les entreprises américaines, y compris les sociétés Internet comme Google, Facebook et Bloomberg, d’atteindre des clients chinois potentiels. [3] Le gouvernement chinois limite la capacité des utilisateurs chinois à atteindre les moteurs de recherche basés aux États-Unis et a parfois redirigé les utilisateurs d’Internet vers des homologues nationaux, tels que Baidu. De même, la Chine limite l’importation de contenu médiatique critique à l’égard du gouvernement et des dirigeants du parti, affirmant que le gouvernement chinois doit protéger la «moralité publique». Cependant, un éditorial de 2015 publié par le porte-parole de l’Armée populaire de libération expose un argument plus politique en faveur de telles restrictions: «Internet est devenu un champ de bataille idéologique, et quiconque contrôle l’outil gagnera la guerre.» [4] En réponse à ces restrictions, l’organe d’appel de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a estimé que les moyens par lesquels la Chine censure le contenu pour protéger nominalement la moralité publique violent l’Accord général sur le commerce des services, qui régit le commerce international.

Les hésitations de l’Amérique sur les droits de l’homme dans nos relations bilatérales avec la Chine sont incompatibles avec les principes que notre pays défend dans d’autres parties du monde. Les États-Unis demandent des élections libres et équitables dans de nombreux pays, et la Chine ne devrait pas faire exception. Même dans nos échanges entre militaires, la RPC a régulièrement accordé un accès limité par rapport à ce que les États-Unis ont accordé aux officiels chinois en visite, y compris des visites d’installations militaires américaines. Comme indiqué précédemment, le manque de transparence de la Chine, en particulier ses restrictions à la libre circulation de l’information, va à l’encontre des règles de l’OMC et nuit aux entreprises américaines. La nécessité d’exiger la réciprocité de la RPC est étroitement liée à la transparence. Les restrictions imposées par la Chine à la capacité des organisations de la société civile, des médias, des journalistes et des établissements universitaires américains d’opérer en Chine vont à l’encontre de l’accès et de l’ouverture des subventions américaines à des institutions et acteurs chinois similaires.

Lorsque les États-Unis font des droits de l’homme universels une partie intégrante de leur politique étrangère, ils font preuve de confiance et de cohérence. Appliquer une telle approche à la Chine annulerait des années de dommages au cours desquels ce pays se verrait accorder une exception sur ces préoccupations. Cela générerait une réaction positive parmi de nombreux segments de la population chinoise, alors que le fait de ne pas promouvoir les droits de l’homme en Chine, à long terme, aliénera le peuple chinois. L’autorité américaine sera renforcée si le peuple chinois considère les États-Unis comme une source d’aide morale et politique, tout comme l’a fait l’activiste aveugle Chen Guangcheng lorsqu’il a cherché refuge à l’ambassade des États-Unis à Pékin en 2012. Lorsque les États-Unis défendent des valeurs et des principes fondamentaux à l’identité de notre pays et universels par nature – comme la liberté et la dignité humaine -, cela renforce le leadership américain sur la scène internationale.

 

 

SECTION 4: OPPORTUNITÉ POUR UNE NOUVELLE ADMINISTRATION ET UN CONGRÈS

L’administration Trump a une occasion unique de faire des droits de l’homme une partie intégrante de la relation bilatérale avec la Chine et d’aborder la Chine avec audace plutôt que timidement. Cela établirait fermement une nouvelle relation de travail avec Pékin qui place les valeurs et les intérêts américains au premier plan. Le président Trump et le secrétaire d’État Rex Tillerson peuvent démontrer que les droits de l’homme sont une priorité en envoyant un message à la fois par des remarques publiques et des réunions privées avec la RPC et avec les militants et dissidents chinois que leur administration défendra les intérêts américains et les valeurs universelles, y compris le protection des droits de l’homme.

Même si ce message ne conduit pas immédiatement à des résultats concrets, il transmettra de la force et rapportera des dividendes à long terme, car Pékin verra que la nouvelle administration américaine est cohérente et ferme. Il est possible que la promotion des droits de l’homme suscite du recul de la part des dirigeants de Pékin. Cependant, en l’absence de déclarations claires selon lesquelles il n’a pas peur de s’exprimer sur les droits de l’homme, les États-Unis risquent de paraître faibles et indécis. Lorsque la secrétaire d’État Hillary Clinton s’est rendue en Asie en 2009, elle a dit en plaisantant qu’elle soulèverait des questions relatives aux droits de l’homme dans la mesure où cela n’interférait pas avec [PRC cooperation on] la crise économique mondiale, la crise mondiale du changement climatique et la crise sécuritaire. » Le secrétaire Tillerson a décrit ses conversations avec des responsables chinois lors de sa visite en mars 2017 comme fondées sur le «respect mutuel». Ces déclarations révèlent une timidité envers la RPC de la part des responsables américains et une volonté d’utiliser le phrasé préféré des responsables chinois.

Pourtant, les dirigeants américains ont également un poids important de leur côté. L’attention internationale, en particulier de la part des dirigeants américains, s’est révélée efficace pour influencer les pratiques chinoises en matière de droits humains. Par exemple, lorsque des dirigeants étrangers évoquent le cas de prisonniers d’opinion spécifiques, la RPC a parfois réduit les peines ou autorisé des libérations médicales anticipées. Dans un certain nombre de cas, même si l’individu n’est pas libéré, il est moins susceptible d’être torturé et déclare recevoir un meilleur traitement.

 

SECTION 5: MENACE DE LA CHINE À LA LIBERTÉ D’EXPRESSION AUX ÉTATS-UNIS

La tâche de l’administration Trump est devenue plus urgente car les violations des droits de l’homme en Chine n’affectent pas seulement le peuple chinois, mais représentent désormais également un défi à la liberté d’expression aux États-Unis. La censure et les contrôles de la RPC sur la liberté d’expression sont exportés aux États-Unis via les investissements chinois dans l’industrie des médias et la présence accrue de médias d’État chinois aux États-Unis.

Alors que les investissements chinois aux États-Unis ont augmenté, atteignant environ 50 milliards de dollars en 2016, on craint que les médias appartenant à l’État et les récentes acquisitions de la RPC dans l’industrie des médias ne menacent la liberté d’expression et un débat éclairé aux États-Unis. [5] Les médias appartenant à la RPC ont déjà une large portée dans le paysage médiatique américain: par exemple, le radiodiffuseur d’État chinois China Central Television domine le marché du câble en langue chinoise aux États-Unis et les encarts payants en anglais de la société d’État China Daily est déjà apparu dans les principaux journaux américains.

L’influence médiatique de grande envergure de la Chine est prête à s’étendre davantage, par exemple grâce au récent achat par la société chinoise Dalian Wanda du studio de cinéma hollywoodien Legendary Entertainment. De nombreuses entreprises chinoises appartiennent à l’État, et même celles qui ne sont pas encore confrontées à une forte influence gouvernementale. Par exemple, en février 2016, Xi Jinping a rencontré des membres des médias chinois pour avertir que leurs entreprises doivent servir les intérêts du parti. En conséquence, on craint légitimement que les entreprises de médias chinoises utilisent leur investissement dans les studios de cinéma américains pour influencer la sélection de films, en favorisant les films qui évitent les questions sensibles, telles que le Tibet, la liberté religieuse et les droits individuels, et censurent le contenu des films américains. basé sur des préoccupations politiques ou même des conseils de Pékin. Ces préoccupations ont déjà commencé à se concrétiser: dans le passé, les studios de cinéma américains étaient prêts à produire des films sur le Tibet et le Dalaï Lama, comme Sept ans au Tibet avec Brad Pitt et Kundun réalisé par Martin Scorsese. Pourtant, récemment, la pression du gouvernement chinois a réussi à diminuer la volonté d’Hollywood de faire des films sur des sujets que Pékin considère comme sensibles. Par exemple, cette pression de Pékin a abouti à des excuses du PDG de Disney Michael Eisner pour Kundun avant d’autoriser l’entreprise à construire un parc à thème Disneyland à Shanghai.

Pour défendre la liberté d’expression aux États-Unis contre la violation par la Chine, l’administration Trump et le Congrès devraient prendre plusieurs mesures, notamment:

• Modifier le mandat du Comité sur les investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS) afin de faire de la liberté d’expression une question de sécurité nationale et d’inclure spécifiquement l’industrie des médias. Cela obligerait le Comité à prendre en compte la censure potentielle de la RPC aux États-Unis lors de l’examen des acquisitions potentielles par des entreprises chinoises. À l’heure actuelle, le CFIUS évalue les transactions en fonction des risques pour la sécurité nationale, comme les entreprises américaines qui produisent des technologies de pointe ou qui ont accès à des informations classifiées. Bien qu’il soit dans le mandat du Comité d’examiner d’autres facteurs qu’il juge appropriés, l’approbation par le CFIUS de l’achat du groupe Dalian Wanda mentionné précédemment indique qu’une définition plus large de la sécurité nationale qui comprend spécifiquement des protections contre la censure ne sont pas encore des facteurs importants de son processus d’examen.

• Faire pression pour une plus grande liberté d’expression en Chine en citant ses engagements dans le cadre de l’OMC. Le représentant américain au commerce (USTR) devrait soumettre une nouvelle demande d’informations concernant la réglementation chinoise de l’internet, similaire à la demande qu’il a formulée en octobre 2011. Comme cela fait plus de cinq ans depuis la demande précédente, il est raisonnable de s’attendre à des informations mises à jour sur la politique de censure d’Internet de la Chine. De plus, l’USTR devrait accroître sa propre transparence en publiant la réponse du gouvernement chinois et en fournissant plus d’informations dans ses rapports annuels sur la manière dont la censure d’Internet en Chine agit comme une barrière commerciale. Une fois ces mesures prises, si cela est justifié, l’USTR devrait poursuivre un différend à l’OMC sur la question de la censure d’Internet en Chine en tant que barrière commerciale pour les entreprises américaines.

• Examiner la censure étrangère et l’influence sur l’industrie du divertissement aux États-Unis. À la lumière de l’augmentation exponentielle des investissements dans les sociétés cinématographiques américaines par des sociétés chinoises privées et soutenues par l’État, il est impératif de comprendre toutes les implications de ces investissements. Wang Jianlin, le chef du groupe Dalian Wanda, qui a investi de manière agressive dans les entreprises de médias américaines, a exposé sa vision à Reuters: «Mon objectif est d’acheter des entreprises hollywoodiennes et d’apporter leur technologie et leurs capacités en Chine.» [6] Compte tenu de l’apparent relation ouverte avec le PCC, cela a déjà attiré l’attention du Congrès. Par exemple, le représentant John Culberson a demandé un examen pour savoir si Wanda avait enfreint la loi sur l’enregistrement des agents étrangers. [7] Sur la base de cet effort, le Congrès devrait déclencher un rapport du GAO pour examiner l’influence des entreprises chinoises détenant des participations dans l’industrie américaine du divertissement, les liens entre ces entreprises et la RPC et si ces investissements sont utilisés pour exporter la censure et la propagande chinoises.

 

 

SECTION 6: RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Bien que l’exécutif ait la responsabilité principale de la politique étrangère, y compris de la politique des droits de l’homme, ce rapport formule également des recommandations spécifiques pour d’autres acteurs importants tels que le Congrès américain, le monde des affaires américain et les organisations non gouvernementales. Ces acteurs ont un poids politique et économique qui, dans certains cas, est sous-utilisé. En plus d’adapter les recommandations à des parties prenantes spécifiques, nous commençons cette section en proposant des recommandations générales qui s’appliquent à tous les secteurs.

Défendre les normes universelles des droits de l’homme. Alors que la Chine conteste l’universalité des droits de l’homme en suggérant que les valeurs diffèrent selon la culture et les conditions nationales, les États-Unis et toutes les parties prenantes internationales devraient continuer de maintenir la Chine en conformité avec les normes internationales des droits de l’homme. La longévité du régime autoritaire du PCC ne doit pas nous faire oublier que la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée pour la première fois en 1948, protège le droit de tous les peuples d’élire leurs dirigeants politiques. Cela signifie que la Chine ne doit pas laisser passer l’idéal universel d’élections démocratiques. Alors que les dirigeants chinois avaient autrefois affirmé que la réforme démocratique était leur objectif, ils repoussent maintenant les partisans des droits de l’homme et de la démocratie comme il convient pour la Chine et ont même commencé à promouvoir leur modèle autoritaire à travers le monde.

Développer des moyens de soutenir la société civile indépendante en Chine malgré la nouvelle loi sur les ONG étrangères. Compte tenu du recul du gouvernement de la RPC dans les réformes politiques et juridiques décrites précédemment et de l’adoption de la loi sur les ONG étrangères, les acteurs internationaux devraient trouver des moyens créatifs d’orienter leur soutien vers les organisations indépendantes de la société civile. Les bailleurs de fonds qui soutiennent les entités gouvernementales chinoises, y compris les universitaires affiliés au gouvernement et les ONG organisées par le gouvernement (GONGO) devraient envisager de transférer leurs ressources pour soutenir les ONG indépendantes, qui jouent un rôle important et vital – de fournir des services que le gouvernement est incapable de fournir, tel en tant que soins médicaux, à la protection des droits des citoyens chinois et à la garantie de l’état de droit en appliquant, par exemple, les réglementations environnementales et les lois sur la sécurité des produits. Bien que la loi sur les ONG étrangères étouffe la capacité de ces groupes à s’associer avec leurs homologues américains, le gouvernement américain, les ONG, les universités et les entreprises devraient identifier des moyens dans les limites de la loi pour soutenir leurs homologues en Chine et, en même temps, sans relâche. défendre la nécessité de préserver l’espace pour que les ONG chinoises fonctionnent. Il est impératif que les acteurs américains s’opposent à une mise en œuvre rigide de cette loi, car elle crée un dangereux précédent de contrôle à grande échelle qui pourrait à terme affecter les entreprises américaines et toute entité étrangère opérant en Chine. Pour ce faire, les acteurs qui soutiennent les projets relatifs aux droits de l’homme, à l’état de droit et à la démocratie devraient ajuster les exigences en matière de rapports ou fournir des canaux sécurisés pour rendre compte de l’avancement des projets. Compte tenu de la capacité de cybersurveillance de la Chine, certains processus de responsabilisation et de transparence exigés par les donateurs étrangers mettent en fait les partenaires en Chine en grand danger. De plus, les entreprises technologiques américaines devraient être encouragées à améliorer la sécurité des données pour les ONG basées aux États-Unis travaillant en Chine et à développer des canaux sécurisés pour les rapports.

Encouragez une course vers le haut et une retraite par le bas. Tous les acteurs s’engageant avec la Chine devraient envisager des moyens d’encourager une course au sommet en mettant l’accent sur les critères des droits de l’homme dans leur engagement avec la Chine.

Le secteur de la société civile pourrait essayer d’encourager cela en suivant les violations des droits de l’homme par localité et en faisant régulièrement rapport sur ces questions, peut-être même en développant une base de données vers laquelle d’autres acteurs pourraient se tourner pour prendre des décisions sur les partenariats et les activités en Chine. Pour les entreprises qui décident des domaines dans lesquels investir ou fonder leurs opérations, cela pourrait se traduire par le fait d’éviter les localités connues pour leurs graves violations des droits humains, tout en choisissant de faire affaire avec les gouvernements locaux qui ont fait des progrès dans le respect des droits humains. De même, les gouvernements locaux peuvent utiliser des critères similaires lorsqu’ils abordent les relations entre villes sœurs. Alors que les établissements universitaires américains en Chine ont été soumis à des contrôles sévères, il leur incombe également de sélectionner des sites ou des institutions partenaires disposant de meilleurs dossiers pour protéger la liberté académique et la liberté d’expression. L’application systématique de ce type de critères pourrait créer des incitations positives pour les gouvernements locaux et d’autres entités à protéger les droits de l’homme dans la limite de leur capacité à le faire, ce qui, espérons-le, encouragerait une course au sommet.

Encadrez les droits de l’homme de manière à attirer le public chinois. Les droits de l’homme ne sont pas seulement des normes ésotériques ou des idées occidentales à imposer aux autres; ils sont universels, aucun pays ne bénéficiant d’un statut spécial pour les ignorer ou les abuser. Ils offrent des moyens pratiques de garantir la protection des personnes contre l’État. Les acteurs internationaux devraient présenter les droits de l’homme comme universels et pertinents pour la vie des citoyens chinois. Pour les élites politiques et commerciales, la campagne «anti-corruption» croissante de la RPC et le traitement de l’ancien chef des services de sécurité chinois, Zhou Yongkang, le plus haut responsable politique à être condamné pour corruption, font craindre que même les élites politiques et commerciales chinoises pourraient être ciblés. En conséquence, ce secteur peut devenir plus intéressé par le droit de ne pas être placé en détention arbitraire, l’arrestation, la torture et le droit à un procès équitable. Pour les Chinois ordinaires, il y a un certain nombre de questions qui résonnent largement comme étant pertinentes pour leur vie quotidienne, y compris le droit de pétitionner leur gouvernement, particulièrement important étant donné la frustration populaire face à la corruption; la protection des droits de propriété compte tenu de la fréquence des délocalisations forcées; la transparence et la lutte contre la corruption étant donné les préoccupations concernant la corruption officielle et le pouvoir gouvernemental excessif; et les droits environnementaux et des consommateurs étant donné les préoccupations concernant la sécurité des produits et la pollution. De plus, au fur et à mesure que la religion gagne du terrain en Chine, de nombreux citoyens aimeraient bénéficier d’un plus grand espace pour adorer librement.

Adapter les outils de politique. Les acteurs externes devraient utiliser une variété d’outils pour faire progresser les droits de l’homme en Chine, y compris à la fois la pression publique et l’assistance coopérative. Cette approche variée pourrait être adaptée aux différentes violations des droits de l’homme en Chine. Par exemple, sur les questions que la Chine a indiqué qu’elle souhaitait réformer, telles que la peine de mort et le système d’enregistrement des ménages, une approche coopérative, y compris l’offre d’une expertise juridique et politique extérieure, pourrait être la plus appropriée. Dans le même temps, la pression publique serait probablement la plus appropriée pour résoudre les problèmes de droits de l’homme que le gouvernement chinois refuse de reconnaître ou d’améliorer, tels que les droits des minorités, la liberté religieuse et la censure, y compris la détention d’activistes indépendants. La gravité de certaines de ces violations des droits de l’homme pourrait nécessiter davantage d’outils de politique publique, comme soulever ces questions au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, faire pression sur les responsables locaux ou sanctionner des individus.

POUR L’ADMINISTRATION

Au fil des ans, l’exécutif américain a traditionnellement joué l’un des rôles les plus importants dans la promotion des droits de l’homme, bien que le niveau d’enthousiasme pour cette cause ait varié d’une administration à l’autre. Jusqu’à présent, la désaccentuation des droits de l’homme par l’administration Trump est inquiétante. Au minimum, le président Trump et le secrétaire Tillerson devraient soulever ces questions lors de réunions bilatérales, faire des remarques publiques et rencontrer des militants indépendants des droits de l’homme, comme l’a fait le président George W.Bush lorsqu’il a invité des avocats chinois des droits de l’homme à la Maison Blanche. Le secrétaire Tillerson devrait également se réengager dans les principales activités du Département d’État relatives aux droits de l’homme, telles que le déploiement du rapport sur les droits de l’homme. Soulignant le rôle vital de la branche exécutive, cette section présente des recommandations clés pour l’administration Trump avec des actions particulières que la Maison Blanche, le département d’État, le représentant américain au commerce et d’autres agences au niveau du cabinet peuvent prendre. Dans une certaine mesure, ce sont des mesures que d’autres gouvernements partageant les mêmes idées devraient également envisager.

Adoptez une approche pangouvernementale. Les États-Unis seront plus efficaces si les droits de l’homme sont intégrés dans leur politique américaine plus large envers la Chine. Le travail de promotion des droits de l’homme, y compris la rencontre avec les militants, ne doit pas être laissé au secrétaire d’État américain, encore moins relégué au secrétaire d’État adjoint à la démocratie, aux droits de l’homme et au travail. Le président Trump et l’ensemble de son cabinet devraient également voir cela comme faisant partie de leur mandat dans tout le spectre de l’engagement américain avec la Chine, et devraient rencontrer personnellement les militants, attirer l’attention sur les cas de prisonniers d’opinion de la RPC qu’ils soulèvent avec leurs homologues et incorporer la pertinence des droits de l’homme dans d’autres questions clés. Par exemple, le secrétaire au commerce devrait discuter de la manière dont la restriction de la liberté d’expression nuit aux entreprises américaines ainsi qu’à la propre croissance économique de la Chine et aborder le cas de tout chef d’entreprise chinois qui a été détenu ou emprisonné.

Associez la diplomatie aux conditions des droits humains en Chine. Les droits de l’homme et la démocratie devraient être une condition importante, mais pas la seule, pour déterminer le protocole diplomatique. Compte tenu de la répression élargie sous Xi Jinping mentionnée précédemment, les États-Unis devraient reconsidérer les courtoisies diplomatiques accordées à la Chine, telles que des visites cérémoniales et officielles élaborées, et choisir à la place d’accueillir les dirigeants chinois pour des visites officielles ou de travail. Cette norme diplomatique garantirait que les autres démocraties et les pays qui respectent les droits de l’homme sont préférés aux honneurs d’une réception officielle de l’État. Il ne s’agit pas d’argumenter contre l’engagement entre nos deux pays – il va sans dire que cela reste essentiel. Mais il appelle à réduire la pompe et les circonstances en ce qui concerne le protocole et à conditionner des visites plus élaborées sur l’accord du gouvernement chinois pour apporter des améliorations, telles que la libération des dissidents Liu Xiaobo, le seul lauréat du prix Nobel emprisonné, et Ilham Tohti, une ethnie. Ouïghour, économiste et critique pacifique du gouvernement; la levée des pare-feu Internet empêchant les militants de la RPC de consulter des sites Web basés aux États-Unis; et la modification de la loi sur les ONG étrangères, qui impose des restrictions aux ONG américaines. Une diplomatie dégradée pourrait signifier que les responsables américains renoncent également à certaines cérémonies diplomatiques lorsqu’ils se rendent en Chine. Cependant, étant donné l’importance que la Chine accorde à son image internationale, cette ligne de conduite enverrait un signal fort à la RPC.

Exigez la réciprocité dans les relations américano-chinoises. L’administration Trump devrait chercher à corriger le déséquilibre croissant de l’ouverture américaine et chinoise envers la société civile, les médias et le monde universitaire. Alors que les États-Unis autorisent un accès sans entrave aux journalistes chinois, aux sites Web et à d’autres médias, la Chine restreint de plus en plus l’accès à ses homologues américains, notamment en bloquant l’accès aux sites Web et aux médias basés aux États-Unis, comme Google, YouTube, Facebook, Twitter, Dropbox, Reuters , le New York Times, Bloomberg, Time et le Wall Street Journal, ainsi que le refus de visas à des universitaires et journalistes américains, comme le journaliste de Reuters Paul Mooney, dont le visa a été retardé de huit mois et finalement refusé en raison de ses reportages sur l’homme de la Chine. violations des droits. Les autorités chinoises interdisent également régulièrement aux Américains de se rendre dans les régions tibétaines, raison pour laquelle les sénateurs Rubio et Baldwin au Sénat et les membres du Congrès McGovern et Hultgren à la Chambre des représentants ont introduit une législation bipartite pour promouvoir l’accès réciproque des Américains au Tibet. La législation restreindrait l’accès aux États-Unis aux autorités chinoises chargées de créer des politiques sur les voyages dans les régions tibétaines jusqu’à ce que la Chine élimine les restrictions de voyage discriminatoires à l’encontre des Américains. Cette censure unilatérale, associée au nombre croissant d’instituts Confucius et de salles de classe Confucius situés aux États-Unis, permet à l’influence autoritaire chinoise de façonner les perceptions aux États-Unis et sur les États-Unis. L’administration devrait demander au gouvernement chinois de cesser de refuser des visas aux journalistes, universitaires et membres de la société civile américains. De plus, tout responsable américain se rendant en Chine devrait insister sur le libre accès à la presse nationale et internationale pour couvrir sa visite.

Dialoguez avec le peuple chinois et les militants indépendants de la société civile. Les responsables américains se concentrent souvent sur leurs homologues gouvernementaux tout en échouant à engager d’autres acteurs en Chine. La diplomatie américaine ne doit pas négliger l’importance de la diplomatie diplomate auprès du peuple et doit donc privilégier la rencontre avec des militants de la société civile, des universitaires indépendants et même des hommes d’affaires pour discuter des questions de droits de l’homme. Les réunions avec les dissidents devraient commencer au niveau présidentiel. Contrairement au président Obama – qui a rencontré le dalaï-lama et a ensuite refusé de le laisser sortir par l’entrée principale officielle de la Maison Blanche, le laissant marcher à côté de tas d’ordures – le président Trump et son administration ne devraient pas hésiter. rencontre avec des militants indépendants des droits humains à la Maison Blanche. Un exemple positif d’un tel engagement est celui où un agent de l’ambassade des États-Unis à Pékin a lu une déclaration en décembre 2015 devant le palais de justice après la condamnation de l’avocat des droits humains Pu Zhiqiang. Ce geste témoignait de la solidarité avec le peuple chinois.

Ne limitez pas les droits de l’homme à une «diplomatie discrète». La flambée des droits de l’homme et la limitation des discussions sur les droits de l’homme au dialogue bilatéral sur les droits de l’homme ne se sont pas avérées efficaces. Près de deux décennies de dialogues bilatéraux sur les droits de l’homme avec plus de dix pays ont abouti à peu ou pas d’améliorations significatives des droits de l’homme en Chine. En fait, la répression sous Xi suggère, en fait, que la situation s’est détériorée. L’administration Trump devrait réévaluer l’efficacité du dialogue bilatéral sur les droits de l’homme et même envisager d’y mettre un terme. Si l’administration décidait de revigorer ces discussions bilatérales formelles, les moyens d’améliorer le dialogue consistent à le rendre moins privé et plus public, à s’assurer que les acteurs nationaux indépendants sont inclus et à en faire un dialogue conjoint en incluant d’autres pays préoccupés par la répression chinoise. À tout le moins, les États-Unis devraient élaborer des repères clairs pour évaluer les changements positifs et devraient conditionner la poursuite du dialogue au respect de ces paramètres. Plus important encore, l’administration Trump devrait intégrer les droits de l’homme en ne limitant pas la question à des discussions à huis clos, car la RPC semble répondre davantage aux pressions publiques et multilatérales sur les droits de l’homme. Le président Trump devrait s’exprimer publiquement et demander aux hauts responsables de l’administration de faire de même.

Imposer des sanctions aux fonctionnaires responsables de violations des droits de l’homme. L’administration Trump devrait utiliser la législation, y compris la loi Global Magnitsky, qui a été adoptée en décembre 2016, et la loi internationale sur la liberté religieuse (IRFA), qui a été adoptée en 1998, comme base pour édicter des restrictions de visa sur les fonctionnaires chinois connus pour se sont livrés ou ont ordonné des violations des droits humains. Le Global Magnitsky Act applique des sanctions à tout auteur de violations des droits humains ou à tout fonctionnaire corrompu, et en vertu de l’IRFA, les fonctionnaires étrangers qui se sont livrés à des «violations particulièrement graves de la liberté religieuse» et leurs conjoints et enfants peuvent se voir refuser l’entrée aux États-Unis. Concentrer les sanctions pour les violations des droits de l’homme sur des fonctionnaires individuels peut réduire l’impunité pour les violations des droits de l’homme et dissuader les individus de participer à des politiques gouvernementales abusives. Bien que l’exécutif n’ait encore imposé de restrictions à aucun individu, il est important de veiller à ce que la première série de restrictions inclue les fonctionnaires chinois responsables de violations des droits de l’homme.

Coopérer multilatéralement avec les autres démocraties. Les États-Unis peuvent travailler avec d’autres pays démocratiques d’Asie et d’Europe, ainsi qu’avec le Canada, pour faire progresser plus efficacement les droits de la personne. Cette collaboration multilatérale comprendrait des discussions au sein des Nations Unies, la participation à des efforts conjoints, comme un dialogue multilatéral ou des projets financés conjointement, et la coordination d’autres approches, telles que des listes de personnes détenues pour des raisons politiques ou religieuses. Un exemple réussi d’effort multilatéral qui devrait être imité est la déclaration conjointe de 2016 que les États-Unis ont organisée avec d’autres pays occidentaux au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, qui a attiré l’attention sur l’aggravation des violations des droits de l’homme, y compris l’enlèvement extraterritorial de libraires à Hong Kong. . La Chine est particulièrement sensible à l’action et aux déclarations publiques, et le soutien multilatéral de la déclaration a créé un message plus puissant. Ce type de pression internationale coordonnée est particulièrement approprié pour les violations des droits de l’homme auxquelles la Chine résiste, comme la dissidence politique pacifique, les minorités ethniques, y compris les Tibétains et les Ouïghours, et les appels à une réforme démocratique.

Associez la performance de la Chine en matière de droits humains à la coopération américaine en matière d’extradition et de corruption. La RPC est désireuse de coopérer avec les États-Unis sur la corruption et l’extradition, en particulier l’extradition de fonctionnaires chinois qui ont fui vers les États-Unis pour éviter de faire face à des accusations de corruption. Alors que la RPC est en proie à des problèmes de corruption, la campagne «anti-corruption» sous Xi a également été motivée par des motivations politiques, et Xi l’a utilisée pour saper ses prétendus opposants politiques. De plus, étant donné les abus de la Chine en matière d’application de la loi et de justice pénale, les États-Unis devraient faire part de leurs préoccupations au sujet de la torture et de l’absence d’une procédure régulière. Parce que la RPC recherche une plus grande coopération bilatérale dans ces domaines, les États-Unis peuvent l’utiliser comme levier pour conditionner la poursuite de la coopération à l’amélioration des droits de l’homme.

Soyez prudent dans la coopération en matière de lutte contre le terrorisme et d’application de la loi. Bien que les États-Unis et leurs agences de renseignement, y compris le Bureau fédéral des enquêtes de Pékin, devraient travailler à coopérer avec la Chine dans la mesure du possible, la protection des droits de l’homme doit être préservée. Alors que la Chine est confrontée à un problème terroriste légitime, il existe également un schéma historique documenté selon lequel le gouvernement chinois qualifie les militants pacifiques nationaux de terroristes. La politique terroriste américaine doit soigneusement délimiter la dissidence politique intérieure et le terrorisme afin de garantir que les services de renseignement américains ne soient pas manipulés par la RPC pour sévir contre les citoyens chinois qui exercent leurs libertés fondamentales d’expression.

POUR LE CONGRÈS AMÉRICAIN

Historiquement, le Congrès américain a joué un rôle de leadership crucial dans la défense des droits de l’homme. En effet, c’est le Congrès américain qui a légiféré les droits de l’homme dans la politique étrangère américaine en créant le Bureau pour la démocratie, les droits de l’homme et le travail et en exigeant des rapports annuels sur les pratiques en matière de droits de l’homme dans chaque pays, qui jouent un rôle essentiel dans la documentation des violations des droits de l’homme. autour du monde. Le Congrès a également utilisé son pouvoir de bourse pour promouvoir directement les droits de l’homme là où il est le plus nécessaire en finançant le soutien à la société civile dans des environnements répressifs et en utilisant son autorité pour tenir des auditions sur les préoccupations mondiales et régionales en matière de droits de l’homme. Par exemple, ce n’est qu’après que la commission des affaires étrangères de la Chambre a interrogé la société américaine Yahoo! En 2007, sur le rôle qu’elle a joué en aidant le gouvernement chinois à arrêter le journaliste Shi Tao, la société s’est excusée publiquement, a récompensé la famille de Shi Tao et a promis de développer un code de l’industrie qui respecte les droits de l’homme. À ce titre, les membres du Congrès, en particulier ceux qui siègent à des commissions clés, telles que la Commission Tom Lantos sur les droits de l’homme, la commission des affaires étrangères de la Chambre et la commission des relations étrangères du Sénat devraient continuer à encourager l’administration et d’autres secteurs américains à promouvoir les droits de l’homme tout continuer également à entreprendre leur propre plaidoyer en faveur des droits de l’homme.

Tenez l’administration responsable. Le Congrès devrait utiliser les outils à sa disposition pour veiller à ce que l’administration Trump prenne des mesures significatives pour intégrer les droits de l’homme dans ses relations bilatérales avec la Chine. Par exemple, les législateurs américains pourraient tenir des auditions au Congrès sur des questions telles que: les moyens par lesquels l’administration devrait utiliser le Global Magnitsky Act en ce qui concerne la Chine; les efforts de l’administration pour s’assurer que la Chine ne censure pas Hollywood; et l’action de l’administration Trump pour alléger les restrictions Internet qui interdisent aux citoyens chinois d’accéder aux sites Web d’information, d’affaires et de stockage de données des États-Unis. Le recours aux auditions du Congrès et aux lettres des membres du Congrès adressées aux fonctionnaires de l’administration sont des méthodes efficaces pour maintenir les questions relatives aux droits de l’homme à l’ordre du jour de l’administration.

Développer l’utilisation des outils du Congrès. En plus de tenir des auditions sur des questions critiques de l’évolution des droits de l’homme en cours, les membres du Congrès devraient continuer à développer leur utilisation d’outils particulièrement efficaces pour améliorer les droits de l’homme. Les membres devraient attirer l’attention du public sur les questions relatives aux droits de l’homme en faisant des déclarations au sol, par exemple à l’occasion des anniversaires importants d’événements relatifs aux droits de l’homme. De plus, les membres du Congrès peuvent jouer un rôle important pour les défenseurs des droits de l’homme en adoptant des prisonniers d’opinion individuels et en soulevant leur cas lorsqu’ils interagissent avec des responsables chinois, en particulier au niveau des provinces et des villes. Le projet de défense des libertés des commissions des droits de l’homme Tom Lantos, qui encourage les membres du Congrès à soutenir les prisonniers d’opinion, est un exemple frappant de ce type de plaidoyer.

Exhortez le secteur privé à être responsable. Lorsque Yahoo! Le PDG Jerry Yang a été interrogé sur le cas du journaliste emprisonné Shi Tao devant le Congrès, c’était un moyen puissant pour le Congrès de rappeler au secteur des affaires sa responsabilité morale. Le Congrès devrait jouer un rôle important en organisant des auditions pour interroger les entreprises américaines sur leurs pratiques commerciales. Comme mentionné précédemment, la question de la censure et de la violation de la liberté d’expression aux États-Unis en raison des investissements chinois dans les entreprises de médias et les universités américaines est particulièrement préoccupante en tant que menace pour les libertés aux États-Unis. Et le Congrès devrait également faire pression pour une application plus stricte de la Foreign Corrupt Practices Act, qui impose des sanctions aux entreprises américaines qui soutiennent la corruption en versant des pots-de-vin.

Continuer d’investir dans la liberté d’expression. Le Congrès américain devrait allouer des ressources accrues pour surmonter le grand pare-feu de la RPC. Par exemple, le soutien financier à Voice of America (VOA) et à Radio Free Asia (RFA) devrait être élargi, ainsi que des mandats clairs pour VOA et RFA pour développer et mettre en œuvre des technologies qui restent en avance sur les efforts de censure de la RPC. Les États-Unis devraient également soutenir le développement et la mise en œuvre de technologies permettant aux internautes chinois de franchir le «grand pare-feu» de la censure.

POUR LE SECTEUR DES AFFAIRES

Les entreprises américaines ont un pouvoir significatif pour influencer la politique chinoise des droits de l’homme via la pression économique: en 2015, les investissements directs étrangers américains en Chine ont atteint plus de 74,5 milliards de dollars américains et les États-Unis restent la destination la plus attractive pour les investissements chinois à l’étranger, atteignant un record. haut de 50 milliards de dollars américains en 2016. De plus, les États-Unis sont le deuxième importateur de produits chinois. Comme indiqué précédemment, les restrictions chinoises en matière de droits de l’homme nuisent aux intérêts commerciaux américains à la fois pour les entreprises Internet confrontées à la censure ou aux restrictions et pour les entreprises américaines dont les clients chinois potentiels ne peuvent pas accéder aux informations sur leurs entreprises via Internet. Comme l’a noté le bureau du représentant américain au commerce, les petites et moyennes entreprises se sont déclarées préoccupées par les effets négatifs sur les affaires d’un accès restreint à leurs sites Web. En prenant les mesures suivantes, les entreprises peuvent contribuer à un environnement plus stable et transparent pour elles-mêmes et pour les citoyens chinois.

Continuer à faire pression sur l’administration Trump pour qu’elle utilise l’OMC pour encourager la transparence . Comme indiqué précédemment, la Chine a été interrogée par l’OMC sur ses pratiques de censure sur Internet en tant que barrière commerciale potentielle. Par exemple, en réponse à la pression de Google, l’USTR a soumis une demande d’informations en octobre 2011. La communauté des affaires devrait faire pression sur l’administration Trump pour qu’elle soulève bilatéralement et multilatéralement à l’OMC la nécessité pour le gouvernement de la RPC de respecter la liberté d’expression et l’accès à l’information car elle sert d’obstacle au commerce. En outre, le secteur des entreprises devrait pousser l’USTR à rendre publique la réponse de la Chine à cette demande afin d’accroître la transparence et de clarifier les réglementations opaques et restrictives de la Chine.

Soutenez l’état de droit en Chine. Un système juridique solide doté d’un système judiciaire indépendant et professionnel est dans l’intérêt de la communauté des affaires, car il crée un environnement stable pour l’investissement. Il soutient également les droits des citoyens chinois, y compris de nombreux citoyens chinois qui ont souffert d’un système de justice pénale injuste qui suppose la culpabilité. Cette réalité a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les hommes d’affaires américains: prenons par exemple le cas de la femme d’affaires américaine de 55 ans Sandy Phan-Gillis, arrêtée en 2015 à la frontière de Macao par le ministère chinois de la Sécurité d’État. Le gouvernement chinois n’a pas réussi à produire des preuves des activités d’espionnage présumées de Mme Phan-Gillis, mais étant donné le manque de procédure régulière dans le système judiciaire chinois et l’utilisation manipulatrice de la loi par la RPC pour détenir des individus pour des raisons politiques, elle est restée détenue pendant plus de deux ans. Comme le démontrent de nombreux cas de mort injustifiée en Chine, les autorités chinoises n’ont pas accepté la primauté du droit et, au contraire, le système juridique de la RPC reste fortement politisé. Il s’agit d’un domaine dans lequel les entreprises, et les cabinets d’avocats en particulier, peuvent exprimer leur soutien et fournir des fonds pour soutenir les réformes de l’état de droit en mettant l’accent sur les activités qui renforceront les avocats indépendants par le biais de l’éducation, du mentorat et de la formation.

Développer de solides programmes de responsabilité sociale des entreprises en Chine. Ceci est particulièrement important compte tenu des limites imposées par la loi sur les ONG étrangères, qui accroît les obstacles pour les ONG étrangères souhaitant financer ou participer à des activités en Chine. Comme la loi sur les ONG étrangères oblige de nombreuses ONG étrangères à renoncer à leur travail en RPC, les entreprises peuvent intervenir pour combler les lacunes de la société civile chinoise. Cela peut être fait en fournissant un financement aux ONG nationales qui ne sont pas affiliées au gouvernement, en particulier à celles qui travaillent dans les domaines des droits de l’homme généralement considérés comme moins menaçants par le gouvernement, tels que les droits des enfants, les droits des femmes et les droits environnementaux. Les entreprises américaines peuvent avoir plus de marge de manœuvre pour financer ces activités et pour encadrer ces projets comme visant à soutenir les intérêts de leurs consommateurs chinois. De plus, alors que la Chine tente de saper l’universalité des droits de l’homme et de fausser les efforts des États-Unis pour promouvoir les droits de l’homme et, par extension, les activités des ONG, les entreprises sont particulièrement bien placées pour améliorer la situation des droits de l’homme et contribuer au bien-être des citoyens chinois.

Développer une stratégie et une technologie pour résister à la censure. Avec la nouvelle législation contre le terrorisme et la cybersécurité, il y a un risque renouvelé que les entreprises américaines soient contraintes de fournir des informations sur leurs utilisateurs aux autorités chinoises de manière à violer le droit des citoyens chinois à la vie privée et potentiellement faciliter l’emprisonnement de militants pacifiques ou persécutés. minorités. Cas antérieurs, comme lorsque Yahoo! fourni aux autorités chinoises des informations qui ont été utilisées pour arrêter le journaliste Shi Tao, et des questions plus actuelles, telles que la manière dont LinkedIn a censuré certaines informations et communications des utilisateurs et comment Apple a supprimé l’application du New York Times en Chine, montrent que les entreprises américaines doivent développer une stratégie pour contrer efficacement les efforts de censure de la RPC plutôt que de les aider. En outre, les entreprises technologiques américaines devraient également financer les efforts de lutte contre la censure et les outils de contournement, car de tels efforts profiteraient à la fois aux entreprises américaines dont les sites Web sont systématiquement bloqués par la censure de la RPC, et aideraient également à promouvoir la diffusion d’informations gratuites sur les droits de l’homme et d’autres questions jugées  » sensible »par la RPC.

POUR LA SOCIÉTÉ CIVILE

Les institutions universitaires et les ONG américaines ont également un rôle clé à jouer dans la promotion des droits de l’homme en Chine, en particulier par le biais d’interactions et d’échanges de citoyens à citoyens, ainsi que de programmes universitaires, qui ont la promesse d’élargir la coopération et de tisser des liens entre les peuples de notre pays. deux pays. Par exemple, les collèges et universités américains ont plus de 200 programmes et partenaires en Chine, dont plus de 24 succursales. De nombreuses organisations américaines faisaient également partie des plus de 7000 ONG étrangères opérant en Chine à la fin de 2016. Bien que l’adoption de la loi sur les ONG étrangères rendra probablement plus difficile pour les ONG et les universités de jouer un rôle solide dans la promotion des droits de l’homme en Chine, il reste un certain nombre de recommandations que les organisations à but non lucratif américaines peuvent avancer vis-à-vis de la Chine.

Fournir de la documentation et des analyses. Les ONG peuvent catalyser d’autres efforts, y compris certaines des recommandations proposées dans ce rapport, grâce à une documentation claire et une analyse incisive. Par exemple, les acteurs de la société civile pourraient fournir des preuves et des documents sur les auteurs de violations des droits de l’homme connus et faire pression pour que certaines personnes soient soumises à des restrictions de visa en vertu de la loi Global Magnitsky. De même, les ONG pourraient fournir une analyse qui aiderait d’autres acteurs à prendre des décisions sélectives concernant leur implication en Chine. Cela permettrait au secteur privé d’encourager une course vers le haut et un retrait par le bas, alors que les gouvernements locaux se disputent les ressources et l’engagement en protégeant les droits de l’homme.

Insister sur la liberté académique et l’accès à l’information dans les partenariats éducatifs avec la Chine. Compte tenu de l’augmentation du nombre d’universités américaines établissant des programmes et des campus en Chine, ces entités éducatives devraient sauvegarder la liberté d’expression, la liberté académique et l’utilisation libre et ouverte d’Internet sur leurs campus en Chine. Un rapport du GAO de 2016 a évalué que, parmi les programmes universitaires américains en Chine, presque aucun de ceux interrogés ne faisait pression pour un accès gratuit à des informations comprenant un accès illimité à Internet. En fait, les documents de certaines universités incluaient une langue obligeant les étudiants à utiliser Internet conformément aux réglementations de l’institution en Chine, ce qui les soumettrait à une censure importante. Les universités américaines ayant des programmes en Chine devraient inclure ces principes dans leur accord écrit lors de l’établissement de leurs programmes, y compris la langue sur l’accès illimité à Internet et le respect des libertés d’expression, de réunion et de religion. Les universités américaines devraient être encouragées à coordonner leurs politiques et à partager leurs expériences pour garantir ces libertés dans leurs programmes. Si toutes les universités américaines établissaient cela comme une exigence standard, cela enverrait un message clair à leurs institutions partenaires chinoises. Pour faciliter cette recommandation, l’Association américaine des professeurs d’université (AAUP) devrait adopter une résolution affirmant les normes communes et les meilleures pratiques pour les universités américaines opérant en Chine – ainsi que dans d’autres pays aux régimes répressifs. La liberté académique doit également être sauvegardée sur les campus américains. En 2014, l’AAUP a publié une déclaration indiquant que les instituts Confucius aux États-Unis ont eu un effet négatif sur le discours académique libre et ouvert. [8] L’AAUP fait valoir qu’en concluant des partenariats avec ces établissements supervisés par la RPC, «les universités nord-américaines permettent aux instituts Confucius de faire progresser un programme d’État dans le recrutement et le contrôle du personnel universitaire, dans le choix du programme d’études et dans la restriction des débat. » En tant que telles, les universités américaines devraient assurer activement la transparence et la liberté académique en ce qui concerne les initiatives éducatives financées par le gouvernement chinois aux États-Unis.

Dialoguez avec des étudiants de la RPC qui étudient aux États-Unis Le haut niveau de l’enseignement supérieur américain est une puissance douce unique qui attire un grand nombre d’étudiants du monde entier, y compris de la Chine. Selon l’Institut international d’éducation, la Chine est le principal pays d’origine de la majorité de tous les étudiants internationaux qui étudient aux États-Unis. En 2015-2016, plus de 320 000 étudiants chinois sont arrivés aux États-Unis. [9] Les universités américaines, symboles de la liberté d’expression et de pensée, devraient délibérément dialoguer avec les étudiants chinois pour discuter d’idées telles que les droits de l’homme, la démocratie, l’état de droit et d’autres idées libérales afin de favoriser une réflexion indépendante parmi les jeunes universitaires chinois. Les ONG devraient également être invitées à développer des programmes qui engagent spécifiquement les étudiants chinois qui étudient aux États-Unis. Ces programmes pourraient être axés sur une meilleure compréhension du système politique américain. Les professeurs, les administrateurs et les organisations étudiantes devraient toucher les étudiants internationaux et favoriser un débat libre sur les normes démocratiques. En outre, les universités devraient protéger la liberté académique en se gardant des efforts de la RPC pour surveiller ou mobiliser leurs ressortissants qui étudient aux États-Unis.

Coordonner la réponse à la loi sur les ONG étrangères. Les institutions universitaires, les entreprises américaines et les ONG devraient se coordonner et se consulter sur la mise en œuvre de la loi sur les ONG étrangères et, si nécessaire, présenter des positions unifiées au gouvernement chinois sur des sujets de préoccupation, en particulier sur la répression de leurs homologues chinois et excessivement restrictives. mise en œuvre de la loi sur les ONG étrangères. Les ONG doivent garder à l’esprit que les ressources qu’elles apportent à la Chine sont précieuses pour le pays, ce qui leur donne une certaine influence. Ils devraient également refuser de transiger sur les principes qui animent leur travail, tels que l’affirmation de la transparence, le rôle de la société civile et les libertés individuelles. En tant que tels, ils devraient se concentrer sur des activités qui améliorent réellement la situation des citoyens chinois.

 

 

NOTES DE FIN

  1. Julie Makinen, «La censure chinoise coûte des milliards de dollars aux entreprises technologiques américaines», Los Angeles Times, 22 septembre 2015, http://www.latimes.com/business/la-fi-china-tech-20150922-story.html .
  2. Richard Wike et Bruce Stokes, «Le public chinois voit un rôle plus puissant dans le monde, nous nomme la principale menace», Pew Research Center, 5 octobre 2016, http://assets.pewresearch.org/wp-content/uploads/sites/2/2016/10/Pew-Research-Center-China-Report-FINAL-October-5-2016.pdf .
  3. Google Inc., «Permettre le commerce à l’ère des technologies de l’information: abattre les obstacles à la libre circulation de l’information», 15 novembre 2010, https://static.googleusercontent.com/media/www.google.com/en//googleblogs/pdfs/trade_free_flow_of_information.pdf .
  4. Qiao Long, «Fichiers de fuite de pirates montrant le fonctionnement interne de« l’armée chinoise des 50 cents »», Radio Free Asia, 20 mai 2015, http://www.rfa.org/english/news/china/files-05202015150018.html .
  5. «The China Global Investment Tracker», l’American Enterprise Institute et la Heritage Foundation, https://www.aei.org/china-global-investment-tracker/ .
  6. Matthew Miller et Shu Zhang, «Exclusif: l’homme le plus riche de Chine s’apprête à sceller un contrat de deux milliards de dollars sur le cinéma américain», Reuters, 23 août 2016 http://www.reuters.com/article/us-dalianwanda-chairman-idUSKCN10Y13K .
  7. Jonah Bennett, «Dans l’actualité – The Daily Caller: Un représentant dit au DOJ d’enquêter sur les tentatives chinoises de prendre le contrôle d’Hollywood», membre du Congrès américain John Culberson, 7e district du Texas, 7 octobre 2016, http://culberson.house.gov/news/documentsingle.aspx?DocumentID=398582 .
  8. Comité A de l’Association américaine des professeurs d’université sur la liberté académique et la titularisation, «Sur les partenariats avec les gouvernements étrangers: le cas des instituts Confucius», The American Association of University Professors, juin 2014, https://www.aaup.org/file/Confucius_Institutes_0.pdf .
  9. «États-Unis – Mobilité entrante la plus récente», Institute of International Education, 2016, https://www.iie.org/Research-and-Insights/Project-Atlas/Explore-Data/United-States/Inbound-Mobility-Most-Recent .
Publish Date
avril 20, 2021
Type
Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin